Passer au contenu principal
Suivez-nous

Dr Ronald Lett, BMSc, MSc, MD, FRCSC, FCS (ECSA) Lauréat du Prix Teasdale-Corti d’action humanitaire du Collège royal 2018

Le Dr Lett traverse le golfe Mwanza pour rencontrer le ministre de la Santé, en Tanzanie

Dr Ronald Lett, BMSc, MSc, MD, FRCSC, FCS (ECSA)
Épidémiologiste des blessures et chirurgien généraliste

  • PDG et directeur de l’élaboration des programmes d’études au Réseau canadien pour la chirurgie internationale
  • Professeur auxiliaire de chirurgie à l’Université McGill et à l’Université de la Colombie-Britannique
« Le Dr Lett est un exemple d’intégrité, d’altruisme, de courage et de persévérance. Enseignant et leader de talent, il est un modèle de comportement et un mentor remarquable pour les médecins canadiens. »

Depuis plus de 40 ans, le Dr Lett œuvre en santé mondiale et il s’est engagé à améliorer la qualité des services chirurgicaux dans les pays en développement.

Il s’est rendu en Afrique à la fin des années 1970, d’abord comme étudiant, puis en tant qu’omnipraticien pour réaliser des chirurgies, et à titre de chirurgien qualifié par la suite. C’est alors qu’il a réalisé les limites physiques et géographiques de l’aide fournie par des médecins comme lui, et qu’il fallait mettre en place une équipe locale de professionnels de la santé chevronnés.

Au début des années 1990, il a donc décidé de se concentrer sur l’éducation médicale et la formation, animé d’une vision à la fois simple et complexe : mettre sur pied un programme de formation pratique qui permettrait de créer un modèle stable et durable dans les pays où les ressources sont limitées.

Sa persévérance a porté fruit. Jusqu’à présent, quelque 35 000 professionnels de la santé ont été formés selon les techniques développées par le Dr Lett et ont pu aider d’innombrables patients; bon nombre d’entre eux ont aussi contribué à la formation de leurs collègues.

Améliorer les aptitudes et la confiance du personnel de première ligne

En tant que fondateur du Réseau canadien pour la chirurgie internationale (RCCI) et concepteur de programmes pour celui-ci, le Dr Lett a dirigé le développement de nombreux programmes de compétences chirurgicales qui ont amélioré les aptitudes et la confiance des fournisseurs de services chirurgicaux et obstétriques de première ligne en Afrique.

Depuis sa création en 1995, le RCCI vise à créer des programmes d’éducation et de formation pratiques. Jusqu’à présent, il a mis au point 12 programmes et formé plus de 760 instructeurs dans leurs propres pays. Ces programmes pratiques ont été offerts des centaines de fois en Ouganda, en Tanzanie, au Mozambique, au Rwanda, au Mali et en Éthiopie.

Le Dr Lett avec des étudiants en compétences chirurgicales essentielles à Mekele, en Éthiopie

Le Dr Lett avec des collègues chirurgiens et obstétriciens en Ouganda

Des centaines de spécialistes canadiens et africains ayant suivi les programmes du RCCI ont à leur tour formé 35 000 professionnels de la santé de différentes sphères chirurgicales. De nombreux programmes sont développés et offerts conjointement par les universités et les collèges de pays ciblés. Ces programmes portent sur les techniques chirurgicales de base, les soins en traumatologie, la prise en charge des brûlures, l’obstétrique, l’ostéomyélite, les blessures à la tête et à la colonne vertébrale ainsi que les compétences cliniques des médecins, du personnel infirmier et des professionnels paramédicaux.

Le Dr Lett a fondé un organisme multidisciplinaire qui recrute des sages-femmes, du personnel infirmier, des enseignants et des obstétriciens, des anesthésiologistes et des chirurgiens de disciplines variées. Depuis quelques mois, le RCCI convertit ses cours afin de développer une application mobile qui offrira ces précieuses ressources d’enseignement.

Un enseignant « légendaire » et pragmatique

Le Dr Lett donne un cours d’obstétrique opératoire structuré à Kampala, en Ouganda

Les collègues du Dr Lett affirment que ses compétences pédagogiques et sa capacité à créer des cours permettant d’enseigner une compétence donnée sont « légendaires ». Il transmet son esprit de synthèse et ses compétences en gestion aux étudiants, et il leur enseigne toutes les étapes d’une intervention. Chaque compétence est d’abord mise en pratique, puis perfectionnée au moyen d’une simulation de basse fidélité. Les étudiants peaufinent leurs compétences en suture sous étroite supervision; ils s’exercent sur des parties animales, comme des pattes de chèvres ou des cœurs de bœufs, pour faire des points parfaits et solides et améliorer leurs techniques hémostatiques.

Les programmes prévoient des évaluations rigoureuses. L’objectif à long terme est de réduire les taux de complications liées aux chirurgies et ultimement, les taux de mortalité.

Reconnaissant l’importance des déterminants sociaux de la santé, notamment l’influence des conflits et de la violence, le Dr Lett collabore avec des enseignants du primaire en Éthiopie et en Ouganda. Ensemble, ils ont créé un cours sur les compétences de la vie courante et la résolution de conflits, offert à des dizaines de milliers d’élèves de cinquième année.

Mobiliser la communauté médicale canadienne

Le Dr Lett avec des dirigeantes du programme de formation chirurgicale, en Tanzanie

« En tant que Canadiens, nous avons la responsabilité de partager nos compétences et notre bonne fortune avec ceux qui en ont le plus besoin », fait remarquer le Dr Ronald Lett.

Alors que la plupart des médecins canadiens œuvrant en santé mondiale séjournent hors du Canada pendant quelques semaines, le Dr Lett a passé la majorité de sa carrière en Afrique orientale et occidentale. Il s’est plongé dans les différentes cultures, a appris le swahili et a gagné le respect de ses nombreux collègues du RCCI.

Une telle tâche n’exige pas que des compétences pédagogiques; il faut aussi d’excellentes compétences en gestion. Le RCCI est un petit organisme de bienfaisance canadien enregistré, dirigé par un conseil d’administration et soumis à des objectifs de financement annuels. Le Dr Lett est chargé de superviser les activités au Canada et à l’étranger, notamment d’assurer le bon déroulement des activités en Afrique et dans les Caraïbes. Au fil des ans, les projets du RCCI ont été mis en œuvre dans 14 départements de chirurgie, neuf départements d’obstétrique et huit centres de formation paramédicale, sollicitant la participation bénévole, en Afrique, de chirurgiens, d’obstétriciens, d’anesthésiologistes et de personnel infirmier de partout au Canada.

Le Dr Lett avec des étudiants du cours sur les lésions traumatiques au cerveau et à la colonne vertébrale à Mombasa, au Kenya

En tant qu’organisateur national du RCCI, le Dr Lett est aussi responsable de la table ronde Bethune, une rencontre annuelle d’intervenants chirurgicaux canadiens œuvrant partout dans le monde. Ce grand rassemblement a lieu dans différentes universités canadiennes.

En plus de participer activement à l’élaboration de programme d’études, le Dr Lett est l’auteur prolifique d’articles révisés par des pairs, de chapitres de livres, d’éditoriaux et de lettres à la rédaction. Il a pris des milliers de photos en Afrique et il rédige actuellement un livre sur ses expériences. Outre ses importants collaborateurs africains et canadiens, il a toujours pu compter sur l’amour et le soutien de sa mère Audrey, de son regretté père Glen, de son épouse Elizabeth et de ses enfants Robyn, Ryan, Tara, Lana et Lawrence. Le Dr Lett souhaite remercier le Collège royal; il n’aurait pu recevoir un tel honneur sans le soutien de ses collègues et de sa famille.

La famille Lett (en haut : Elizabeth, Tara, Lawrence, Robyn; en bas : Lana, Ryan, Glen, Audrey)

Le Dr Lett a des plans ambitieux en ce qui a trait à la présence du Collège royal à l’étranger. Il recommande notamment un soutien proactif à ses confrères de toutes les spécialités qui travaillent à l’étranger à titre bénévole ou non, la création d’un fonds mondial pour le développement des ressources humaines en chirurgie, en obstétrique et en anesthésiologie au sein des populations à faible et à moyen revenu, en guise de compensation pour la perte d’effectifs médicaux au profit du Canada, ainsi que la nomination d’un directeur régional de Collège royal International pour l’Afrique.