Passer au contenu principal
Suivez-nous

Politique et procédures de révision officielle des examens du Collège royal

Ce document explique la politique et les procédures de révision officielle des examens du Collège royal. Il s’adresse aux candidats, aux présidents et aux membres des comités d’examen (y compris aux surveillants nommés par le Collège royal), ainsi qu’au personnel du Collège royal.

  1. Politique

Les révisions officielles des examens sont effectuées seulement à la suite d’allégations d’irrégularités importantes en ce qui concerne le processus d’évaluation, et non pour des erreurs présumées dans le contenu. Cette mesure est conforme à celle que d’autres organisations ont adoptée comme garantie pour éviter de nuire au processus d’examen.

La distinction entre le contenu et le processus est de la plus haute importance, et doit être prise en considération en premier par tous ceux qui sont concernés. Le Conseil du Collège royal a également précisé qu’aux fins de révision, les irrégularités en matière de processus sont considérées comme étant pertinentes uniquement lorsqu’elles sont suffisamment graves pour affecter de manière tangible le rendement du candidat.

  1. But

Les révisions officielles d’examens font partie du système d’évaluation et d’amélioration de la qualité que le Collège royal utilise pour accorder la certification de spécialiste. Elles constituent un moyen d’enquêter sur les circonstances entourant les examens écrits, oraux ou autres passés par les candidats, et de s’assurer que le processus a été mené selon les modalités propres à la conduite d’un examen que le comité d’examen a déterminées et que le Comité de l’évaluation du Collège royal a approuvées. Les candidats, les examinateurs, le Comité de l’évaluation, et le Bureau de l’éducation participent en collaboration aux révisions officielles d’examen dans le but de remédier à des irrégularités importantes dans la conduite du processus d’examen et à toute iniquité de procédure qui affecte de manière tangible des candidats en vue d’améliorer le système d’évaluation et de rehausser la qualité du processus de certification.

III. Principes

  1. Les examinateurs d’une spécialité donnée sont les autorités en matière de contenu. Leur jugement quant à la justesse des réponses d’un candidat ne peut pas être contesté, sinon la révision tournerait en discussion orientée sur le contenu entre experts.
  1. Lorsque les examinateurs décident qu’un candidat n’a pas répondu correctement à un nombre suffisant de questions, et que par conséquent il n’a pas atteint les objectifs de l’examen ou les normes de compétences requises, le candidat peut être en désaccord avec leur décision, mais cela demeure dans le domaine du contenu et ne constitue pas un motif de révision.
  1. Parfois, il est inévitable qu’il faille s’éloigner de la formule ou de la conduite d’examen prévue ce qui entraîne des irrégularités, mais celles-ci n’occasionnent pas d’iniquités et n’affectent pas vraiment le rendement des candidats.