Projet de recherche d’une résidente sur l’histoire de la médecine

Chantelle Champagne, MD, FRCPC

Durant ma résidence en pédiatrie, j’ai choisi de mener à bien un projet sur l’histoire de la médecine afin de satisfaire aux critères obligatoires en recherche de notre programme, ce qui était la meilleure décision à prendre. Je me suis toujours intéressée à l’histoire; j’avais réalisé un projet sur l’histoire de la médecine à la faculté de médecine; pour moi, il allait de soi de trouver un sujet de recherche intéressant relié à l’histoire, plutôt que d’axer mon projet sur une revue de dossier, comme c’est le cas habituellement, ou sur l’amélioration de la qualité.

Même si certains ont été étonnés lorsque j’ai expliqué mes intentions, le coordonnateur de la recherche de mon programme de résidence a souscrit sans réserve à mon projet et j’ai pu trouver deux mentors – le premier possédait des compétences en histoire de la médecine, le deuxième, dans la spécialité médicale qui se rapportait à mon projet. Ces mentors m’ont aidé à affiner ma question de recherche afin d’approfondir, à l’aide de sources scientifiques et sociologiques, les raisons pour lesquelles des enfants atteints du syndrome de Down n’avaient souvent pas eu accès à la chirurgie pour corriger des anomalies cardiaques.

Comme je n’ai pas eu à obtenir l’approbation du comité d’éthique ou attendre que les données soient recueillies, j’ai pu faire bon usage de mes périodes de recherche. Avant la fin de ma première année, mon sujet de recherche, une description détaillée du projet et la plupart de mes sources avaient été confirmés. Avant la fin de ma deuxième année, la première ébauche complète du manuscrit était terminée. J’ai eu amplement le temps d’obtenir une rétroaction, trouver des possibilités de publication et préparer des présentations pour les journées de recherche locales. Je n’ai jamais ressenti de frustration ou d’ennui en cours de route, car le projet m’intéressait vraiment et je m’y consacrais pleinement. J’ai ressenti l’immense satisfaction de le mener du début à la fin, de la conception à la publication, plutôt que de terminer le projet d’un autre chercheur ou de consigner ses données.

Ce projet m’a permis de collaborer avec des spécialistes en histoire et en éthique; comme le calendrier était réaliste, j’ai pu le respecter, et faire publier mes travaux dans une revue prestigieuse. Même si certains employés et chercheurs doutaient de la pertinence de mes travaux par rapport à la médecine moderne, j’ai pu établir des parallèles avec les décisions cliniques qui sont prises aujourd’hui et engager des discussions passionnantes sur de possibles façons d’éviter les erreurs qui ont été commises dans le passé.

L’histoire de la médecine est un aspect important de la recherche médicale; elle est le prisme à travers lequel nous observons la recherche clinique moderne. Il s’agit d’une option viable pour les projets de recherche des résidents, à laquelle tous les programmes devraient souscrire.