Dialogue

Vol. 15, no. 5 — mai 2015
Bienvenue à Dialogue, votre bulletin d'information du Collège royal


À LA UNE CE MOIS-CI


Des Associés novateurs pourraient aider des dizaines de milliers de patients atteints d’anesthésie cornéenne

Trois Associés n’auraient jamais pu imaginer qu’une technique qu’ils ont développée pour des patients canadiens pouvait aider des dizaines de milliers d’autres patients dans le monde.


Mot du président : Pourquoi les Associés doivent-ils s’intéresser davantage à CanMEDS 2015?

Le Dr Imrie invite les Associés à découvrir que CanMEDS 2015 n’est pas si éloigné de la réalité de leur pratique quotidienne.


Route B de la REP : évaluation fondée sur la pratique des candidats en psychiatrie

Premiers résultats de l’examen/l’évaluation pour la Route B de la REP.


Premiers échanges sur le DPC fondé sur les compétences

Les discussions ont porté sur l’objet, les avantages possibles et les défis de la transition vers un modèle de développement professionnel continu (DPC) fondé sur les compétences.


Le schéma CanMEDS 2015 : légère révision ou révision complète?

Nous avons reçu d’excellents commentaires sur l’actualisation du schéma CanMEDS.


Un chirurgien novateur, un chercheur et un éducateur nommés Associés honoraires

Découvrez nos trois nouveaux Associés honoraires.


Membres à la une


En souvenir



Autres nouvelles

Participez au Programme de prix et bourses du Collège royal avant le 11 septembre

Présentez une demande de bourse ou de subvention ou soulignez le travail d’un pair qui vous inspire.


De nouvelles vidéos expliquent ce que font réellement les spécialistes

Nos nouvelles vidéos pilotes montrent l’importance et la diversité des rôles des spécialistes.


Vous avez des questions sur la CPC? Avec nos webinaires, faites d’une pierre deux coups

Soyez au fait des activités et obtenez des crédits du programme de MDC.



Nouvelles sur la conférence et le sommet de simulation

Parmi les points forts de la CIFR 2015, les conférenciers internationaux, les portfolios électroniques, les fins cépages à déguster et l’art numérique

Points forts à signaler; inscrivez les dates dans votre téléphone intelligent!


Frayez-vous un chemin au Sommet de simulation 2015

Découvrez nos séances plénières animées par des experts de renom


 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Des Associés novateurs pourraient aider des dizaines de milliers de patients atteints d’anesthésie cornéenne

Une technique novatrice canadienne pourrait aider des dizaines de milliers d’enfants atteints d’anesthésie cornéenne

Photo gracieusement fournie par l’Hôpital des enfants malades (SickKids)

Il y a environ deux ans, trois médecins de l’Hôpital pour enfants malades (SickKids) de Toronto (Ontario) ont constaté qu’ils pouvaient recourir à une technique de greffe nerveuse pour traiter des enfants atteints d’anesthésie cornéenne, une maladie rare au Canada. Ils n’auraient jamais pu imaginer que, grâce à cette technique, des dizaines de milliers de patients dans le monde entier pourraient retrouver une sensibilité cornéenne.

Une technique relativement simple et efficace

« L’anesthésie cornéenne est très rare; peu de jeunes Canadiens en sont atteints chaque année », a affirmé le Dr Asim Ali, FRCSC, ophtalmologiste à l’hôpital SickKids.

En raison de cette insensibilité de l’œil, les patients ne savent pas qu’ils ont une égratignure ou un corps étranger dans l’œil, de sorte qu’ils mettent vraisemblablement plus de temps à détecter les problèmes. De plus, leurs yeux ne guérissent pas aussi rapidement, ce qui peut les prédisposer aux infections, à la formation de cicatrices et aux distorsions visuelles.

« La douleur est le premier signal qui les amène à cligner des paupières, à retirer ce qu’ils ont dans les yeux ou à consulter un médecin. Avec le temps, la plupart de ces patients perdent la vue », a-t-il ajouté, précisant que certains patients naissent avec cette maladie ou peuvent en être atteints à la suite d’une tumeur cérébrale ou d’un traumatisme.

Le Dr Ali et ses collègues, le Dr Ronald Zuker, FRCSC, FACS, et le Dr Gregory Borschel, FACS, spécialistes en chirurgie reconstructive et plastique, et codirecteurs de la Clinique de paralysie faciale à l’hôpital SickKids, ont mis au point une solution qui s’apparente essentiellement à une technique de greffe nerveuse créée par le Dr Zucker pour favoriser le fonctionnement des nerfs moteurs faciaux (p. ex., pour permettre aux personnes atteintes de paralysie faciale de sourire).

Le Dr Borschel a expliqué que, durant l’intervention, un petit morceau du nerf sural du patient est prélevé et relié à un nerf sensitif fonctionnel du visage. Les chirurgiens font ensuite traverser le nerf jusqu’à la surface de l’œil insensible, où ils « le séparent » en fascicules qu’ils dirigent autour de l’œil avant que le Dr Ali les implante directement dans la cornée insensible.

« Le Dr Zuker a exécuté cette technique de greffe nerveuse à de nombreuses reprises et il est en fait un expert en la matière, a confié le Dr Ali. C’est l’application de cette technique à la cornée qui est novatrice. Il s’agit donc vraiment d’une nouvelle approche d'une technique éprouvée et exécutée de manière différente auparavant. »

Découvrez cette technique et son impact dans cette vidéo de SickKids »
(en anglais seulement)

Une technique qui suscite un intérêt au niveau international

Avant l’apparition de cette technique, les patients atteints d’anesthésie cornéenne ne recevaient que des traitements d’appoint; p. ex., lubrifier l’œil ou, dans certains cas, coudre la paupière pour favoriser la guérison. L’équipe a traité ainsi 10 yeux chez huit patients et, dans tous les cas, la sensibilité cornéenne acquise était quasi normale.

« Trois mois après l’intervention, les patients commencent à retrouver une sensibilité sur le site donneur. Si vous leur touchez l’œil, c'est un peu comme si vous leur touchiez le front au départ, a précisé le Dr Borschel. Environ six mois plus tard, le cerveau commence à se reconfigurer et ils commencent à ressentir une réelle sensibilité oculaire. »

L’équipe a publié ses résultats dans des revues médicales (JAMA Ophthalmology et Plastic and Reconstructive Surgery) et présenté ses constatations lors de réunions nationales et internationales. Ils ont été surpris de constater qu’un vif intérêt était manifesté au niveau international.

« Nous avons réalisé soudainement les nombreuses autres applications possibles de cette technique », a affirmé le Dr Zuker.

Le Dr Borschel est allé plus loin : « Nous étions à peine revenus d’une réunion en Inde que des chirurgiens de ce pays nous ont appris que des dizaines de milliers de leurs patients souffrent de cette maladie en raison de la lèpre, qui crée un lourd fardeau dans le monde entier. Nous ne soupçonnions pas que la technique pourrait être utile en ce sens ».

Le groupe a aussi appris récemment que les infections herpétiques oculaires, dont souffrent des milliers de patients dans les pays en développement, pouvaient être traitées au moyen de cette technique. Fruit du hasard, les Drs Zuker et Borschel forment actuellement un stagiaire en chirurgie plastique de la Colombie né dans la même ville qu’un ophtalmologiste en formation à l’Hôpital Toronto Western.

« Ils apprendront vraiment à exécuter cette technique et, une fois de retour dans leur pays, ils l’utiliseront pour traiter leurs patients atteints d’herpès », s’est réjoui le Dr Borschel.

« Nous sommes prêts à enseigner cette technique à tous ceux qui désirent venir l’apprendre », a
ajouté le Dr Ali.

La collaboration entre les spécialistes est la clé de cette technique novatrice

La collaboration entre les spécialistes est la clé de cette technique novatrice

Photo gracieusement fournie par l’Hôpital des enfants malades (SickKids)

Ce projet était appuyé par le Programme pour l’innovation en chirurgie de l’hôpital SickKids, que dirige le chef de la chirurgie de cet établissement. L’équipe de collègues a présenté une proposition écrite décrivant ce qu’ils comptaient faire, y compris les risques connus, les avantages, la population de patients et la preuve de leur formation et de leur compétence pour exécuter la technique.

Comme il s’agit d’un projet interdisciplinaire, il a fallu un certain temps et beaucoup de coordination pour réunir tous les participants, a précisé le Dr Ali, qui, au même titre que ses collègues, ont ajouté que l’environnement de cet établissement a facilité cette collaboration.

« L’union des intérêts de nos deux surspécialités et notre expertise en microchirurgie et en chirurgie de la cornée nous ont permis de développer cette technique relativement facile et simple », a expliqué le Dr Zuker.

« C’est un bel exemple de collaboration et d’efforts de la part de deux disciplines différentes pour résoudre cette situation inhabituelle et difficile », a ajouté le Dr Borschel.

Le Dr Borschel et son équipe du laboratoire de régénération nerveuse à l'hôpital SickKids étudient l’anesthésie cornéenne dans des modèles animaux. Ils espèrent déterminer avec exactitude le fonctionnement de la technique, comment l’améliorer et comment d’autres patients peuvent profiter d’approches similaires.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

MOT DU PRÉSIDENT

Pourquoi les Associés doivent-ils s’intéresser davantage à CanMEDS 2015?

Kevin Imrie, MD, FRCPC

Kevin Imrie, MD, FRCPC

Je comprends que certains de nos Associés ont l’impression que notre projet triannuel d’actualisation du référentiel CanMEDS est un peu éloigné de la réalité de leur pratique quotidienne. J’espère les convaincre du contraire.

Depuis la création de CanMEDS il y a 10 ans, beaucoup de choses ont changé, notamment les exigences envers les médecins et les attentes envers le système de santé contemporain. Nous actualisons le référentiel CanMEDS (auparavant appelé le cadre CanMEDS) afin de tenir compte de ces changements. La sécurité des patients en est le parfait exemple.

La sécurité des patients est un sujet de conversation fréquent chez les étudiants, les résidents et les cliniciens. Des conférences entières, des articles de recherche et des projets y sont consacrés, dans le souci de créer de meilleurs évaluations, outils et mesures de protection pour obtenir des résultats optimaux pour les patients.

Il ne s’agit pas ici d’une coïncidence ni même de remettre en question la qualité des soins, mais plutôt de souligner l’importance fondamentale de la sécurité des patients dans la pratique des médecins. Le Collège royal reconnaît cette importance et en fait activement la promotion.

La sécurité des patients fait maintenant partie du référentiel CanMEDS 2015 (la version finale sera lancée en octobre durant la CIFR 2015, mais je vous invite à consulter en ligne les ébauches du référentiel et du Guide des jalons). Le rôle d’expert médical décrit clairement les attentes envers les médecins : « Reconnaître le préjudice pouvant résulter de la prestation des soins y compris les incidents touchant la sécurité des patients et y remédier », et « Adopter des stratégies qui favorisent la sécurité des patients et qui tiennent compte des facteurs humains et systémiques ».

Ces mêmes principes sont mis de l’avant dans la campagne nationale Choisir avec soin lancée en grande pompe il y a trois ans et que plusieurs attendaient depuis longtemps à juste titre. J’espère que vous la connaissez tous; sinon, je vous encourage à visiter son site Web.

Choisir avec soin remet en question les façons de faire antérieures afin de se concentrer sur des mesures pratiques contribuant à la qualité des soins. Cet état d’esprit a prévalu durant les travaux de CanMEDS 2015. Celui-ci représente plus qu’un modèle pour faciliter la transition vers une approche par compétences en formation médicale au niveau postdoctoral, il vise aussi à refléter, à guider et à appuyer la pratique de la médecine moderne, durant toutes les étapes de la carrière d’un spécialiste. La sécurité des patients n’en est qu’un aspect.

J’invite aujourd’hui tous les Associés à lire l'ébauche du Référentiel de compétences CanMEDS 2015 pour les médecins. Reflète-t-elle les compétences requises pour votre pratique? Envoyez-moi vos commentaires à ce sujet.

-Kevin @kimrie
president@collegeroyal.ca

Pour en savoir plus sur CanMEDS 2015, visitez www.collegeroyal.ca/canmeds2015

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Route B de la REP : évaluation fondée sur la pratique des candidats en psychiatrie

Route B de la REP : évaluation fondée sur la pratique des candidats en psychiatrie

Du 4 au 7 mars 2015, un peu moins de 12 candidats ont été les premiers à participer à l’évaluation et à l'examen fondés sur la pratique de la Route B de la Route d’évaluation par la pratique (REP) au Collège royal à Ottawa (Ontario). Cette évaluation, conçue par le Comité de spécialité en psychiatrie, avec l’aide d’employés du Collège royal, devait permettre de mesurer de manière exhaustive les compétences, les connaissances et les habiletés des candidats.

Au sujet de la Route d’évaluation par la pratique (REP) du Collège royal

Approuvée par le Conseil du Collège royal en février 2010, la Route d’évaluation par la pratique (REP) menant au certificat cible les médecins formés à l’étranger qui détiennent un permis et exercent en tant que spécialistes au Canada, mais qui ne sont pas certifiés par le Collège royal. La REP offre deux voies d'égale rigueur pour examiner les compétences des candidats dans les spécialités primaires :

La Route A est offerte actuellement aux candidats dans la plupart des spécialités primaires; les deux dernières spécialités (dermatologie, chirurgie vasculaire) préparent les documents liés au champ de pratique en vue du cycle d’examen de 2016. À ce jour, seuls les candidats en psychiatrie ont participé au projet pilote de l’évaluation dans la pratique prévue par la Route B.

Avant l’essai pilote, Paul Dagg, MD, FRCPC, président du Comité de spécialité en psychiatrie, a exprimé sa confiance envers cette méthode d’évaluation :

« Nous croyons avoir créé un processus d’évaluation fiable et rigoureux qui s’applique davantage aux psychiatres à mi-chemin dans leur carrière. Il est axé non seulement sur leurs connaissances, mais aussi sur les compétences importantes qu’il est difficile de mesurer dans les examens traditionnels après la résidence. Ce qui importe, c'est de savoir que les personnes possèdent les compétences requises pour exercer la psychiatrie; c'est pourquoi notre processus comprend une rétroaction multisources détaillée et normalisée ainsi que divers outils d'évaluation immédiate, dont des ECOS, des vérifications de dossiers, des discussions de cas et une séance de consultation observée. »

Tous les examinateurs ont confirmé la rigueur de la route dans le sondage post-évaluation et précisé que la Route B permettait de mesurer les candidats de manière aussi rigoureuse que l’examen traditionnel du Collège royal. Pour les candidats et les examinateurs, le niveau de difficulté de l’évaluation était approprié.

Un plan d’élargissement de la Route B de la REP aux candidats d’autres spécialités sera bientôt élaboré.

Route B de la REP : nombreux points évalués

Les candidats en psychiatrie intéressés à participer au projet pilote sur la Route B de la REP ont été invités à présenter leurs demandes à la fin de juillet 2014. Ce projet était limité à 12 candidats. Les candidats retenus en ont été informés au début du mois d’août, marquant ainsi le début de l’étape finale du processus d’examen des titres et de l’évaluation sur papier.

L’examen des titres comprenait une évaluation de la formation médicale postdoctorale de chaque candidat et de sa pratique des cinq dernières années. L’évaluation sur papier comprenait quant à elle un questionnaire de rétroaction multisources et une vérification de bonne conduite professionnelle du candidat auprès de son ordre des médecins. En partenariat avec Pivotal Research, les questionnaires de rétroaction multisources ont été distribués aux patients, aux confrères et aux collègues des candidats. Le superviseur de chaque candidat a également reçu un questionnaire. Les candidats qui ont réussi cette étape ont été invités à s’inscrire à l’évaluation. À la fin de novembre 2014, les candidats acceptés ont reçu des instructions pour se préparer à l’évaluation prévue en mars 2015 et présenter les dossiers de patients ainsi que les autres documents requis.

Le Collège royal a ensuite recruté 12 évaluateurs dans un bassin composé d’anciens examinateurs du Collège royal et de pairs évaluateurs actuels du Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario. Chaque évaluateur a participé à une séance de formation obligatoire de deux jours donnant notamment un aperçu de toutes les parties de l’évaluation et de l’échelle de notation.

Des patients standardisés ont aussi été utilisés durant l’évaluation axée sur la séance de consultation observée à Ottawa, afin d’uniformiser davantage les évaluations individuelles et d’évaluer les évaluateurs et les candidats provenant de l’extérieur de l’Ontario, sans qu’il y ait de répercussions sur leur permis d’exercice.

Tous les évaluateurs ont participé aux délibérations finales qui ont confirmé quels candidats avaient satisfait à toutes les exigences de l’évaluation.

Comme le sondage post-évaluation l’a montré, l’examen a permis de mesurer avec rigueur les connaissances et les compétences des candidats en psychiatrie. Ceux qui ont échoué à cette tentative ont reçu un sommaire de leurs résultats, qui précisait les points à améliorer. Ils devront confirmer avoir apporté les améliorations requises avant de pouvoir effectuer une deuxième tentative.

Élargir la Route B de la REP à d’autres spécialités

L’examen des commentaires des candidats et des évaluateurs sur le processus d’évaluation et d’examen de la Route B en psychiatrie est en cours et permettra d’assurer le bon déroulement de la prochaine série d’évaluations.

Le Collège royal continuera de miser sur la qualité et l’amélioration de la qualité durant l’évaluation et l’examen prévus par la Route B de la REP, afin que le processus soit aussi rigoureux que l’examen traditionnel, à mesure qu'il s'élargira à d’autres spécialités.

Veuillez envoyer vos questions ou vos commentaires à credentials@collegeroyal.ca.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Premiers échanges sur le DPC fondé sur les compétences

Premiers échanges sur le DPC fondé sur les compétences

Plus de 100 chefs de file du développement professionnel continu (DPC), représentants d’ordres des médecins, experts en évaluation et chercheurs en formation médicale provenant de 56 organisations ont participé le mois dernier à des discussions dirigées sur la transition vers un système de DPC fondé sur les compétences.

« Nous promettons de travailler avec nos Associés, les ordres des médecins et les experts du DPC afin d’offrir un système qui répond aux besoins particuliers de la pratique, qui mesure l’impact et qui, à terme, améliore le rendement et les résultats pour les patients », a expliqué Ken A. Harris, MD, FRCSC, directeur exécutif du Bureau de l’éducation spécialisée du Collège royal.

Les avantages du DPC fondé sur les compétences

Les avantages du DPC fondé sur les compétences

Ce sommet historique était organisé par Craig Campbell, MD, FRCPC, directeur du Développement professionnel continu du Collège royal, qui a engagé les discussions sur l’objet, les avantages possibles et les défis de la transition vers un modèle de DPC fondé sur les compétences.

Quatre avantages possibles de l’adoption de ce modèle sont ressortis :

  1. Adapter le système de DPC afin d’obtenir les résultats souhaités dans la pratique, y compris des améliorations mesurables dans la qualité des soins, la sécurité des patients et les résultats pour les patients.

  2. Faire de l’évaluation une stratégie importante de l’apprentissage à vie dans la pratique en permettant l’accès aux données sur le rendement, la rétroaction de pairs et l’élaboration d’un plan d’action pour améliorer la compétence et le rendement sur les plans individuel, de groupe et d’équipe.

  3. Promouvoir l’importance de CanMEDS 2015 afin d’obtenir des résultats pédagogiques significatifs et d’aider les spécialistes à choisir des activités d’apprentissage contribuant au maintien des compétences requises dans la pratique.

  4. Faciliter l’atteinte de résultats cliniques importants en utilisant le référentiel CanMEDS pour favoriser des améliorations continues dans le système de santé.

Éléments importants dans la transition vers un modèle de DPC fondé sur les compétences

Outre ces possibilités, les participants ont discuté des défis de l’introduction d’un nouveau modèle de DPC, notamment :

Prochaines étapes des discussions

Tirant profit de l'élan donné par ce sommet, le Collège royal fera équipe avec des Associés, des experts du DPC et la communauté de l’éducation médicale afin de créer une série de livres blancs qui creuseront les questions liées au DPC fondé sur les compétences et de formuler des recommandations pour le futur.

Nous reconnaissons qu’une transition harmonieuse vers ce modèle exigera un examen soigné ainsi qu’une grande coordination et coopération. Les livres blancs et les recommandations seront transmis aux intervenants afin d’obtenir d’autres conseils et de faire appel à leur collaboration pour mettre au point un modèle de DPC fondé sur les compétences qui répondra aux besoins de la population et de la profession.

Comment saurons-nous que nous aurons réussi? Tout comme l’auteure américaine Judith Glaser, nous voulons que toutes les personnes mises à contribution « sentent qu’elles sont des agents de changement et non des objets de changement ».

Si vous avez des questions, écrivez-nous à l’adresse cbd@collegeroyal.ca

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Le schéma CanMEDS 2015 : légère révision ou révision complète?

Le schéma CanMEDS à l’étude

Le schéma CanMEDS à l’étude

Au début de 2015, nous avons fait appel à nos principaux intervenants et à nos Associés en vue d’actualiser le schéma CanMEDS, l’une des sous-marques les mieux connues du Collège royal. En février, nous avons organisé une série de groupes de discussion; LEVEL 5, une société d’experts-conseils de Toronto qui a été notre partenaire, a regroupé, analysé et résumé le fruit de ces discussions, puis soumis un dossier pour passer à l’action.

Voici un aperçu des excellents commentaires et recommandations que nous avons reçus :

Un changement reflétant une évolution plutôt qu’un changement radical
Les groupes de discussion ont indiqué qu’une révision complète du schéma n’était pas vraiment le but recherché. Selon LEVEL 5 : « Il n’est pas nécessaire de mettre l’accent sur de nouveaux éléments fondamentaux, p. ex., un reflet communautaire. Nous avons constaté un vif désir de moderniser le schéma en atténuant le volet clinique/académique pour ajouter un style plus dynamique et moderne qui rendrait le schéma plus attrayant. »

L’intégration des rôles est essentielle
Les participants des groupes de discussion ont clairement fait savoir que le schéma doit refléter l’intégration et le chevauchement des divers rôles CanMEDS. Ils ont favorisé le maintien de la forme actuelle du schéma (diagramme de Venne).

Au centre, l’expert médical, en raison de son identité
Tous les participants sont d’avis qu’il faut continuer d’accorder une grande importance au cœur du schéma; le rôle clé du référentiel CanMEDS doit être au centre; il doit identifier et être ce qui distingue la profession. Cependant, les avis n’étaient pas unanimes quant au rôle qui doit être inclus au centre du schéma.

Après avoir analysé les données des groupes de discussion, nos partenaires de LEVEL 5 ont constaté ce qui suit : « Même si les avis divergeaient, il était clair que le rôle qui doit figurer au centre du schéma est celui d’expert médical, car il est fondamental et exprime une identité. Les participants ont suggéré plusieurs solutions de rechange (p. ex., professionnel médical, médecin), mais le rôle d’expert médical demeure dominant. »

Tous les rôles doivent sembler égaux
Tous les participants s’entendaient pour dire que tous les rôles doivent être jugés égaux sur le schéma. Il existe évidemment des hiérarchies différentes et concurrentes, selon le point de vue de l’utilisateur. Nos partenaires ont conclu qu’il était clair, pour la plupart des participants, que« tous les rôles doivent avoir la même importance et que chacun doit être traité de la même façon ».

Une plus grande teneur émotive en misant sur la couleur et le symbolisme
Les participants ont dit souhaiter que le schéma ait une plus grande teneur émotive et souligne la dimension humaine du développement de la profession.

De façon générale, la perception du schéma CanMEDS était favorable, car il s’agit de l’une des sous-marques les mieux connues du Collège royal, ici et à l’étranger. Les participants des groupes de discussion, les employés et les principaux éducateurs médicaux du Collège royal étaient d’avis qu’une simple actualisation s’avère nécessaire pour lui donner plus d’attrait

Actualiser le schéma : prochaines étapes

S’appuyant sur la rétroaction fournie par LEVEL 5, le Collège royal travaille avec un graphiste qui s’occupera d’actualisera le schéma. Plusieurs concepts seront mis de l’avant et communiqués à des auditoires clés aux fins de commentaires. Le nouveau schéma recommandé sera présenté au Conseil cet été.

Le dévoilement de la version finale du schéma actualisé aura lieu durant la Conférence internationale sur la formation des résidents de 2015 à Vancouver, lors du lancement officiel du Référentiel de compétences CanMEDS 2015 pour les médecins, du Guide des jalons CanMEDS et des outils de perfectionnement connexes.

Pour en savoir plus sur CanMEDS 2015, visitez collegeroyal.ca/canmeds2015.

Contexte : Consultation sur les changements à apporter au schéma CanMEDS

Nous avons lancé en 2012 notre projet de trois ans visant l'actualisation du Référentiel de compétences CanMEDS pour les médecins (anciennement « cadre »). Depuis, nous avons publié plusieurs ébauches et mené chaque fois des consultations auprès de nos Associés et intervenants. Le schéma CanMEDS faisait souvent partie des sujets soulevés. Nous avons choisi de tenir des consultations, compte tenu du niveau d’intérêt et de participation, en particulier chez les organisations partenaires et les établissements qui s’intéressent à la formation médicale.

Avec LEVEL 5, une société d’experts-conseils de Toronto, nous avons formé six groupes de discussion qui ont eu des entretiens téléphoniques d’une heure en février 2015, animés par Jason Frank, MD, FRCPC, Andrée Boucher, MD, FRCPC, et Elaine Van Melle, PhD. Des intervenants clés avaient aussi été invités à y participer, dont des Associés du Collège royal, des organisations partenaires, des représentants des 17 facultés de médecine canadienne, des résidents et des directeurs de programme.

Les participants étaient invités à donner leur avis sur divers aspects du schéma CanMEDS actuel et à faire part de leurs suggestions afin de soumettre un nouveau schéma qui symbolisera la formation médicale offerte au Canada.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Un chirurgien novateur, un chercheur et un éducateur nommés Associés honoraires du Collège royal

Un neurologue voué à l’innovation en matière de recherche en santé, un médecin de famille passionné par la formation médicale et un chef de file international des systèmes de traumatologie seront admis au titre d’Associés honoraires du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

« Chacun de ces spécialistes ont apporté une contribution exceptionnelle à la profession médicale et aux soins aux patients au Canada et à l’étranger », a affirmé Andrew Padmos, MD, FRCPC, directeur général du Collège royal. « Leur dévouement et leur passion incarnent notre vision commune : La santé à son meilleur et des soins optimaux pour tous. »

Les Associés honoraires du Collège royal de 2015

Alain Beaudet, MD, PhD

 

 

Alain Beaudet, MD, PhD
Président, Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Au nombre de ses réalisations, le Dr Beaudet a mené une brillante carrière à l’Institut neurologique de Montréal, où il a effectué des travaux de recherche fondamentale et occupé le poste de directeur adjoint (recherche) de 1985 à 1992. Il est le président des IRSC depuis 2008. Sa candidature a été présentée en raison de ses contributions exceptionnelles en matière de recherche, d’érudition, d’innovation et de leadership en recherche en santé.

A. Brent Eastman, MD, FACS

 

 

A. Brent Eastman, MD, FACS
N. Paul Whittier, président, Traumatologie, médecin en chef émérite, Scripps Health, San Diego (Californie)
Professeur clinicien, chirurgie-traumatologie, Univ. de Californie, San Diego

Spécialiste de la chirurgie générale, vasculaire et de la traumatologie, le Dr Eastman a contribué à l’élaboration de systèmes de traumatologie dans le monde entier, y compris en Argentine, en Australie, au Brésil, au Canada, en Angleterre, en Inde, au Mexique, au Pakistan et en Afrique du Sud. Sa candidature a été présentée en raison de ses contributions exceptionnelles dans les domaines de la recherche en traumatologie, de l’enseignement et des soins aux patients, et de son apport à titre bénévole pour la profession.

Paul Grand’Maison, MD, MSc, FCFPC, FCAHS

 

 

Paul Grand’Maison, MD, MSc, FCMFC, FACSS
Directeur du Bureau des relations internationales, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke (Québec).

Paul Grand’Maison, MD-MSc (Université de Sherbrooke et Université de Western Ontario, respectivement), se décrit comme « un médecin de famille par profession, un professeur par vocation, un éducateur médical par passion, un administrateur par évolution ». Sa candidature a été présentée en raison de ses contributions exceptionnelles en matière de médecine de famille, de formation médicale, de responsabilité sociale et d’actions internationales.

Pour en savoir plus sur ces lauréats et sur l’admission au titre d’Associé honoraire au Collège royal : collegeroyal.ca/honorary.

Le prochain appel de candidatures sera lancé en octobre 2015.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal


Membres à la une

Riyad Abu-Laban, MD, FRCPC (médecine d’urgence) et Rose Hatala, MD, FRCPC (médecine interne), professeurs agrégés de l’Université de la Colombie-Britannique, ont reçu le Prix d'excellence en enseignement Killam de l’UCB de 2014-2015.

Matthew Bromwich, MD, FRCSC (oto-rhino-laryngologie - chirurgie de la tête et du cou) a supervisé le développement d’une nouvelle application pour téléphone intelligent qui permet de tester l’audition avec un iPad (lire l’article de CBC News). Le Dr Bromwich exerce en tant que médecin dans la Division d'oto-rhino-laryngologie pédiatrique au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario.

Michael Bushuk, MD, FRCSC (chirurgie orthopédique) a récemment donné une consultation pour un cas inhabituel, comme l’a rapporté le Toronto Star. Le Dr Bushuk est un chirurgien orthopédique au Scarborough Hospital à Scarborough, en Ontario.

David Cabral, MD, FRCPC (pédiatrie) est le premier titulaire nommé à la chaire de recherche en rhumatologie pédiatrique Ross Petty – Société de l'arthrite à l’Université de la Colombie-Britannique. Le Dr Cabral est professeur clinique au Département de pédiatrie de la faculté de médecine et directeur de la Division de rhumatologie.

James Downar, MD, FRCPC (médecine interne, médecine palliative, médecine de soins intensifs) donne son avis sur le sujet controversé de la transplantation de tête humaine dans l’émission de radio The Current de la CBC. Le Dr Downar est spécialiste de médecine de soins intensifs et de médecine palliative au Réseau de santé universitaire du Toronto General Hospital, à Toronto, en Ontario.

Samir Gupta, MD, FRCPC (médecine interne, pneumologie et programme de formation de cliniciens-chercheurs) est un collaborateur médical régulier à Global News et il a récemment écrit sur les défis auxquels sont confrontés les professionnels médicaux au Népal après le tremblement de terre. Le Dr Gupta est professeur adjoint au sein de la Division de pneumologie du Département de médecine de l’Hôpital St. Michael’s et à l’Université de Toronto.

Jacob Jaremko, MD, FRCPC (radiologie diagnostique), avec l’aide de ses collègues de l’Université de l’Alberta, répond à la fameuse question : que se passe-t-il lorsque vous faites craquer les articulations de vos doigts? Le Dr Jaremko est radiologue est professeur adjoint au Département de radiologie et d’imagerie diagnostique à l’Université de l’Alberta.

Gary Levy, MD, FRCPC (médecine interne, gastro-entérologie) a abordé, dans la revue Maclean’s, les répercussions positives qui ont résulté du cas très médiatisé des jumeaux Wagner sur le don d’organes de donneurs vivants. Le Dr Levy est chercheur et directeur du programme de transplantation hépatique des donneurs vivants au Réseau de santé universitaire du Toronto General Hospital.

Douglas Maguire, MD, FRCPC (anesthésiologie) a parlé à CBC News de sa décision de se rendre au Népal pour participer aux efforts de secours aux sinistrés de la Croix-Rouge. Le Dr Maguire est anesthésiologiste à Winnipeg, au Manitoba.

Hadi Seikaly, MD, FRCSC (oto-rhino-laryngologie – chirurgie de la tête du cos) est l’un des deux premiers lauréats du programme de recherche de biomécanique interfaciale Murray E. Mickleborough. Le Dr Seikaly est professeur au Département de chirurgie de l’Université de l’Alberta. Son projet vise à établir un réseau international pour la recherche en matière de cancer de la tête et du cou.

James Shapiro, MD, FRCSC (chirurgie générale), et les travaux de son équipe visant à développer des méthodes plus sécuritaires et moins invasives pour traiter le diabète, ont été présentés dans l’Edmonton Journal. Le Dr Shapiro est chercheur principal et directeur du Juvenile Diabetes Research Foundation Clinical Center for Islet Transplantation à l’Université de l’Alberta.

Maria Tartaglia, MD, FRCPC (neurologie) a écrit un article spécial au Globe and Mail au sujet de l’importance de groupes d’entraide pour les personnes présentant une apparition précoce de la maladie d’Alzheimer. La Dre Tartaglia est neurologue à la clinique de la mémoire du Krembil Neuroscience Centre du Toronto Western Hospital.

Evert Tuyp, MD, FRCPC (dermatologie) a parlé au Times Colonist de la pénurie de dermatologues en Colombie-Britannique et des conséquences qu’elle aura sur les patients et les soins envers ces derniers. Le Dr Tuyp est dermatologue consultant en Colombie-Britannique et professeur clinique adjoint à l’Université de la Colombie-Britannique.

Lorne Tyrrell, MD, FRCPC (médecine interne) a reçu le prix Killam pour les sciences de la santé 2015 en reconnaissance de sa contribution tout au long de sa vie à la virologie, comme l’a rapporté l’Edmonton Journal. Le Dr Tyrrell est professeur au Département de microbiologie médicale et d’immunologie à l’Université de l’Alberta.

Setareh Ziai, MD, FRCSC (ophtalmologie) aborde, dans le Globe and Mail, le sujet de la prévalence de la myopie et des causes possibles de l’augmentation récente du nombre de cas. Le Dr Ziai est ophtalmologiste à Ottawa, en Ontario.

Lonnie Zwaigenbaum, MD, FRCSC (pédiatrie) a codirigé une étude validant l'expertise unique des observations des parents au sujet de leurs enfants, qui pourrait aider les médecins à détecter et à diagnostiquer les affections telles que l’autisme plus précocement. La Dre Zwaigenbaum est codirectrice de l’Autism Research Centre de l’Université de l’Alberta.

Les suggestions pour les rubriques « Membres à la une » peuvent être envoyées par courriel à communications@collegeroyal.ca.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal


En souvenir

Paul Winton Aggett, MD, FRCSC, est décédé le 22 janvier 2015, à Huntsville, en Ontario, à l’âge de 81 ans. Le Dr Aggett a obtenu son certificat du Collège royal en chirurgie générale 1965. Il a obtenu son diplôme de médecine de l’Université de Toronto en 1958. Respecté et apprécié de ses collègues, il était également spécialisé en médecine d’assurance. Pour en savoir plus sur le Dr Aggett »

Pamela Margaret Barton, MD, FRCPC, est décédée le 19 janvier 2015, à Calgary, en Alberta, à l’âge de 63 ans. La Dre Barton a obtenu son certificat du Collège royal en médecine physique et réadaptation en 1981. Reconnue comme leader à l’échelle locale et nationale dans sa spécialité, elle a cofondé, en 1997, le Calgary Chronic Pain Centre et en a été la première directrice. Pour en savoir plus sur la Dre Barton »

Robert (« Dr Bob ») James Brodrick, MD, FRCPC, est décédé le 1er janvier 2015, à Côte St-Luc, au Québec, à l’âge de 92 ans. Le Dr Brodrick a obtenu son certificat du Collège royal en médecine interne en 1952. Un athlète et clinicien talentueux, sa carrière médicale a duré près de 50 ans et l’a amené à enseigner à l’Université McGill. Pour en savoir plus sur le Dr Brodrick »

Marion Cummings, MD, FRCPC, est décédée le 12 mars 2015, à Toronto, en Ontario, à l’âge de 39 ans. La Dre Cumming a obtenu son certificat du Collège royal en pédiatrie en 2004 et en néphrologie en 2006. Elle a obtenu son diplôme de médecine de l’Université McGill en 1999 et a pratiqué en tant que pédiatre à Toronto. Pour en savoir plus sur la Dre Cummings »

Milan Hamza, MD, FRCSC, est décédé le 25 janvier 2015, à Whitby, en Ontario, à l’âge de 82 ans. Le Dr Hamza a obtenu son certificat du Collège royal en obstétrique et gynécologie en 1971. Né en Tchécoslovaquie, il a immigré au Canada en 1970 et a consacré la majeure partie de sa carrière à exercer au Women’s College Hospital de Toronto. Pour en savoir plus sur le Dr Hamza »

Edwin Wesley Henry, MD, FRCPC, est décédé le 20 février 2015, à Surrey, en Colombie-Britannique, à l’âge de 89 ans. Le Dr Henry a obtenu son certificat du Collège royal en médecine interne en 1955. Né en Irlande du Nord, il a apporté son « humour irlandais » au Canada, où il a travaillé avec dévouement, y compris au Peace Arch Hospital. Pour en savoir plus sur le Dr Henry »

Richard George Huntsman, MD, FRCPC, est décédé le 7 mars 2015, à Taverham, Norfolk, au Royaume-Uni, à l’âge de 88 ans. Le Dr Huntsman a obtenu son certificat du Collège royal en pathologie hématologique en 1984. On se souviendra de lui comme d’un médecin précurseur, d’un chercheur et d’un enseignant décoré de nombreux prix. Il a défendu ardemment l’amélioration des mécanismes de sécurité pour le public au Service canadien transfusion sanguine. Pour en savoir plus sur le Dr Huntsman » [Plus, Article du Globe and Mail sur la vie et les réalisations du Dr Huntsman]

(Pierre) Gilles Julien, MD, FRCSC, est décédé le 7 janvier 2015, à Saint-Hyacinthe, au Québec, à l’âge 78 ans. Le Dr Julien a obtenu son certificat du Collège royal en ophtalmologie en 1968. On se souviendra de lui comme un médecin professionnel, respectueux et généreux. Un remarquable interlocuteur, il savait engager des conversations passionnantes et enrichissantes. Pour en savoir plus sur le Dr Julien »

Aidan Joseph Kavanagh, MD, FRCPC, est décédé le 4 janvier 2015, à Calgary, en Alberta, à l’âge de 88 ans. Le Dr Kavanagh a obtenu son certificat du Collège royal en pédiatrie en 1959. Né à Wicklow, en Irlande, il a pratiqué la pédiatrie pendant de nombreuses années à Calgary où il était très respecté comme défenseur des traitements préventifs contre les allergies. Pour en savoir plus sur le Dr Kavanagh »

Cecil Edwin (« Ed ») Kinley Jr., MD, ONS, FRCSC, est décédé le 19 janvier 2015, à Halifax, en Nouvelle-Écosse, à l’âge de 83 ans. Le Dr Kinley a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie vasculaire en 1961. Parmi ses réalisations, on compte sa participation à l’établissement du programme de chirurgie cardio-vasculaire à l’IWK Children’s Hospital et celui de chirurgie cardio-vasculaire adulte au Victoria General Hospital à Halifax. Également actif en politique, il est un ancien président du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse et a reçu l’ordre de la Nouvelle-Écosse en 2013. Pour en savoir plus sur le Dr Kinley »

George Frederick Kipkie, MDCM, FRCPC, est décédé le 12 mars 2015, à Mississauga, en Ontario, à l’âge de 99 ans. Le Dr Kipkie a obtenu son certificat du Collège royal en pathologie et bactériologie en 1946. Ancien directeur des laboratoires du Kingston General Hospital et professeur agrégé à l’Université Queen’s, il a également été président de l’Association canadienne des pathologistes. Pour en savoir plus sur le Dr Kipkie »

Bohdan (« Mickey ») Michalyshyn, MD, FRCSC, est décédé le 14 janvier 2015, à Edmonton, en Alberta, à l’âge de 95 ans. Le Dr Michalyshyn a obtenu son certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1949. Il a obtenu son diplôme de médecine de l’Université de l’Alberta, où il a fondé la bourse de chirurgie du Dr Bohdan Michalyshyn. Pour en savoir plus sur le Dr Michalyshyn »

Piney Pollock, MD, FRCPC, est décédé le 1er mars 2015, à Ottawa, en Ontario, à l’âge de 91 ans. Le Dr Pollock a obtenu son certificat du Collège royal en médecine interne en 1956. Il a travaillé à l’institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa et on se souviendra de lui pour sa gentillesse, son rire enjoué et sa grande qualité d’écoute. Pour en savoir plus sur le Dr Pollock »

Lionel Irwin Tanzer, MD, FRCSC, est décédé le 26 janvier 2015, à Toronto, en Ontario, à l’âge de 90 ans. Le Dr Tanzer a obtenu son certificat du Collège royal en obstétrique et gynécologie en 1953. Pendant plus de 50 ans, il a travaillé en tant qu’obstétricien et gynécologue au Mount Sinai Hospital et nous nous souviendrons de lui pour sa disposition attentive et amicale. Pour en savoir plus sur le Dr Tanzer »

Les suggestions pour les rubriques « En souvenir » peuvent être envoyées par courriel à communications@collegeroyal.ca.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Participez au Programme de prix et bourses du Collège royal avant le 11 septembre

Le Programme de prix et bourses du Collège royal bat son plein et sollicite des candidatures. Présentez une demande de bourse ou de subvention pour parfaire vos compétences et votre expertise, ou soulignez le travail d'un pair qui vous inspire en proposant sa candidature à l'un de nos prestigieux prix.

Nous souhaitons contribuer à votre développement, peu importe où vous en êtes dans votre carrière.

Les Associés peuvent avoir accès à des bourses de développement professionnel régionales

Participez au Programme de prix et bourses du Collège royal avant le 11 septembre

En tant qu'Associés, vous avez besoin de soutien pour votre autoapprentissage? Le Collège royal remet des bourses de développement professionnel pendant toute l'année à l'échelle du pays. Des fonds sont disponibles, et les candidats retenus peuvent recevoir jusqu'à 4000 $.

La bourse vise à vous aider à mener vos activités d'autoapprentissage (section 2), en collaboration avec un mentor ou un superviseur. La bourse de développement professionnel est une excellente occasion de parfaire vos compétences et votre expertise, alors, envoyez votre demande sans tarder!

Améliorez vos compétences à l'aide d'autres bourses très utiles

Proposez la candidature de vos pairs à l’un de nos prix soulignant des accomplissements personnels hors du commun

La date limite est le 11 septembre

Pour présenter une demande, soumettre une candidature ou tirer profit d’autres possibilités intéressantes, visitez la page www.collegeroyal.ca/awards ou écrivez à l'adresse awards@collegeroyal.ca. Vous avez jusqu'à 16 heures (HNE), le 11 septembre 2015, pour envoyer vos demandes ou mises en candidature.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

« Les soins aux patients sont notre priorité » : De nouvelles vidéos expliquent ce que font réellement les spécialistes

Le Collège royal lance une nouvelle série de vidéos pilotes afin de sensibiliser les patients au rôle des spécialistes et à l’importance que revêt leur spécialité pour la santé des Canadiens.

Chaque jour, les Associés de 68 disciplines offrent des soins de grande qualité dans des centres de santé répartis à l’échelle du Canada. Pourtant, beaucoup de Canadiens ignorent en quoi consistent les tâches de nombreux spécialistes, et l’importance de chaque spécialité pour le système de santé canadien.

Pour remédier à cette situation, le Collège royal lançait récemment trois vidéos pilotes afin d’expliquer en termes simples le rôle des médecins exerçant en chirurgie générale, en médecine interne et en psychiatrie, les normes de formation élevées qu’ils doivent respecter et la façon dont ils s’y prennent pour garder les patients en santé.

Chirurgie générale

La chirurgie générale est l’une des deux disciplines fondatrices du Collège royal et la discipline à l’origine de toutes les spécialités liées à la chirurgie. Anciennement désignée comme la « chirurgie », la chirurgie générale est maintenant l’une des 10 spécialités chirurgicales primaires reconnues par le Collège royal.

Médecine interne

Compte tenu du milieu complexe des soins de santé actuel et de la population vieillissante, les internistes jouent un rôle important dans le réseau de santé canadien. Cette vidéo présente des Associés qui pratiquent actuellement la médecine interne. Si l’expérience s’avère fructueuse, nous produirons des vidéos sur le rôle et l’importance d’autres surspécialités.

Psychiatrie

Étant donné qu’un Canadien sur cinq éprouvera des problèmes de santé mentale ou une maladie mentale au cours de sa vie, les psychiatres jouent un rôle important dans le système de santé canadien. Cette vidéo présente ces spécialistes ainsi que la formation qu’ils suivent, et explique la différence entre un psychiatre et un psychologue.


Prochaines étapes

Dans le cadre de notre campagne de sensibilisation du public, nous évaluerons la mesure dans laquelle ces vidéos parviennent à sensibiliser les Canadiens à la médecine spécialisée. Si elles s’avèrent efficaces, nous lancerons une prochaine série de vidéos sur l’importance de diverses autres spécialités et surspécialités médicales et chirurgicales.

Aimez-vous votre spécialité? Expliquez-nous pourquoi à l’aide d’une vidéo!

Nous invitons aussi les Associés à nous faire parvenir une vidéo expliquant

Il n’y a rien de plus facile! Vous n’avez qu’à enregistrer une vidéo sur votre téléphone intelligent, votre ordinateur ou tout autre appareil et à la télécharger ici. Nous l’utiliserons pour créer une vidéo qui présente aux Canadiens les passions, le dévouement et l’amour que vous ressentez à l’égard de votre profession.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Vous avez des questions au sujet de La compétence par conception? Grâce à nos webinaires mensuels gratuits, faites d’une pierre deux coups!

Vous avez des questions au sujet de La compétence par conception? Grâce à nos webinaires mensuels gratuits, faites d’une pierre deux coups!

Nos webinaires mensuels sont pour vous l’occasion unique de partager vos impressions et d’en apprendre davantage sur l’initiative La compétence par conception (CPC) du Collège royal. Tous les professionnels de la santé qui seront touchés par la CPC et CanMEDS 2015 y sont conviés.


PROCHAIN WEBINAIRE : 26 JUIN 2015

« La CPC et l’évaluation fondée sur la pratique durant la résidence »

Pour voir le calendrier des prochains webinaires ou pour vous inscrire : www.collegeroyal.ca/cbd/consultations


Obtenez des crédits tout en explorant ces sujets et plus encore

Les Associés et les participants au programme de Maintien du certificat (MDC) peuvent obtenir des crédits de la section 1 ou 2 du programme en assistant à l’un de nos webinaires ou en regardant/écoutant les enregistrements des webinaires :

Accédez à plus de ressources sur la CPC d’un simple clic!

Apprenez-en davantage sur la CPC et CanMEDS 2015 dans les présentations et enregistrements maintenant offerts sur la page des ressources de la CPC sur le site Web du Collège royal : http://www.royalcollege.ca/rcsite/cbd/cbd-tools-resources-f (bas de la page).


Questions et commentaires

Veuillez nous envoyer vos questions à l'adresse cbd@collegeroyal.ca. Nous pourrions répondre à des questions d’intérêt général dans un prochain numéro de Dialogue.

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Parmi les points forts de la CIFR 2015, les conférenciers internationaux, les portfolios électroniques, les fins cépages à déguster et l’art numérique

la Conférence internationale sur la formation des résidents (CIFR) se tiendra à Vancouver (C.-B) du 22 au 24 octobre 2015

Inscrivez les dates dans votre téléphone intelligent : la Conférence internationale sur la formation des résidents (CIFR) se tiendra à Vancouver (C.-B) du 22 au 24 octobre 2015. Elle portera sur le thème « La résidence renouvelée : transformer la formation en santé pour une médecine contemporaine ».

Parmi les points forts à signaler

  1. L’atelier préconférence (d’une journée) « Discussion sur les registres et portfolios électroniques au Sommet EdMed : améliorez l’apprentissage grâce à la consignation des activités cliniques » vous fera découvrir les principales différences de ces deux outils technologiques et les façons dont ils peuvent améliorer les programmes de formation. Pour en savoir plus sur cet atelier
    préconférence »

  2. Des experts internationaux, dont le Dr David A. Asch, la Dre Helen Bevan, le capitaine John Cox, le Dr Eric Holmboe et le Dr Mark Walton, exploreront divers sujets en profondeur lors des séances plénières. À ne pas manquer! Pour en savoir plus sur les conférenciers d'honneur »

  3. Durant l’activité « Le médecin amateur de vin : le rôle de sommelier », de retour à la demande générale, les participants seront invités à parfaire leurs techniques de dégustation tout en découvrant les plus fins cépages de la Colombie-Britannique. Pour en savoir plus sur cette activité »

  4. Le dîner à l'intention des éducateurs cliniciens (« Programme d’éducateur clinicien : conflits intergénérationnels en éducation médicale ») permettra de discuter des quatre générations qui se côtoient et poursuivent ensemble leur apprentissage en médecine actuellement. Celles-ci diffèrent dans leur équilibre entre le travail et la vie personnelle, leurs styles de communication, leur maîtrise des technologies, etc. Pour en savoir plus sur ce programme »

  5. Nous présentons encore cette année « Le corps électrique - une exposition d’art numérique » dans la salle d’exposition. Celle-ci jette un regard esthétique et critique sur le concept du corps et explorera la découverte et la transformation dans les contextes de la médecine et des soins de santé. Êtes-vous un artiste? Votre œuvre pourrait être présentée! Visitez le site Web de la CIFR pour obtenir les détails.

La CIFR 2015 propose aussi des ateliers uniques en leur genre dans 14 filières d'apprentissage explorant les meilleures techniques et innovations en éducation médicale dans le monde entier, notamment sur l’approche par compétences en formation médicale, le perfectionnement du corps professoral, la santé et le bien-être des médecins, et la simulation dans la formation des résidents.

Qu’attendez-vous? Inscrivez-vous dès maintenant!

Profitez des tarifs réduits

Visitez le site Web de la CIFR pour vous inscrire ou pour en savoir plus sur le programme.

Inscrivez-vous au bulletin électronique de la CIFR  |  Suivez la CIFR sur Twitter

Avis aux résidents : les dates du SILR 2015 ont changé

Le Sommet international sur le leadership des résidents (SILR) se tiendra les vendredi et samedi 23 et 24 octobre dans le cadre de la CIFR 2015. Détails : collegeroyal.ca/silr

 

Haut de la page

Dialogue : Votre lien au Collège royal

Frayez-vous un chemin au Sommet de simulation 2015

Frayez-vous un chemin au Sommet de simulation 2015

Organisé chaque année par le Collège royal, le Sommet de simulation explore les façons d'optimiser l'apprentissage et la formation des professionnels de la santé grâce aux technologies et aux techniques de simulation.

Fidèle au thème de cette année, « De nouvelles pistes : frayer le chemin de la théorie à la pratique », le programme de la conférence prévoit des séances plénières animées par des experts de renom, dont :

Un programme pertinent créé par des professionnels de la santé

Un programme pertinent créé par des professionnels de la santé

Dirigé par les coprésidents Marcia Clark, MD, MSc, Dip. médecine sportive, FRCSC, et Richard Cherry, MD, FRCPC, le comité de planification a mis sur pied un programme de formation rigoureux, mettant l'accent sur les meilleures recherches et les meilleurs travaux en formation médicale par simulation dans le monde entier. Regorgeant d'activités conçues pour améliorer l'apprentissage et optimiser les possibilités de réseautage, le programme du Sommet de simulation 2015 offre aux participants :

Consultez l’aperçu du programme du Sommet de simulation.


Vous ouvrez de nouvelles pistes ou vous vous frayez un chemin dans le domaine de la simulation? Envoyez votre proposition d'atelier pour le sommet de cette année avant le 24 mai!

Vous désirez faire connaître votre nouvelle recherche sur la simulation? Vous avez acquis une expertise en moulage ou en rétroaction? Joignez-vous à tous ceux qui jouent un rôle actif dans la formation et la recherche en simulation et soumettez votre proposition d'atelier en vue du Sommet de simulation 2015 en lien avec le thème « De nouvelles pistes : frayer le chemin de la théorie à la pratique ».

Soumettez votre idée d’ici le 24 mai 2015, et rejoignez-nous à Banff (Canada) en novembre.

Pour plus d’information, consultez les Directives de soumission de résumés  |  Soumettre

N'oubliez pas les autres dates butoirs :

 

Haut de la page