Passer au contenu principal
Suivez-nous

Point de contact de La compétence par conception - avril 2018

Abonnez-vous

Point de contact de La compétence par conception

Bulletin officiel du collège royal sur la CPC

Créé afin d’informer, d’aider et d’échanger. À propos

Message du directeur général

Royal College CEO Andrew Padmos

Chers collègues,

L’automne, qui commence officiellement le 22 septembre, amène un souffle porteur de possibilités. Dans le contexte actuel d’enseignement et de formation axé sur la Compétence par conception (CPC), nous entrevoyons de nouvelles perspectives d’apprentissage et d’amélioration.

Le 1er juillet dernier, six disciplines se sont jointes à l’anesthésiologie et à l’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale en mettant en œuvre la CPC pour leurs nouveaux étudiants. Et dire qu’il n’y a pas si longtemps la date de lancement de la CPC semblait encore si lointaine pour ces disciplines! Mais après des mois de préparation qui se sont succédés rapidement, c’est déjà une autre année universitaire qui commence et elle s’inscrit dans une nouvelle réalité pour des centaines de résidents – celle de la CPC.

Dans le présent numéro, nous jetons un coup d’œil sur l’année qui vient de s’écouler, en reconnaissant la façon dont la rétroaction de l’ensemble de la formation médicale a contribué à faire évoluer la CPC. Les commentaires formulés par des groupes comme les directeurs des programmes d’anesthésiologie et d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale font ressortir les avantages et les difficultés rencontrées jusqu’ici, tout en guidant le perfectionnement à venir du modèle de la CPC.

Dans notre fameux portrait, « Les visages de la CPC », le Dr James Watterson, vice-président à l’enseignement au Département de chirurgie de l’Université d’Ottawa, nous explique en quoi il croit que la CPC présente des avantages pour les résidents, en particulier en ce qui concerne les avantages liés à l’autoapprentissage.

Je crois fermement que la réussite de la CPC réside dans la capacité de recueillir et d’intégrer les commentaires des partenaires et des intervenants de l’ensemble de la formation médicale. Nous terminons ce numéro en examinant de plus près l’étude approfondie de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) portant sur la mise en œuvre de la CPC.

J’espère que vous trouverez le présent numéro utile, quel que soit le stade de mise en œuvre de la CPC auquel vous êtes arrivé, et que vous nous informerez des progrès que vous avez réalisés jusqu’ici, afin que nous puissions poursuivre notre propre apprentissage et perfectionner le système global de la CPC.

Cordialement,

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général

 

haut de page

Relation entre enseignant et apprenant : Comprendre le modèle de coaching de la CPC

Amélioration continue collective – la CPC un an après son lancement

Depuis le début de leur collaboration au projet de Compétence par conception (CPC) en 2013, le Collège royal et les bureaux d’études médicales postdoctorales partenaires ont envisagé la stratégie de mise en œuvre de ce modèle comme un processus itératif. Cette stratégie progressive, qui consiste à lancer la CPC au sein de quelques disciplines chaque année, permet aux intervenants d’examiner les hypothèses et de tester les composants, les processus et les outils afin de perfectionner le processus de mise en œuvre dans son intégralité dans un contexte réel. La participation de tous les intervenants, qui passe par la co-création et l’apprentissage mutuel, est indispensable à la réussite collective de la CPC.

Apprendre de ceux qui sont sur le terrain

La collecte de commentaires au moyen du sondage éclair sur la mise en œuvre de la CPC est l’une des principales façons pour nous assurer d’apprendre de ceux qui sont sur le terrain. En décembre dernier, les directeurs des programmes d’anesthésiologie et d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale ont fourni des commentaires précieux au Collège royal. Voici un résumé de ce que nous avons appris.

Principaux problèmes soulevés : coûts et ressources

Les coûts et les ressources nécessaires à la mise en œuvre de la CPC sur le terrain ont été les thèmes clés soulevés par les répondants. Pour aider à résoudre ces problèmes, le Groupe de travail sur l’encadrement des ressources dirigera une analyse des variations locales du coût de la CPC et des conséquences de celle-ci sur l’utilisation des ressources. Ce groupe de travail, qui dispose du soutien du Collège royal pour la coordination, est coprésidé par M. Dwayne Martins, président du comité de l’administration supérieure de l’Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) et le Dr Jason Frank, directeur, Normes, formation et stratégies d’éducation spécialisée au Collège royal.

Le groupe de travail a l’intention de mener son enquête auprès des 17 facultés de médecine canadiennes et d’interroger tous les directeurs des programmes qui sont passés ou qui passeront à la CPC en 2017, en 2018 et en 2019. Il prévoit remettre à aux bureaux d’études médicales postdoctorales partenaires et à d’autres intervenants un rapport préliminaire d’ici la fin du mois de septembre et le rapport complet à l’automne 2019.

Les données recueillies dans le cadre de cette étude aideront tous les intervenants à comprendre l’ensemble des investissements en matière de ressources qui ont été effectués par chaque faculté, l’objectif étant de les aider à planifier les prochains lancements en conséquence.

Évaluer le succès à long terme

Une équipe de projet composée de membres du personnel du Collège royal et d’Elaine Van Melle, consultante en chef, collabore avec de nombreux intervenants à une évaluation collective de la CPC par les programmes de résidence. La CPC a trois objectifs, et voici ce que le Collège royal entend évaluer :

  • favoriser une mise en œuvre efficace de la CPC;
  • comprendre l’influence du contexte local (soit les particularités de chaque faculté de médecine et de chaque spécialité);
  • contribuer à enrichir le corpus croissant de données de recherche probantes sur l’approche par compétences en formation médicale, y compris les résultats centrés sur les patients et les résultats accidentels.

Pour en savoir plus sur la stratégie d’évaluation de la CPC, visionnez l’enregistrement du webinaire sur l’évaluation par les programmes.

Vous aimeriez nous faire part de vos commentaires, de vos idées ou d’expériences dont vous avez tiré des leçons? Écrivez-nous à l’adresse cbd@collegeroyal.ca.

 

haut de page

Pocket full of Change

Observations sur le terrain – résultats du sondage mené auprès des directeurs de programme

En décembre, le Collège royal a sondé les directeurs de programme d’anesthésiologie et d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale. Ce sondage portait sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de la CPC, sur ce qui fonctionne et sur les difficultés rencontrées. Le taux de réponse total a été de 63,3 %. Des entretiens de suivi ont été menés en février pour se pencher plus en profondeur sur les expériences de la CPC.

« Il y a une montagne d’articles de recherche qui confirment la validité de l’approche par compétences en formation médicale. Par conséquent, nous savons que la CPC s’appuie sur des bases solides. Cela dit, théorie mise à part, il est nécessaire d’examiner dans un contexte réel l’application quotidienne de ce modèle, explique le Dr Ken Harris, directeur général adjoint et directeur exécutif, Éducation spécialisée du Collège royal. Les commentaires des directeurs de programme qui ont fait l’expérience de la mise en œuvre de la CPC sont des outils extrêmement précieux pour le Collège royal et tous les intervenants, qui pourront en tirer des enseignements en vue d’améliorer ce changement d’orientation majeur dans la formation médicale spécialisée au Canada. »

Ressources adaptées aux rôles

L’un des commentaires qui revenaient fréquemment portait sur l’information fournie sur la CPC, qui était souvent jugée trop vague ou peu ciblée en fonction de l’auditoire. Les directeurs de programme ont suggéré au Collège royal de proposer des éléments d’orientation plus concrets et de les adresser à des publics cibles bien précis. Les directeurs de programme ont également demandé au Collège royal de les conseiller sur la conduite à tenir avec les résidents qui ont des problèmes au cours de leur formation universitaire ou professionnelle.

« Dans sa volonté de passer de la théorie à la pratique en ce qui concerne la CPC, le Collège royal est en train d’élaborer et d’offrir diverses ressources, telles que des webinaires de formation sur le portfolio électronique des résidents adaptés aux divers groupes d’utilisateurs, des simulations de cas pour que les membres des comités de compétence s’exercent à délibérer, des vidéos illustrant chaque aspect de la fonction des comités de compétence et des webinaires portant sur des problèmes divers à mesure que nous en prenons connaissance », précise le Dr Jason Frank, directeur, Normes, formation et stratégies d’éducation spécialisée du Collège royal.

Mobiliser les dirigeants des facultés

Certains directeurs de programme ont indiqué que les dirigeants de leur faculté, à savoir le doyen, le vice-doyen, les responsables des études médicales postdoctorales et les directeurs de département auraient pu être mieux soutenus dans la préparation de la mise en œuvre en ce qui concerne les répercussions sur les ressources.

« Le Collège royal s’engage à continuer de mobiliser ses divers intervenants de la communauté de la formation médicale pour que nous travaillions et apprenions ensemble afin d’apporter en temps opportun les ajustements nécessaires à la mise en œuvre de la CPC et pour qu’ensemble nous puissions atteindre notre objectif ultime, à savoir améliorer les soins aux patients », a précisé le Dr Harris.

Amélioration du portfolio électronique des résidents mis en place par le Collège royal

Dans le cadre du sondage, des répondants ont souligné la nécessité d’apporter des améliorations au portfolio électronique, notamment en ce qui concerne la facilité d’utilisation et les caractéristiques qui montrent la progression des résidents. À la suite de ces commentaires, le Collège royal a apporté des améliorations majeures, dont le chargement plus à l’avance des activités professionnelles confiables (APC).

« Le déploiement du portfolio électronique des résidents et la mise en place des processus nécessaires a permis au Collège royal de charger dans ce système les données sur les utilisateurs et les APC des cohortes qui ont commencé la CPC en 2018 avant la date à laquelle il l’avait fait pour les cohortes qui ont commencé la CPC en 2017, explique Jane Fulford, directrice-dirigeante principale de l’information et directrice exécutive des solutions électroniques au Collège royal. Le personnel entend téléverser les APC encore plus tôt en prévision du lancement d’autres disciplines en 2019, en fonction de la date à laquelle les comités de spécialité auront mis la dernière main à leurs documents. En outre, un nouveau système sera mis en service. Il permettra notamment aux administrateurs de programme de gérer les utilisateurs, y compris de téléverser de longues listes de nouveaux membres du corps professoral, et de conserver les rôles prédéfinis pour les utilisateurs sans avoir à communiquer avec le Collège royal. »

L’importance d’avoir deux longueurs d’avance

Dans le cadre du sondage, des répondants ont souligné la nécessité d’apporter des améliorations au portfolio électronique, notamment en ce qui concerne la facilité d’utilisation et les caractéristiques qui montrent la progression des résidents. À la suite de ces commentaires, le Collège royal a apporté des améliorations majeures, dont le chargement plus à l’avance des activités professionnelles confiables (APC).

« Le déploiement du portfolio électronique des résidents et la mise en place des processus nécessaires a permis au Collège royal de charger dans ce système les données sur les utilisateurs et les APC des cohortes qui ont commencé la CPC en 2018 avant la date à laquelle il l’avait fait pour les cohortes qui ont commencé la CPC en 2017, explique Jane Fulford, directrice-dirigeante principale de l’information et directrice exécutive des solutions électroniques au Collège royal. Le personnel entend téléverser les APC encore plus tôt en prévision du lancement d’autres disciplines en 2019, en fonction de la date à laquelle les comités de spécialité auront mis la dernière main à leurs documents. En outre, un nouveau système sera mis en service. Il permettra notamment aux administrateurs de programme de gérer les utilisateurs, y compris de téléverser de longues listes de nouveaux membres du corps professoral, et de conserver les rôles prédéfinis pour les utilisateurs sans avoir à communiquer avec le Collège royal. »

L’importance d’avoir deux longueurs d’avance

Certains répondants ont souligné l’importance d’une planification proactive. Par exemple, certains ont mentionné que des politiques importantes, telles que la politique sur le transfert des résidents, auraient dû avoir été établies et acceptées avant que la CPC ne soit lancée au sein de quelque discipline que ce soit.

« Certains changements étaient à prévoir au fil du temps après que les premiers programmes ont lancé la CPC, le nouveau modèle national de formation médicale. C’est entre autres pour tirer des leçons de l’expérience des programmes qui ont adapté la CPC en premier et améliorer les processus et les infrastructures nécessaires aux lancements subséquents que la mise en œuvre s’effectue par petits groupes, précise le Dr Frank. Le Collège royal continuera à collaborer avec les facultés de médecine en ce qui a trait à tous les aspects de cette mise en œuvre. »

Conseils des directeurs de programme à l’intention de leurs pairs

Nous avons demandé aux participants de fournir des conseils aux prochains directeurs de programme qui feront la transition vers la CPC en se fondant sur ce qu’ils ont appris jusqu’ici. Voici leurs principaux conseils :

  • Adopter une stratégie de mise en œuvre graduelle
  • Être conscient de la charge de travail et du volume de ressources nécessaires
  • Mobiliser les résidents : Encourager un état d’esprit axé sur le développement et mettre l’accent sur le rôle des évaluations dans l’apprentissage
  • Mobiliser le corps professoral : Fournir à quelques enseignants une formation approfondie afin de les aider à guider les autres et à faire progresser la CPC

Racontez-nous comment votre programme ou votre faculté s’y prend pour résoudre de tels problèmes en nous écrivant à l’adresse cbd@collegeroyal.ca. Nous ferons part de votre expérience à nos lecteurs afin que tout le monde puisse en tirer des enseignements.

 

haut de page

Les visages de la CPC

Les premières observations d’un vice-président à l’enseignement au sein d’un Département de chirurgie

Entrevue avec
James Watterson, MD, FRCSC

Vice-président à l’enseignement, Département de chirurgie
Directeur de l’Eric Poulin Office of Education
Professeur agrégé, Université d’Ottawa

À titre de vice-président, j’envisage la réussite de la mise en œuvre de la CPC comme je l’envisageais lorsque j’étais directeur de programme : soutien, collaboration, sensibilisation et établissement de solides relations avec tous les partenaires du programme.

L’urologie, les fondements chirurgicaux, la néphrologie, l’oncologie médicale, la pathologie judiciaire et la médecine d’urgence ont rejoint les rangs de l’anesthésiologie et de l’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale en lançant leur programme de résidence suivant le modèle de la Compétence par conception (CPC) en juillet dernier. Pour ce numéro de Point de contact de La compétence par conception, nous nous sommes entretenus avec le Dr James Watterson, qui est vice-président à l’enseignement, sur le regard qu’il porte sur la mise en œuvre de la CPC en urologie à l’Université d’Ottawa et les enseignements que peut en tirer le Département de chirurgie.

Selon vous, quel est le véritable avantage de la CPC pour les résidents?

Je crois que l’un des principaux avantages de la CPC réside dans l’autoapprentissage, qui est la première phase du développement professionnel continu et de l’apprentissage à vie. J’aime bien le fait que la formation est le fruit de la réflexion et de la réévaluation des facteurs déterminants associés à leur propre spécialité auxquelles se sont livrés les leaders pédagogiques des différentes disciplines. L’amélioration des méthodes de consignation des progrès réalisés par les résidents devrait contribuer à améliorer l’évaluation de leur rendement.

Sans compter que les résidents arrivent tous les jours au travail avec un objectif d’apprentissage en vue!

À votre avis, à quel point les dirigeants sont-ils conscients des enjeux de la CPC?

Tous les dirigeants — qu’ils soient vice-président à l’enseignement, directeur de département ou autre — sont conscients des enjeux de la CPC. Cela dit, nous avançons tous en terrain inconnu. Le défi que nous avons à relever est le suivant : chaque programme au sein de chaque centre universitaire s’emploie à mettre en œuvre la CPC, mais déploie ces efforts en vase plus ou moins clos. À l’inverse, à l’Université d’Ottawa, tous les programmes, qu’ils portent sur des spécialités ou des surspécialités chirurgicales ou médicales, s’efforcent d’adopter des stratégies de mise en œuvre communes.

Décrivez le rôle que vous avez joué dans la mise en œuvre de la CPC.

À titre de vice-président, j’envisage la réussite de la mise en œuvre de la CPC comme je l’envisageais lorsque j’étais directeur de programme : soutien, collaboration, sensibilisation et établissement de solides relations avec tous les partenaires du programme.

Lorsque je suis entré en fonction en janvier, je savais que la priorité de mon mandat de vice-président à l’enseignement du Département de chirurgie de l’Université d’Ottawa serait de contribuer à la transition des programmes vers la CPC tout en apportant mon aide à ceux qui ont reçu leur agrément en 2016. Étant donné que j’occupais auparavant le poste de directeur du programme d’urologie, j’ai commencé à m’investir dans la transition vers la CPC dès 2015, en siégeant au Comité de spécialité du Collège royal à l’Université. Par conséquent, j’estimais être particulièrement bien placé pour orienter cette transition au sein du Département de chirurgie, en me servant de l’expérience du Département d’urologie comme repère et de son programme comme programme pilote pour la CPC. Ce que j’envisage, c’est la possibilité d’apprendre des leçons importantes et d’établir des pratiques exemplaires en se fondant sur un cadre pratique, en vue de faciliter la mise en œuvre de la CPC au sein de tous les programmes de chirurgie au cours des cinq à sept prochaines années.

À Ottawa, nous continuons à raffermir notre culture d’évaluation qui est centrée sur des évaluations en milieu de travail formatrices. Cela fait cinq ans que nous utilisons l’outil d’évaluation en salle d’opération O-SCORE. Les résidents et les membres du corps professoral ont maintenant l’habitude de procéder à des évaluations en direct sur leur iPad. Je crois que cela nous a préparés à faire la transition vers la CPC sur Elentra (la plateforme de portfolio électronique utilisée à l’Université d’Ottawa), puisque nous serons appelés à effectuer divers types d’évaluation des résidents en milieu de travail portant sur les activités professionnelles confiables (APC) et les jalons.

Par ailleurs, nous avons commencé à élaborer un cadre pratique pour la mise en œuvre de la CPC au sein des différents programmes. Nous nous sommes fixé pour objectif d’harmoniser le plus possible nos processus avec ceux de l’urologie et des fondements chirurgicaux (p. ex., mandats des comités de compétence, planification de programme, modèles d’évaluation en milieu de travail, etc.) afin de simplifier le processus d’intégration des autres programmes de spécialité médicale à mesure que leur date de lancement de la CPC approche.

Je crois que nous aurons besoin de renforts pour la mise en œuvre de la CPC. Nous avons déjà commencé à opérer des changements importants au sein de l’Eric Poulin Office of Education. La directrice, Christine Seabrook, a contribué de manière décisive à l’exécution de notre mission de mise en œuvre de la CPC. Nous prévoyons la nomination d’un responsable unique de l’approche par compétences en formation médicale, ayant pour mandat d’aider et de guider les programmes, les directeurs de programme, les administrateurs de programme et les comités de compétence, tout en assurant la liaison avec le bureau des études médicales postdoctorales. Nous sommes également en train de créer un poste de gestionnaire de données dont le titulaire devra aider les comités de compétence en ce qui concerne la génération de rapports à partir des données d’Elentra.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées? Comment votre programme, votre université et vous-même les avez-vous surmontées?

La question de l’adhésion et de la participation active des enseignants au projet demeure préoccupante. Nous avons récemment organisé une soirée d’information sur la CPC pour le corps professoral du Département de chirurgie en prévision du lancement du programme de fondements chirurgicaux suivant le modèle de la CPC, qui aura une incidence sur tous les programmes de chirurgie. Voici le nuage de mots-clés qui a été généré à partir des préoccupations soulevées par les participants à l’égard de la transition vers la CPC. De nombreux thèmes ont été évoqués :

  • gestion de la fatigue des évaluateurs, que ce soit pour les apprenants ou les mentors;
  • mobilisation du corps professoral;
  • retentissement potentiel sur la charge de travail des enseignants.
Word cloud

En outre, nombreux sont ceux qui ont exprimé leur inquiétude devant l’absence de portfolio électronique fonctionnel visant à faciliter la gestion des données et la génération de rapports. Les responsables de l’approche par compétences en formation médicale du bureau des études médicales postdoctorales ont collaboré sans relâche avec les directeurs de programme de la cohorte de 2018 à la mise en place d’Elentra.

Avez-vous eu des surprises?

Ce qui m’a le plus surpris, c’est l’extrême variabilité du niveau de compréhension des implications de la CPC au sein du corps professoral. Malgré le lancement de la CPC au sein du programme de fondements chirurgicaux le 1er juillet, j’ai l’impression que de nombreux corps professoraux, en particulier ceux dont le programme n’a pas encore fait la transition vers la CPC, ne savent pas grand-chose sur ce modèle. Le Dr Jeff Warren, directeur du programme de fondements chirurgicaux, et Laura Gerridzen, administratrice de ce programme, s’efforcent d’informer les divers programmes du passage des fondements chirurgicaux à la CPC. L’Eric Poulin Office of Education explore d’autres pistes de solutions novatrices pour mieux informer les membres du corps professoral des APC et des jalons établis pour les fondements chirurgicaux, tels que l’utilisation de fiches de référence de poche.

Que faut-il garder en tête sur le processus de mise en œuvre de la CPC?

Le changement s’opère lentement. Les artisans de ce processus se heurteront inévitablement à divers obstacles, y compris l’opposition de certains détracteurs, et ils essuieront d’éventuels revers en cours de route. Toutefois, il est essentiel qu’ils poursuivent sur leur lancée avec détermination et optimisme, en ne perdant jamais de vue l’objectif ultime, qui est d’améliorer le cadre de responsabilisation et la portée de nos programmes de résidence.

Si vous pouviez donner un conseil sur la préparation de la mise en œuvre de la CPC à votre homologue dans une autre université, quel serait-il?

Il est crucial d’établir un partenariat avec les autres leaders de la CPC au sein de son propre établissement. Il est absolument indispensable de repérer les personnes qui participent activement au processus de mise en œuvre de la CPC et de communiquer avec elles. Il peut s’agir des directeurs de programme, des directeurs d’autres spécialités, des responsables de l’approche par compétences en formation médicale au sein du bureau d’études médicales postdoctorales ou de membres du personnel administratif. Étant donné que toutes les stratégies de mise en œuvre de la CPC se valent, il est important de faire preuve de créativité, d’être disposé à examiner des propositions diverses et d’être à l’écoute de l’opinion des uns et des autres. Montez votre équipe. Soyez pragmatique!

« Dans la vie, il n’y a rien de plus difficile que de traduire des connaissances en actes, de les transformer en sagesse pratique » (traduction libre)

— Sir William Osler

 

haut de page

Réponses à vos questions

Tirer pleinement profit du portfolio électronique des résidents

Les observations régulières des résidents en milieu de travail font partie intégrante du modèle de Compétence par conception (CPC). Les enjeux sont moindres, mais les données d’observation doivent être consignées dans un système, ce qui permet aux comités de compétence de suivre les progrès réalisés par les résidents au fil du temps.

Le portfolio électronique des résidents du Collège royal est l’un des systèmes qui peuvent être utilisés pour l’enregistrement de ce type de données. Depuis le 1er juillet, près de 800 résidents faisant partie de programmes dispensés dans 11 facultés de médecine sont inscrits à ce système gratuit.

La série de webinaires aide les résidents à prévisualiser le portfolio électronique

En prévision de l’entrée en résidence de nouvelles cohortes qui commencent leur programme selon le modèle de la CPC, le Collège royal a conçu une série de webinaires pour présenter son système aux résidents concernés et au corps professoral. Animés par des experts du Collège royal, ces webinaires d’une durée de 45 minutes présentent les principaux éléments, dont le téléversement des données probantes et l’interprétation des rapports.

Vous avez manqué les webinaires? Visionnez-les ici.

Pour toute question précise, adressez-vous à votre responsable local de l’approche par compétences en formation médicale ou à l’administrateur de votre programme. Cliquez ici pour trouver le nom de votre responsable local de l’approche par compétences en formation médicale.

Demeurez à l’affût : Le Collège royal prévoit organiser d’autres webinaires sur le portfolio électronique des résidents à l’intention des autres groupes d’utilisateurs, notamment les comités de compétence et les administrateurs de programme.

 

haut de page

Les pionniers des premiers examens de la CPC

Forum des étudiants en médecine – susciter l’intérêt de la relève envers la CPC

Soucieux d’éveiller l’intérêt des résidents pour la Compétence par conception (CPC) très tôt dans leur cursus, le Collège royal a réuni la Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC) et la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ) lors d’un forum d’une journée sur la CPC, qu’il a organisé à la fin du mois d’avril, à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en prévision de la Conférence canadienne sur l’éducation médicale.

L’enthousiasme pouvait se ressentir dans toute la salle et, à la fin de la journée, de nombreux étudiants ont mentionné qu’ils avaient l’intention de s’engager dans la mise en œuvre de la CPC à l’échelle locale.

« C’était vraiment stimulant de passer du temps avec des étudiants qui considèrent la CPC comme leur perspective d’avenir et qui sont déterminés à participer activement à leur apprentissage afin de pouvoir le vivre pleinement par la suite », explique l’une des présentatrices, Rhonda St. Croix, qui est conseillère en initiatives de changement.

« Mon expérience avec le Collège Royal et les administrateurs de ma faculté me démontre que l’opinion des apprenants compte, a déclaré Silvio Ndoja, un étudiant en médecine à l’Université Western Ontario. Le vent du changement est en train de souffler, et je suis heureux que la CPC soit acceptée. Durant cette période de changement, nous devons chercher ensemble les points à améliorer et prendre les mesures nécessaires. »

Ce qui emballe le plus cet étudiant à propos de la CPC, c’est le fait que les apprenants sont mieux informés de ce que l’on attend d’eux et sont par conséquent plus à même de prendre leur apprentissage en main. « J’ai fait des études de premier cycle en biologie et en psychologie et de la recherche en pédagogie, donc j’adhère tout à fait à ce système, ajoute-t-il. Les travaux de recherche approfondis qui sont menés sur la formation médicale permettront de mieux comprendre comment améliorer la formation des médecins, et à terme, ce sont les apprenants et le public qui en tireront parti. »

Les autres présentateurs de ce forum pour les étudiants en médecine comprenaient le Dr Ken Harris, directeur général adjoint et directeur exécutif, Éducation spécialisée du Collège Royal, la Dre Adelle Atkinson, éducatrice clinicienne, la Dre Brie Yama, éducatrice clinicienne et membre du conseil consultatif du programme de la Conférence internationale sur la formation des résidents (CIFR), Mme Natasha Bernardi, coordonnatrice administrative de la CPC, et quelques résidents inscrits à des programmes de CPC. La Dre Magalie Beauregard de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) et la Dre Leora Branfield Day de Médecins résidents du Canada (MRC) étaient également présentes. Elles ont animé les séances interactives visant à stimuler les étudiants et à les aider à se prendre en charge en prévision de leur entrée en résidence dans le contexte de la CPC. Elles leur ont expliqué le système de formation actuel des résidents, ainsi que le bien-fondé, les concepts clés, la terminologie et les pratiques clés (état d’esprit axé sur le développement, la rétroaction, le coaching et le changement) de la CPC, et ont dissipé les mythes et les malentendus sur ce nouveau modèle.

Lors d’une activité en groupe, les étudiants en médecine ont examiné comment leur état d’esprit peut influer sur leur capacité à réussir un programme de résidence suivant le modèle de la CPC. Les étudiants devaient remplir individuellement un bref questionnaire d’autoréflexion destiné à faire progresser leur apprentissage.

Enfin, au cours de la dernière séance, ils ont créé des plans d’action pour inciter leurs pairs à participer activement à la mise en œuvre de la CPC et ont présenté leurs idées lors de l’assemblée générale étudiante printanière le lendemain.

Le Collège royal encourage les directeurs de programme à discuter de la CPC avec les étudiants en médecine lors des entrevues du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS) de janvier. Vous trouverez des ressources utiles pour les résidents et les étudiants en médecine en cliquant ici.

 

haut de page

Résultats du rapport de la FMRQ sur la CPC

Le rapport L’impact de La compétence par conception de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) est le fruit de l’une des premières études les plus complètes sur la mise en œuvre de la CPC.

On y trouve des renseignements utiles tirés des expériences et observations de résidents de première année en 2017-2018 en anesthésiologie et en oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale dans les quatre facultés de médecine du Québec. La FMRQ a présenté son rapport au Comité de l'éducation spécialisée au début de mai afin que le Collège royal et d’autres intervenants s’inspirent des expériences de ses membres.

À la fin du rapport, les auteurs concluent que « ces observations sont parfois inspirantes, parfois troublantes, mais portent certainement à réflexion. »

Ken Harris, directeur général adjoint et directeur exécutif du Bureau de l’éducation spécialisée au Collège royal, est du même avis : « Le cheminement vers un changement significatif et durable comporte toujours des progrès, des promesses et des reculs. Le changement prend du temps et dépend beaucoup du contexte. Il doit par ailleurs être rigoureusement étudié et adapté au cours de cycles itératifs de rétroaction et d’apprentissage. Nous apprécions les efforts déployés par la FMRQ pour contribuer à l’apprentissage de la CPC et à l’essor de cette approche. »

Une amélioration continue collective exige une rétroaction de tous les partenaires et intervenants. Pour mener à bien la CPC, le Collège royal doit partager l’information et établir des pratiques exemplaires fondées sur les apprentissages collectifs.

La FMRQ a mené des entretiens semi-dirigés auprès de 32 résidents en janvier et février, six mois après le début de leurs programmes en CPC.

« Nous reconnaissons que la mise en œuvre de la CPC consiste en une série complexe d’interventions, de mesures et d’apprentissages mobilisant une multitude d’intervenants, en particulier les leaders locaux, le corps professoral, les résidents et les bureaux des études médicales postdoctorales, a précisé le Dr Harris. Le tableau suivant décrit le suivi donné aux recommandations. Nous nous réjouissons à l’idée d’accroître notre collaboration, nos liens et nos échanges avec nos partenaires, à mesure qu’ils élaborent leurs plans d’action. Ensemble, nous tirerons des leçons et progresserons. »

Lisez le rapport intégral de la FMRQ

Résumé du rapport de la FMRQ


Recommandations de la FMRQ

  1. Préciser l’incidence de la CPC sur la durée de la formation.
  2. Le Collège royal élabore actuellement une nouvelle politique sur le rôle du facteur temps dans la CPC; elle sera diffusée à un large auditoire cet automne et permettra de connaître les éléments de la résidence qui demeureront axés sur la durée de la formation.

    Le choix d’un modèle hybride nous permet d’éviter une révision majeure des structures actuelles axées sur la durée. On s’attend donc à ce que certains éléments de la résidence demeurent axés sur la durée de la formation. En voici des exemples :

    • Stages cliniques et ententes avec l’université, l’hôpital, les ministères de la Santé
    • Financement des postes de résidents
    • Correspondances programme/discipline
    • Examens annuels du Collège royal
  3. Fournir plus d’information plus tôt.
  4. Conseils sur le calendrier et le processus :
  5. Les comités de spécialité du Collège royal devraient connaître le nombre d’APC, de jalons et d’observations à atteindre. De plus, il doit être clair que des éléments de la CPC comme ceux-ci sont présentés sous forme de lignes directrices, qui pourraient être modifiées après la mise en œuvre.
  6. Des mesures d’amélioration continue devraient être apportées à long terme.

Les trois principales ressources sur la CPC destinées aux résidents

Vous souhaitez préparer les résidents à la transition vers la CPC et solliciter la participation active de ceux-ci? Voici nos principales ressources qui les aideront à prendre leur apprentissage en main!

  1. La Compétence par conception — Ce que les résidents doivent retenir. La perspective de la transition vers la CPC peut sembler décourageante, mais cette fiche d’information a été conçue pour que les résidents y trouvent rapidement et facilement ce qu’ils doivent savoir sur ce nouveau modèle. Elle fait ressortir les huit principaux éléments qui décrivent ce que la CPC implique dans le cadre de leur résidence.
  2. La Compétence par conception (CPC) : ce que vous devez savoir – Guide du résident. Ce document de quatre pages conçu pour les résidents leur présente les concepts qui sous-tendent la CPC en vue de leur décrire les changements qui s’annoncent.
  3. Introduction à la CPC pour les résidents. Les directeurs de programme peuvent adapter ce jeu de 39 diapositives aux besoins de leur université et de leur discipline afin de préparer leurs résidents à la transition vers la CPC.

 

haut de page

À propos :
Le bulletin électronique Point de contact de La compétence par conception informe la communauté médicale des enjeux, faits nouveaux et activités, bref, de tout ce qui se rapporte à la mise en œuvre de la CPC, partout au Canada.