Passer au contenu principal
Suivez-nous

Subvention pour la recherche en éducation médicale — bénéficiaires

2017

Ryan Brydges, PhD et
Jeffrey J.H. Cheung, PhD(c)

Cochercheurs principaux

Competency by what design? Exploring the impact of integrated instruction on procedural skills transfer

Ryan Brydges, PhD
Ryan Brydges, PhD
Chercheur et directeur de recherche
Allan Waters Family Simulation Centre,
Hôpital St. Michael's

Jeffrey J.H. Cheung, PhD(c)
Jeffrey J.H. Cheung, PhD(c)
Chercheur universitaire
The Wilson Centre, Hôpital général de Toronto et
Université de Toronto

Résumé

Contexte :
L’approche par compétences en formation médicale doit contribuer au développement des stagiaires qui mettent en pratique les compétences cliniques attendues et qui réaménagent leur routine pour s'adapter aux changements du contexte clinique. L’un des cadres proposés par l’approche par compétences consiste à enseigner aux stagiaires à intégrer leurs compétences; il y a toutefois peu de données sur les stratégies d’enseignement qui préparent les stagiaires à le faire efficacement. Aussi, la capacité accrue des apprenants à transférer leur apprentissage (c.-à-d., adapter leurs compétences) a été rarement associée aux stratégies d’enseignement. Les chercheurs en raisonnement clinique ont établi des preuves préliminaires des avantages d’une formation qui intègre des types pertinents de connaissances (c.-à-d., sciences fondamentales et éléments cliniques) pour le transfert de l’apprentissage et les résultats d’apprentissage futur.

Objectifs :
Évaluer les effets de la formation intégrée durant une séance de formation par simulation sur l’acquisition, la rétention et le transfert des compétences en ponction lombaire (PL), ainsi que l’acquisition future des techniques de thoracocentèse.

Méthodes :
Des étudiants en médecine (N = 40) seront répartis au hasard en deux groupes auxquels seront présentés deux différentes vidéos éducatives d’une simulation de ponction lombaire. La première vidéo présente toutes les étapes d’une ponction lombaire; la deuxième vidéo est une formation intégrée qui démontre non seulement comment l’intervention est réalisée mais aussi pourquoi (p. ex., lien entre les étapes et l’anatomie). Les participants seront soumis à un test immédiatement après la ponction lombaire, puis à un test de transfert des apprentissages une semaine plus tard. Ils assisteront ensuite à une courte séance de formation sur la thoracocentèse, suivie d’un dernier test de transfert des apprentissages. Nous créerons des tests écrits sur les connaissances interventionnelles et conceptuelles de la ponction lombaire afin d’évaluer les différences entre les groupes et le lien entre les résultats de ces tests et ceux du test de rendement. L’analyse statistique inclura des tests T et des corrélations de Pearson.

Conclusion :
Notre étude est une occasion unique de i) peaufiner notre liste d’éléments de conception pédagogique qui favorisent l’intégration; ii) vérifier la théorie de l’intégration cognitive; et iii) fournir des preuves empiriques pour améliorer l’enseignement des compétences intégrées.

Comment ces travaux éclaireront-ils la recherche sur la formation médicale?
Même si les grands axes de l’approche par compétences en formation médicale soulignent constamment la nécessité d’acquérir des compétences intégrées et adaptées, ils ne précisent pas les conceptions pédagogiques qui aident les stagiaires à développer ces compétences. Notre projet vise donc à proposer et mettre à l’essai un mécanisme qui, selon nous, aidera les stagiaires à intégrer les connaissances et les compétences fondamentales à l’origine des compétences cliniques. Plus particulièrement, nous avons conçu des vidéos pour offrir une formation intégrée qui, nous l’espérons, enseignera aux stagiaires les compétences ciblées (ponction lombaire) ainsi que les connaissances intégrées qu’ils pourront transférer à l’apprentissage d’une nouvelle compétence clinique complémentaire lors d’une future expérience de formation (thoracocentèse). Ces travaux sont importants pour la formation médicale parce qu’ils constituent un programme de recherche qui vise à définir les stratégies d’enseignement propices à l’intégration cognitive et au transfert des compétences. Aussi, les résultats aideront les éducateurs et les chercheurs à élaborer des programmes d’études et des séances éducatives adaptés aux grands axes de l’approche par compétences en formation médicale.

Vicki Leblanc, PhD

The Role of Emotions in Clinical Reasoning and Recall

Vicki LeBlanc, PhD
Vicki LeBlanc, PhD
Professeure agrégée et directrice, Département de l'innovation en éducation médicale, Université d'Ottawa Directrice, Centre de compétences et de simulation de l’Université d’Ottawa à l’Hôpital d’Ottawa et à l’Université d’Ottawa

Résumé

Objectifs :
Les cliniciens et les stagiaires qui prodiguent des soins aux patients sont constamment confrontés à des situations riches en émotions. Ces situations peuvent déclencher de vives émotions comme le stress ressenti face à l’incertitude, la colère ressentie face à une injustice ou la tristesse ressentie face aux résultats indésirables d’un patient. Beaucoup de ces situations riches en émotions font en sorte que les cliniciens et les stagiaires doivent obtenir et interpréter de l’information, exprimer un jugement par rapport aux options de traitement comportant différents avantages et risques, et se souvenir d’importantes informations cliniques. La présente étude a pour but d’analyser l’influence de différentes émotions sur le raisonnement clinique et le souvenir d’une rencontre clinique chez les stagiaires en médecine.

Type d’étude et contexte :
Vingt résidents en anesthésie devront maîtriser deux scénarios cliniques simulés suivant une émotion provoquée, l’un étant lié à un sentiment de colère et l’autre à un sentiment d’anxiété. Nous comparerons leur perception du risque et leurs préférences dans le choix d’une intervention qui comporte peu de ressources (facile) mais risquée plutôt qu’une approche qui nécessite plus de ressources (plus difficile) mais comporte moins de risques. Nous mesurerons aussi leur rendement clinique et leur souvenir des renseignements pertinents suivant les scénarios.

Analyse :
En guise de vérification de la manipulation, nous soumettrons les changements dans les pointages d’autoévaluation des émotions des participants (mesures finales moins mesures de départ) à des analyses linéaires multivariées ayant comme variables une manipulation de l’humeur (colère, anxiété) et des scénarios ordonnés (1er, 2e). Les pointages des participants liés au jugement du risque et aux préférences, au rendement et à la mémorisation seront soumis à des analyses linéaires multivariées ayant comme variables des scénarios ordonnés et une manipulation de l’humeur.

Conclusion :
Il est essentiel de bien comprendre l’influence des émotions sur le raisonnement clinique et la mémorisation lorsque nous préparons les professionnels de la santé à reconnaître les situations propices à la régulation des émotions, ainsi que les situations où des systèmes ou des stratégies d’équipe pourraient réduire les biais indésirables résultant de l’état émotionnel des fournisseurs de soins.

Comment ces travaux éclaireront-ils la recherche sur la formation médicale?
Les cliniciens et les stagiaires qui prodiguent des soins aux patients sont constamment confrontés à des situations riches en émotions. Ces situations peuvent déclencher de vives émotions comme l’anxiété ressentie face à l’incertitude, la colère ressentie face à une injustice ou la tristesse ressentie face aux résultats indésirables d’un patient. Beaucoup de ces situations riches en émotions font en sorte que les cliniciens et les stagiaires doivent obtenir et interpréter de l’information, exprimer un jugement par rapport aux options de traitement comportant différents avantages et risques, et se souvenir d’importantes informations cliniques. L’étude portera sur l’influence de différentes émotions (anxiété, colère) sur la perception du risque, le rendement clinique et la mémorisation de renseignements pertinents des résidents dans des situations cliniques simulées. Il est essentiel de bien comprendre l’influence des émotions sur le raisonnement clinique et la mémorisation lorsque nous préparons les professionnels de la santé à reconnaître les situations propices à la régulation des émotions, ainsi que les situations où des systèmes ou des stratégies d’équipe pourraient réduire les biais indésirables résultant de l’état émotionnel des fournisseurs de soins.

Carmen L. Mueller, BSc(H) MD FRCSC MEd FACS

Reciprocal Peer Mentorship for Practicing Surgeons – Modernization of Continuous Professional Development in Surgery

Carmen L. Mueller, BSc (H), MD, FRCSC, Med, FACS
Carmen L. Mueller, BSc (H), MD, FRCSC, Med, FACS
Professeure adjointe de chirurgie
Université McGill

Résumé

Contexte :
La pratique intensive avec rétroaction est essentielle à la pédagogie de la réussite et constitue un élément essentiel de la formation en chirurgie. Toutefois, les occasions de rétroaction et de coaching en temps réel cessent abruptement à la fin de la formation, et les chirurgiens en exercice sont laissés à eux-mêmes pour améliorer leurs compétences durant le reste de leur carrière. Les activités de développement professionnel continu (DPC) sont souvent offertes durant la fin de semaine, sous forme de cours, de présentations d’experts à des conférences, de plateformes vidéos et de littérature révisée par des pairs. Ces méthodes sont coûteuses et sporadiques, favorisent l’isolement, constituent des occasions d’apprentissage limitées et longitudinales, et provoquent peu ou pas de commentaires utiles. Il n’existe actuellement aucun programme officiel assurant le partage de compétences et de techniques entre pairs chirurgiens.

Objectifs :
(1) Déterminer le besoin perçu de mentorat entre pairs en vue de peaufiner les compétences longitudinales des chirurgiens en exercice, les attitudes qui y sont favorables et les obstacles possibles; (2) Élaborer et évaluer un programme pilote de mentorat entre pairs pour les chirurgiens en exercice.

Type d’étude :
Cette étude prévoit (a) une synthèse des connaissances pour définir le recours actuel au mentorat entre pairs par les chirurgiens en exercice; (b) des entrevues semi-structurées fondées sur une méthodologie de la théorie à base empirique; (c) des données de sondage national pour déterminer les attitudes favorables au mentorat entre pairs chirurgiens; et (d) une étude pilote pour déterminer la faisabilité et les résultats d’apprentissage d’une telle intervention.

Contexte :
L’étude sera réalisée dans un hôpital universitaire mais inclura des chirurgiens représentant une variété de milieux de pratique et de surspécialités.

Analyse statistique :
Les données qualitatives seront analysées suivant une méthodologie de la théorie à base empirique. Nous analyserons les données quantitatives au moyen des techniques de la statistique descriptive et inférentielle.

Conclusion :
Ce programme de recherche définira les obstacles et les leviers du mentorat entre pairs pour les chirurgiens en exercice; ce premier pas risque d’avoir une grande influence sur le DPC à l’échelle des spécialités chirurgicales.

Comment ces travaux éclaireront-ils la recherche sur la formation médicale?
Actuellement, les chirurgiens exercent seuls, ont peu d’occasions de mentorat et reçoivent peu de rétroaction durant leur carrière. Ce projet vise à déterminer l’influence du mentorat entre pairs chez les chirurgiens en exercice, les attitudes qui y sont favorables et les obstacles possibles. À l’instar d’un « programme d’échange », un modèle de mentorat entre pairs sera mis en œuvre pour surmonter les obstacles qui empêchent habituellement les chirurgiens de se fréquenter et d’apprendre des autres, même au sein d’un même hôpital ou d’un même département. En plus de favoriser l’amélioration des compétences chirurgicales et l’adaptation de nouvelles techniques en cette ère de changement rapide, le modèle de mentorat entre pairs devrait permettre d’instaurer une meilleure culture de coopération et de collaboration entre collègues. Nous prévoyons que les résultats de cette étude entraîneront un changement de paradygme dans la façon dont les chirurgiens améliorent actuellement leurs compétences, s’adaptent aux changements de la pratique et adoptent de nouvelles technologies au fil du temps.

Geoffrey Norman, PhD

Diagnostic Errors: Knowledge Deficit vs Cognitive Bias and Checklists

Geoffrey Norman, PhD
Geoffrey Norman, PhD
Programme de recherche et de développement en éducation, Université McMaster

Résumé

Contexte :
La cause des erreurs de diagnostic fait actuellement l’objet d’un débat. Certains sont d’avis que les erreurs découlent de l’application involontaire d’une heuristique cognitive intrinsèquement vouée à l'échec; d’autres croient que les erreurs sont principalement la conséquence d’un manque de connaissances.

Objective:
Comparer directement l’efficacité des listes de vérification en fonction a) des biais cognitifs et b) des caractéristiques cliniques pour réduire le nombre d’erreurs dans l’interprétation des ECG.

Type d’étude :
Étude randomisée contrôlée en trois groupes. Tous les résidents recevront des instructions relatives à la lecture d’ECG. Les résidents du groupe 1 recevront d’autres instructions concernant le rôle de biais cognitifs ciblés et le recours à une liste de vérification qui les identifie. Les résidents du groupe 2 recevront des instructions concernant la lecture systématique des ECG et le recours à une liste de vérification fondée sur des caractéristiques. Le groupe 3 assure un contrôle sans intervention. Tous les résidents seront évalués en fonction d’une série de 20 nouveaux ECG, qu’ils devront examiner deux fois – première lecture rapide et deuxième lecture au moyen de la liste de vérification propre au groupe (ou sans liste).

Contexte :
Programmes de formation postdoctorale en médecine d’urgence et en médecine interne, soit 60 résidents et 30 enseignants de Hamilton (Canada), Seattle (É.-U.) et Rotterdam (Pays-Bas).

Résultats :
Exactitude globale pour une nouvelle série de 20 ECG, avant et après l’utilisation d’une liste de vérification. Le deuxième résultat porte sur le rendement à l’examen d’un sous-ensemble de 6 ECG spécialement conçus pour illustrer deux biais cognitifs.

Influence :
Les résultats exercent une influence considérable sur les stratégies visant à réduire les erreurs de diagnostic.

Comment ces travaux éclaireront-ils la recherche sur la formation médicale?
Les erreurs de diagnostic sont une cause importante de morbidité et de mortalité, et elles font couler beaucoup d’encre depuis les dernières années. Selon l’opinion dominante, les erreurs sont le résultat de biais cognitifs innés découlant de processus cognitifs humains. Par conséquent, les demandes affluent pour la création de cours sur les biais cognitifs. Curieusement, il existe très peu de preuves quant à leur efficacité. Malgré la centaine de biais décrits, très peu d’études ont examiné le lien entre l’expertise et les biais, et les résultats se contredisent. Aussi, seulement quelques études ont examiné l’incidence de l’enseignement des biais sur les erreurs, et les résultats sont tous négatifs.

L’autre solution consiste à mettre en pratique les connaissances appropriées en rappelant aux médecins les connaissances propres à une affection (diagnostics, signes, tests) dont ils devraient tenir compte. Cette étude constitue le premier test directement en lien avec les deux approches (liste de contrôle des biais cognitifs et liste de contrôle propre à une affection). Les résultats ont une influence majeure sur les stratégies visant à réduire les erreurs.

Nha Voduc, MD, FRCPC

Measuring Development of Competency with the Ontario Bronchoscopy Assessment Tool

Nha Voduc, MD, FRCPC
Nha Voduc, MD, FRCPC
Professeur agrégé et directeur du programme de pneumologie
Faculté de médecine, Université d'Ottawa

Résumé

La bronchoscopie est une intervention diagnostique et thérapeutique couramment réalisée. La compétence en bronchoscopie est une exigence pour de nombreux programmes de résidence, mais il existe très peu de données permettant de fonder un programme d’études en bronchoscopie. Des questions fondamentales telles que le degré de formation ou d’expérience requis pour devenir compétent en bronchoscopie demeurent sans réponse.

Nous avons déjà élaboré, validé et publié l’Ontario Bronchoscopy Assessment Tool (OBAT), le premier et unique outil d’évaluation du rendement fondé sur la compétence en bronchoscopie.

Pour la présente étude, nous utiliserons cet outil afin de suivre le développement de la compétence en bronchoscopie chez les stagiaires en pneumologie de plusieurs centres universitaires. Les stagiaires seront recrutés au début de leur formation surspécialisée (R4). Leur rendement en bronchoscopie sera évalué par les médecins superviseurs au moyen de l’OBAT. Notre principal objectif consiste à faire le suivi des pointages tout au long de la formation afin de créer des courbes d’apprentissage en bronchoscopie et évaluer les quartiles médian, supérieur et inférieur des pointages de l’OBAT en fonction de différentes interventions. Les courbes nous permettront de dériver le nombre médian d’interventions requis pour que les stagiaires deviennent compétents en bronchoscopie, et elles nous permettront de mieux comprendre les écarts dans le développement de la compétence dans cette intervention. Nos objectifs secondaires consistent à définir les facteurs liés au stagiaire et à la formation qui risquent d’influencer le développement de la compétence, ainsi que les aspects de la bronchoscopie qui sont les plus difficiles à apprendre.

Comment ces travaux éclaireront-ils la recherche sur la formation médicale?
L’initiative La compétence par conception du Collège royal a fait ressortir la nécessité de mieux comprendre les exigences de formation propres à l’acquisition des compétences interventionnelles. Ces travaux sont importants pour la formation médicale parce qu’ils tentent de déterminer pour la première fois la courbe d’apprentissage en bronchoscopie au moyen d’un outil d’évaluation validé et fondé sur les compétences.

En déterminant la courbe d’apprentissage en bronchoscopie, notre étude fournira aux programmes de formation les toutes premières données probantes qui permettront de fonder un programme d’études en bronchoscopie. La courbe d’apprentissage servira aussi de point de comparaison pour le rendement des stagiaires.

La conception multicentrique et fondée sur des tâches cliniques de notre étude constitue une caractéristique particulière des études sur la formation médicale en pneumologie. Si nous parvenons à nos fins, notre étude pourra servir de modèle aux futures études liées à d’autres interventions médicales.

2016

Joanna Bates, MDCM, CCFP, FCFP

Gisèle Bourgeois-Law, MD, FRCSC, MEd (PhD student, Maastricht University)

Kathy Boutis, MD, MSc, FRCPC

Kevin Eva, PhD

Joanne Goldman, PhD

Sandra Monteiro, PhD

Dominique Piquette, MD, MSc, MEd, PhD

Akshay (Shay) Seth, MD MAEd(c)

Kong Eric You-Ten, MD, PhD, FRCPC and Sev Perelman, MD, CCFP-EM

Bin Zheng, MD, PhD