Passer au contenu principal
Suivez-nous

Se souvenir de nos origines : la Première Guerre mondiale et la création du Collège royal

Remembrance day 2018 - Duty Call

Archives, Université de Toronto


Le Canada a joué un rôle de premier plan durant la guerre.

À l’époque, il comptait moins de huit millions d’habitants, et a déployé 400 000 hommes outre‑mer, dont de nombreux médecins, au sein du Corps médical de l’Armée canadienne. Auprès de leurs homologues britanniques, ils prirent conscience de la formation médicale postdoctorale offerte au Royaume-Uni. Un mouvement en faveur de l’établissement d’un système similaire au Canada prit naissance peu après la guerre.

Rencontrez les quatre premiers présidents du Collège royal

Les origines de la formation médicale postdoctorale moderne au Canada

Avant la guerre, on observait des variations dans la formation des médecins et des chirurgiens. La plupart des diplômés en médecine effectuaient un programme d’internat général d’un an. Seules les personnes qui comptaient enseigner dans une école de médecine recevaient une formation postdoctorale prolongée.

Après la guerre, la médecine scientifique se développa. Des méthodes novatrices utilisées en chirurgie et en médecine durant la guerre (p. ex., transfusions sanguines sécuritaires) furent intégrées à la pratique générale. Pour soigner les blessés à leur retour au pays, on mit en place de nouveaux hôpitaux, sanatoriums et centres de réadaptation. La formation médicale postdoctorale spécialisée gagna aussi du terrain.

Créer un Collège royal au Canada : un accueil plutôt tiède

Pendant des années, on exigea d’avoir acquis des qualifications supérieures auprès d’un collège royal à l’étranger pour exercer dans un hôpital ou assumer une charge d’enseignement en Grande-Bretagne. De nombreux médecins canadiens souhaitèrent reconnaître ceux qui parmi eux étaient dotés de ces qualifications supérieures au moyen d’une structure similaire. Certains se rendirent au Royaume-Uni, d’autres, aux États-Unis, et d’autres, à Paris, aux fins d’adhésion à des collèges ou organismes de formation reconnus.

En revanche, le Dr S. E. Moore, de Regina, avait les yeux tournés vers le Canada.

En 1920, il proposa une résolution lors de l’assemblée annuelle de l’Association médicale canadienne. Il demanda au conseil exécutif d’envisager la formation d’un collège royal des médecins et chirurgiens au Canada, affilié d’une certaine façon aux collèges royaux établis en Grande-Bretagne. Ce collège, non axé sur l’enseignement, aurait comme mission de stimuler et de promouvoir la formation médicale postdoctorale, afin d’évaluer celle-ci selon les normes établies et d’octroyer des diplômes.

L’idée ne datait pas d’hier. Le Dr F. N. G. Starr, de Toronto, proposa la même chose en 1913, mais le déclenchement de la guerre ne permit pas d’y donner suite.

Peu de membres du conseil appuyèrent la résolution du Dr Moore. Certains étaient d’avis que le moment n’était pas venu, d’autres appréhendaient des coûts élevés ou s’interrogeaient sur la nécessité d’un tel collège et ses chances de succès. Plusieurs écoles de médecine avaient leurs propres plans en matière de formation médicale postdoctorale et certains médecins préféraient créer des sections des collèges britanniques au Canada.

La question a été présentée à un comité pour qu’il l’examine de près.

Un Collège royal pour le Canada

Il fallut plusieurs années pour obtenir un soutien approprié de la part de la communauté médicale canadienne. Un groupe de médecins déterminés l’emporta finalement, réussissant à mettre de l’avant l’idée d’un collège royal canadien. Un comité restreint fut mis sur pied. Ses membres définirent les statuts, les règles et les règlements du nouveau collège. En 1929, près de 10 ans après la résolution du Dr Moore, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada fut constitué par une loi du Parlement.

Aujourd’hui, le Collège royal continue d’honorer la vision et l’engagement de ses fondateurs, afin de servir les Canadiens, en tant que leader mondial en formation médicale et soins spécialisés.


Service militaire et Collège royal : les quatre premiers présidents du Collège royal


Jonathan Campbell Meakins, MD, FRCPC (1882-1959)

Jonathan Campbell Meakins, MD, FRCPC (1882-1959)
Président du Collège royal de 1929 à 1931

Né à Hamilton, en Ontario, le Dr Meakins a reçu sa formation médicale à l’Université McGill. Il est devenu membre de la faculté de médecine en 1909, et il a voué toute sa carrière au leadership en santé et à l’amélioration de la médecine.

Peu après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le Dr Meakins fut mobilisé à l’hôpital général no 3 (Université McGill) basé en France. L’année suivante, il fut envoyé à Londres pour étudier les effets des gaz toxiques sur les soldats ainsi que les états de santé alors connus sous les noms de « trouble affectif du soldat » et « traumatisme dû au bombardement » — aujourd’hui reconnus comme étant les symptômes du trouble de stress post-traumatique. Alors qu’il se consacrait à ses recherches, il fut nommé médecin en chef de l’hôpital de la Croix-Rouge canadienne Duchess of Connaught à Taplow, en Angleterre. À la fin de la guerre, il fut démobilisé au grade de lieutenant-colonel. Durant la Seconde Guerre mondiale, il a servi son pays une fois de plus en tant que brigadier et directeur général adjoint du Royal Army Medical Corps, de 1942 à 1944. Il fut reçu Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en 1945.

Le Dr Meakins est un membre fondateur du Conseil du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Il fut le premier président du Collège royal de 1929 à 1931. Durant son mandat, il a mis en place des bases solides pour assurer un avenir prometteur au Collège royal. Il a également présidé l'American College of Physicians, l'Association médicale canadienne et l'Association canadienne pour la santé mentale. Il a été accueilli au Temple de la renommée médicale canadienne en 2011. En 2014, les Forces armées canadiennes ont créé la Chaire des FC Brigadier Jonathan C. Meakins, CBE, CSRAC, en santé mentale chez les militaires pour souligner ses recherches sur le trouble de stress post-traumatique.

Frederic Newton Gisborne Starr, MD, FRCSC (1867-1934)

Frederic Newton Gisborne Starr, MD, FRCSC (1867-1934)
Président du Collège royal de 1931 à 1933

Né à Thorold, en Ontario, le Dr Starr a reçu sa formation médicale à la faculté de médecine de l’Université Victoria, à Toronto. Il dirigea pendant un certain temps la plus importante pratique de chirurgie à Toronto puis, de 1893 à 1901, il fut secrétaire général de l’Association médicale canadienne.

Où il peaufina les objectifs d’une pratique et d’une formation médicales organisées au Canada. Le Dr Starr aurait été le premier à suggérer au comité exécutif de l’Association médicale canadienne d’envisager la création d’un collège canadien non consacré à l’enseignement pour la remise de diplômes en chirurgie et d’autres spécialités. L’idée fut mise en veilleuse durant la Première Guerre mondiale, alors qu’il servait au sein du Royal Army Medical Corps. Il fut aussi chirurgien conseil au sein des forces armées de l’Empire britannique qui combattaient en France. Le Dr Starr fut reçu Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en reconnaissance de « sa galanterie et de sa contribution remarquable sur le champ de bataille » .

Après la guerre, il présida le comité à l’origine du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, qui fut créé en vertu d’une loi spéciale du Parlement en juin 1929. Il fut le deuxième président du Collège royal, de 1931 à 1933, après avoir occupé la présidence de l’Association médicale canadienne. En 1933, il prit sa retraite alors qu’il était professeur émérite en chirurgie clinique à l’Université de Toronto. L’Association médicale canadienne a créé le prix F.N.G -Starr en son honneur, en 1936.

Duncan Archibald Graham, MD, FRCPC (1882-1974)

Duncan Archibald Graham, MD, FRCPC (1882-1974)
Président du Collège royal de 1933 à 1935

Né à Ivan, en Ontario, le Dr Graham a effectué ses études de médecine à l’Université de Toronto. Chercheur médical de renommée internationale, il était connu pour ses nombreux travaux en bactériologie, en pathologie et en médecine interne.

Lors de la Première Guerre mondiale, le Dr Graham fut affecté auprès de l’Hôpital général canadien no 4. Il soigna les malades et les blessés dans les hôpitaux de campagne en France, en Angleterre et en Grèce. Il atteignit le grade de lieutenant-colonel. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il contribua à l’effort de guerre à titre de chercheur médical en présidant le Comité de recherche médicale aéronautique du Conseil national de recherche du Canada. Il fut reçu Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en reconnaissance de son service en 1944. En 1968, il devint Compagnon de l’Ordre du Canada.

Le Dr Graham fut l’un des premiers membres du Conseil du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, et le premier président du Comité des spécialités. Il a été le troisième président du Collège royal, de 1933 à 1935, et, en 1945, président de l’Association médicale canadienne. En 1957, il a reçu le prix F.N.G.-Starr, décerné par l’Association médicale canadienne. En 1969, le Collège royal a créé le Prix Duncan Graham afin de souligner l’engagement et l’apport exceptionnels du Dr Graham dans le domaine de la formation médicale.

Alfred Turner Bazin, MD, FRCSC (1872-1958)

Alfred Turner Bazin, MD, FRCSC (1872-1958)
Président du Collège royal de 1935 à 1937

Le Dr Bazin a grandi à Montréal et fait ses études de médecine à l’Université McGill. Il mena une brillante carrière en tant qu’éducateur et chirurgien en chef à l’Hôpital général de Montréal, de 1912 à 1938. En 1939, l’Université McGill le nomma professeur émérite de chirurgie.

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, le Dr Bazin a été déployé à titre de commandant de la 9e ambulance de campagne. Il devint ensuite officier responsable de l’unité de chirurgie de l’Hôpital général canadien no 3 (Université McGill) en poste à Boulogne, en France. Démobilisé à la fin de la guerre en tant que lieutenant-colonel, il reçut l’Ordre du Service distingué (D.S.O.) en reconnaissance de son service méritoire en temps de guerre. Il servit de nouveau durant la Deuxième Guerre mondiale. Il mit sur pied et présida le comité chargé des activités de préparation et d’aide aux sinistrés de la Croix-Rouge canadienne et de sa section du Québec, et continua d’appuyer activement la Croix-Rouge canadienne tout au long de sa vie.

Le Dr Bazin a joué un rôle de taille lors de la fondation du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, dont il a présidé la toute première réunion ainsi que le comité qui a rédigé les statuts de l’organisation. Il a par la suite participé au développement des processus d’examen et d’agrément. Il a été le quatrième président du Collège royal, de 1935 à 1937, après avoir assumé la présidence de l’Association médicale canadienne. Afin de souligner ses nombreuses réalisations et son apport exceptionnel à la médecine canadienne, il a reçu en 1951 le prix F.N.G.-Starr de l’Association médicale canadienne.


Références/lectures supplémentaires

Temple de la renommée médicale canadienne. 2018. « Dr Jonathan Meakins. »
Consulté le 16 octobre 2018. http://www.cdnmedhall.org/inductees/dr-jonathan-meakins

Musée canadien de la guerre. n.d. « Le corps médical de l’Armée canadienne. »
Consulté le 16 octobre 2018. https://www.warmuseum.ca/firstworldwar/history/life-at-the-front/medicine/canadian-army-medical-corps/

Musée canadien de la guerre. n.d. « L’incidence de la guerre sur le Canada. »
Consulté le 16 octobre 2018. https://www.warmuseum.ca/firstworldwar/history/life-at-the-front/medicine/canadian-army-medical-corps/

Cook, Tim. « A changed Canada emerged from the First World War » (15 nov. 2017).
The Globe and Mail. Dernière consultation le 23 octobre 2018, sur le site Web du Globe and Mail : https://www.theglobeandmail.com/news/national/a-changed-canada-emerged-from-the-first-world-war/article36985156/

Cruess, Richard L., Darragh, James, et Hanaway, Joseph. 2006. McGill Medicine: The Second Half Century, 1885-1936. Montréal: McGill-Queen's Press – MQUP

Royal College of Physicians of London. 2009. « Lives of the Fellows: Duncan Archibald Graham. »
Consulté le 16 octobre 2018. http://munksroll.rcplondon.ac.uk/Biography/Details/1850

Sclater Lewis, D. 1962. The Royal College of Physicians and Surgeons of Canada: 1920-1960. Montreal: McGill University Press.

Université de Victoria-Université de Toronto. 2013. « Frederic Newton Gisborne Starr Fonds. »
Consulté le 16 octobre 2018. http://library.vicu.utoronto.ca/archives/holdings/f2127_frederic_newton_gisborne/