Passer au contenu principal
Suivez-nous

Harmonisation de l’agrément avec la CPC

Pourquoi devons-nous changer le processus d’agrément?

Le système d’agrément actuel est axé sur la durée. La compétence par conception (CPC), l’initiative du Collège royal axée sur l’approche par compétences (APC) en formation médicale, va au-delà de l’évaluation à la fin de la résidence afin de créer un environnement dans lequel tous les aspects du rendement de l’apprenant sont continuellement évalués.

Que se passe-t-il lors de la transition à l’APC en formation médicale?

Alors que nous adoptons la CPC, nous devons revoir aussi l’agrément pour que le système fonctionne bien.

Pourquoi ne pas apporter des changements au fur et à mesure lors de la transition à l’APC?

La CPC préconise une formation fondée sur les résultats et exige un système d’agrément fondé sur les résultats. Les normes et le processus doivent évoluer pour que les facultés de médecine et les programmes soient en mesure d’améliorer constamment la qualité de la formation des résidents canadiens.

Comme la CPC, pourquoi ne change-t-on pas l’agrément en procédant par cohorte/discipline?

Pour changer l’agrément par cohorte/discipline, il faudrait que les deux systèmes (le nouveau et l’ancien) soient mis en œuvre en même temps. Ceci créerait encore plus de travail.

Pourquoi faut-il privilégier une mise en œuvre graduelle?

La réforme graduelle de l’agrément, par université, est la meilleure solution, parce qu’elle est beaucoup moins complexe et réduira la confusion et le travail pour de nombreux intervenants. Le nouveau système d’agrément fonctionne avec les modèles adaptés (ou non) à l’APC en formation médicale, et il aidera les universités en fournissant de nouveaux outils pour améliorer la qualité de leurs programmes, à mesure qu’elles y intégreront l’APC en formation médicale.

Comment et quand serai-je touché par ces changements?