Passer au contenu principal
Suivez-nous

Point de contact de La compétence par conception - Octobre 2017

Message du directeur général

Royal College CEO Andrew Padmos

Chers collègues,

Nous avons fait beaucoup de chemin au cours de l’été! Le 1er juillet dernier, nous avons célébré le lancement de La compétence par conception (CPC) pour l’anesthésiologie et l’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale. Depuis cette date, tout le monde a travaillé sans relâche afin de jeter les bases pour les autres disciplines qui mettront en œuvre la CPC l’an prochain et au cours des années suivantes.

L’an prochain, ce seront possiblement 10 autres spécialités et surspécialités qui passeront à la CPC dans les facultés de médecine et les centres de santé universitaires. Le nombre même de disciplines qui adopteront la CPC en 2018 mettra à l’épreuve les efforts déployés pour assurer une préparation optimale. Et nous devons être prêts, non seulement pour les résidents, mais aussi pour les patients.

Le Collège royal prend le temps de tirer des enseignements de la première vague de mise en œuvre de la CPC. Prendre la juste mesure de ce que nous avons accompli jusqu’à présent est non seulement essentiel, c’est une façon de baliser la route vers la prochaine phase. Dans nos échanges réguliers avec les vice-doyens aux études postdoctorales et la communauté de la formation médicale spécialisée élargie, ce qui ressort c’est qu’on n’en est plus à se questionner sur la raison d’être de la CPC, mais plutôt sur les tâches précises que doivent accomplir les programmes de formation médicale avant de mettre en œuvre la CPC.

Le changement peut être désarmant, et certaines difficultés sont à prévoir au début. Nous en savons quelque chose. Mais sachez que le Collège royal offrira du soutien à chaque étape du processus pour que ce travail d’entraide et de collaboration porte ses fruits.

L’un des enseignements que nous avons tirés jusqu’à maintenant est en fait un constat : les membres de la communauté de la formation médicale spécialisée sont dévoués, talentueux et prêts à aider. Je suis convaincu que nous unirons nos forces, comme nous l’avons fait à maintes reprises auparavant, et contribuerons à l’essor de la CPC.

Recevez mes salutations distinguées.

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général


 

Retour à la page d’accueil de Point de contact de La compétence par conception

faces of CBD

Visages de la CPC

Premières observations sur la mise en œuvre de la cpc

Entrevue avec
le Dr Brian W. Rotenberg, MD, MPH, FRCSC

Directeur du programme de résidence
Département d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale Université Western

« L’une des choses qui m’ont le plus surpris a été de constater le grand enthousiasme et l’optimisme de plusieurs membres du personnel à l’égard de la CPC et de ses processus. »

Maintenant que les deux premières disciplines ont lancé leurs programmes de résidence adaptés à La Compétence par conception le 1er juillet 2017, nous offrons avec plaisir un aperçu des premiers mois de cette expérience. Ce numéro porte sur le point de vue d’un directeur de programme de résidence, Brian Rotenberg, à qui nous avons demandé comment se déroule la mise en œuvre de la CPC au sein du Département d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale de l’Université Western.

Les directeurs de programme participent à toutes les étapes de la conception des nouveaux programmes adaptés à la CPC dans leur discipline, en plus de travailler avec les collègues de leur faculté pour préparer la mise en œuvre. Pour sa part, le Dr Rotenberg appuie avec enthousiasme l’approche par compétences en formation médicale et préconise celle-ci dans la formation des résidents.

Quelques mois seulement après la mise en place de la CPC, nous avons demandé au Dr Rotenberg quels enseignements il a tirés jusqu’à présent concernant la mise en œuvre de la CPC.

Selon vous, quel est le véritable avantage de la CPC pour le médecin d’aujourd’hui?

« Comme médecins, il est dans notre nature de procéder par empirisme, ce qui est de bon augure quand on instaure un système qui tient compte de l’évolution des besoins et des apprenants. Avec la CPC, il est possible de s’attaquer à un problème particulier en temps réel et de préciser la façon dont l’apprenant prend de l’assurance dans un domaine de la spécialité.

La CPC donne lieu à beaucoup plus de discussions au sujet de l’apprentissage parce qu’elle permet de cerner les domaines à améliorer et fait ressortir les forces de l’apprenant de façon très précise. Cette caractéristique fait de la CPC une évolution naturelle pour les médecins qui, de nos jours, sont toujours à court de temps. »

Pouvez-vous décrire le rôle du directeur de programme dans la mise en œuvre de la CPC?

« Le directeur de programme a un rôle à jouer pour veiller à ce que la mise en œuvre de la CPC se déroule comme prévu. Les directeurs de programme ont beaucoup de discussions avec les membres de leur personnel au sujet de la CPC. Nous jouons un rôle de persuasion, et malgré la résistance à laquelle on peut faire face de la part du personnel, il faut être en mesure de diriger tout le monde dans la même direction. Au bout du compte, la CPC est la voie qu’il faut suivre et si quelqu’un s’oppose fondamentalement à celle-ci, c’est au directeur de programme que revient la décision difficile de déterminer qui doit faire partie de l’équipe pédagogique. Les directeurs de programme sont aussi ceux qui éveillent l’enthousiasme, suscitent de l’intérêt et exploitent les contributions positives provenant de tous les participants. Ce sont des facteurs déterminants. Au final, le facteur qui aura la plus grande incidence sur le succès de la CPC est la communication.

Les directeurs de programme sont au cœur de l’action, ils observent ce qui se passe. C’est aussi sur eux que les résidents prennent modèle. Avec la CPC, le rôle du directeur de programme n’a jamais été aussi important. L’introduction des activités professionnelles confiables (APC) et d’autres jalons à atteindre pour mesurer la réussite a fait augmenter de façon exponentielle la fréquence et la régularité des échanges entre mentors et mentorés, ce qui améliore l’apprentissage dans l’ensemble. »

« Dans La compétence par conception, le travail du directeur de programme est un peu comme celui d’un chef d’orchestre. Toutes les parties de l’ensemble doivent être exécutées en harmonie pour que la symphonie fonctionne. Brian met à profit les outils de gestion indispensables dans son travail et illustre le dynamisme et la passion dont il faut faire preuve pour avoir une réelle influence sur le changement. »

Quelles difficultés inattendues avez-vous rencontrées?

« l’une des difficultés a été de rendre la transition aussi harmonieuse que possible au sein d’une équipe qui ne connaît pas très bien la CPC. Plus précisément, lorsque les étudiants du programme d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale effectuent des stages dans des spécialités qui n’ont pas adopté l’approche par compétences en formation médicale, on a souvent droit à beaucoup de questions de la part des superviseurs de ces spécialités sur la façon d’évaluer les stagiaires parce qu’ils ne connaissent pas la CPC. Cette situation pose problème sur le terrain. À l’heure actuelle, il n’y a aucun pont d’établi pour faciliter les choses. »

Avez-vous eu des surprises?

« L’une des choses qui m’ont le plus surpris a été de constater le grand enthousiasme et l’optimisme de plusieurs membres du personnel à l’égard de la CPC et de ses processus, ajoute le Dr Rotenberg. Quand on leur a demandé de servir de cobayes pour un nouveau programme, ils ont accepté d’emblée! C’est vraiment agréable d’entendre de jeunes gens intelligents affirmer qu’ils aiment la fréquence et la qualité des échanges avec leur mentor, et cela a fait augmenter la satisfaction générale du personnel. Le personnel junior a aussi mis de l’avant beaucoup d’excellentes suggestions pour améliorer davantage les rouages de la CPC dans notre faculté. Nous avons transmis ces suggestions au Collège royal et elles ont été bien reçues. »

Qu’est-il important de retenir au sujet du processus de mise en œuvre de la CPC?

Le Dr Rotenberg met en garde tous ceux qui pensent que la CPC prendra exactement la forme prévue à la fin du processus. La CPC touche l’ensemble du continuum de la formation médicale : les résidents, les administrateurs de programme, les directeurs de programme, le Collège royal et ainsi de suite.

« Compte tenu du nombre élevé de personnes sur qui la CPC a une incidence et des différents points de vue des intervenants, il serait déraisonnable de croire que les programmes adaptés au modèle de la CPC ressembleront exactement à ce qui a été prévu dans 10 ans. »

Si vous aviez un seul conseil à donner à un directeur de programme d’une autre discipline à propos de la préparation de la mise en œuvre de la CPC, quel serait-il?

« Ne sous-estimez pas la quantité de tâches à organiser pour mettre en œuvre la CPC dans votre programme. Le Collège royal fournira des lignes directrices, des jalons et d’autres modèles de référence, mais c’est à vous, le directeur de programme, de les mettre en pratique, et ce n’est pas une mince tâche. Parmi les critères qui sont souvent négligés lors de la sélection d’un directeur de programme, on compte le sens de l’organisation et la capacité de diriger un projet. En effet, si la personne responsable de la mise en œuvre n’est pas organisée ou disposée à planifier, le succès de la CPC au sein du programme risque d’être grandement compromis.

N’oubliez pas que le Collège royal fournit les plans, mais ce sont les programmes qui font le plus gros du travail. »


 

Retour à la page d’accueil de Point de contact de La compétence par conception

Faculty development resource of the month

Nouvelles ressources sur l’évaluation en milieu de travail

La compétence par conception (CPC) regroupe des perspectives déjà connues, mais évolutives, sur la formation des résidents, l’enseignement et l’évaluation. Ces trois nouvelles ressources gratuites sur l’évaluation en milieu de travail (EMT) peuvent contribuer au changement. Les connaissez-vous?

Maquette CBD

  1. Résumé d’une présentation

    Ce résumé de deux pages d’une présentation sur l’EMT saura intéresser ceux qui sont curieux au sujet de l’EMT et qui veulent avoir un aperçu général rapide de ce qu’elle réserve.

  2. Guide de référence

    Ceux qui exercent un rôle de leadership voudront peut-être mieux comprendre les incidences de l’EMT sur leur programme. Pourquoi ne pas consulter en quelques minutes ce guide de référence de 10 pages?

  3. Présentation pouvant être adaptée

    Devez-vous expliquer l’EMT à des collègues? Gagnez du temps et utilisez cette présentation (vous pouvez aussi l’adapter).

L’évaluation est un élément essentiel au succès de la mise en œuvre de la CPC.

Téléchargez les ressources


 

Retour à la page d’accueil de Point de contact de La compétence par conception

Du Changement Plein les poches

Rhonda St. Croix

Première partie d’une série de réflexions sur le changement et ses répercussions sur les organisations et les gens

Bienvenue à Du changement plein les poches, une nouvelle série d’articles qui porteront sur la transformation que constitue La compétence par conception (CPC) et les répercussions de ce changement de paradigme sur la communauté de la formation médicale au Canada.

Je m’appelle Rhonda St. Croix. Je suis conseillère en initiatives de changement au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et je me consacre à La compétence par conception. Mon rôle consiste à établir des ponts avec nos partenaires, demeurer à l’écoute de ce qui se passe sur le terrain, détecter les signes de difficulté et donner aux gens les moyens de se rallier derrière notre objectif commun.

Le monde de la formation médicale a été un peu secoué le 1er juillet 2017, date qui marquait le début officiel de la mise en œuvre de la CPC au sein des facultés de médecine canadiennes. Étant donné que les deux premières disciplines ont commencé à nous faire part de leur expérience de la CPC jusqu’à présent, le moment est tout indiqué de nous ramener à la réalité et de constater ce que le passage à la nouvelle ère de formation médicale implique réellement pour qu’on en assure la viabilité.

Soyons francs, une période de changement n’est pas un long fleuve tranquille. On fait souvent deux pas en avant, un pas de côté, un pas en arrière… sans compter les erreurs, les obstacles, les risques, l’inconfort, les déceptions, les malentendus et la vulnérabilité auxquels on s’expose. La CPC n’échappe pas à cette réalité!

On entend souvent dire que le changement est quelque chose que l’on « met en œuvre ». On utilise donc tous des termes qui sous-entendent cette idée de contrôle. C’est en quelque sorte une façon de se convaincre qu’on peut gérer le changement, en pensant que les choses peuvent se passer comme nous le souhaitons et quand nous le voulons. En réalité, le changement ne se met pas en œuvre d’un seul coup et c’est réglé. Il faut plutôt que tout le monde mette l’épaule à la roue.

Tandis que tous prennent le virage de la CPC, force est de constater que le véritable travail est de faire participer les gens, de part et d’autre, afin de bien se préparer et d’élaborer ensemble des solutions communes. Il suffit de peu de choses simples (mais non faciles) pour capter l’esprit et le cœur des gens intelligents. Tout se bouscule, surtout pour les perfectionnistes que nous sommes et qui aimeraient que le changement se produise selon notre ordre de priorités.

Mais au bout du compte, tout est une question de dynamisme et de bonne volonté.

D’un point de vue pratique, j’aimerais vous présenter quelques recommandations provenant d’experts reconnus dans le domaine des changements de pratiques. J’espère que celles-ci pourront VOUS aider à devenir un catalyseur de changement pour la CPC. Appliquez ces principes dans votre travail quotidien et faites-moi part des résultats que vous avez obtenus! Je serai ravie de vous lire.

Ces conseils sur la gestion du changement vous aideront à créer un environnement participatif favorable à la CPC.

Objectif commun

Tissez ensemble une trame de fond solide qui respecte l’objectif à atteindre et correspond à ce que les gens veulent. En tant que champions de la CPC, nous avons tous un rôle à jouer pour amener les autres à voir les avantages de cette transformation, à prendre conscience de ce qu’elle représente et à y croire.

Assurez un état de préparation optimal et suscitez de l’enthousiasme

  • Mettez les autres à contribution en commençant par quelques personnes, puis créez petit à petit une communauté qui se rallie au projet. Pensez par exemple à une boule de neige qui prend de l’ampleur en dévalant une colline.
  • Voyez où les gens en sont rendus en posant des questions, en écoutant et en percevant les niveaux de soutien et de résistance.
  • Instaurez un climat de confiance en faisant participer les gens. Impossible d’obtenir de l’engagement sans encourager la participation. Donnez à tous un rôle à jouer pour leur permettre de contribuer à définir l’avenir. Plus le changement est complexe, plus le degré de participation doit être élevé.
  • Communiquez et exercez de l’influence par ce que vous faites. Nos efforts de ralliement à la CPC et la communauté que nous réussirons ainsi à bâtir détermineront la réussite, la pertinence et la viabilité du projet.

Ne cherchez pas à atteindre la perfection. Lancez-vous.

  • Commencez par ceux qui sont déjà convaincus du bien-fondé de cette initiative et qui prendront le temps de se renseigner, le risque d’en faire l’essai et l’occasion d’en parler à leurs pairs et de la modéliser.
  • Allégez le processus en vous concentrant sur les éléments qui auront la plus grande incidence.
  • Faites participer les autres pour créer de nouveaux comportements et établir de nouveaux rôles et de nouvelles habitudes.
  • Les habitudes sont les pierres d’assises du changement de comportement. Tout changement comporte des caractéristiques comportementales.

Obtenez des résultats concrets

  • Mettez en commun des outils et partagez votre expérience. Créez des conditions favorables pour tous.
  • Visez la progression, pas la perfection. Faites en sorte que tous puissent voir que les choses avancent.

Offrez du soutien et apprenez ensemble

  • Apprenez les uns des autres et exploitez les occasions d’apprentissage au sein du groupe. Ajustez le tir et recommencez, s’il le faut. C’est ce que nous avons appris lorsque nous nous sommes heurtés à une certaine résistance à l’égard de la collecte de l’ensemble de données initial par le Collège royal. Nous avons tenu compte des préoccupations formulées et collaborons actuellement avec des partenaires pour trouver une solution de rechange.

Devenons de meilleurs agents de changement

  • Pour mener le changement, il ne faut pas seulement bien connaître le sujet et posséder une expertise technique. Il faut aussi savoir comment gérer les dynamiques interpersonnelles, relationnelles et collectives.
  • La confiance est une condition préalable pour que le changement s’opère. Les gens doivent faire confiance aux meneurs du changement pour suivre leur plan de changement. Bien souvent, ceux qui mènent la barque surestiment le soutien dont ils disposent en raison du décalage entre l’intention et l’action. Autrement dit, on croit souvent à tort que si nos intentions sont bonnes, les gens nous feront confiance et se rangeront derrière nous. Les préoccupations soulevées concernant l’accès aux données est un bon exemple d’enjeu qui est devenu prioritaire pour le Collège royal et ses partenaires lors de la première vague de mise en œuvre de la CPC. Nous avons travaillé fort pour gagner la confiance des principales parties prenantes et en avons invité d’autres à collaborer à la recherche d’une solution.

Si vous avez des questions ou des commentaires sur ce que vous venez de lire, n’hésitez surtout pas à communiquer avec moi. En fait, j’espère que cet article sera pour nous tous une source d’inspiration et nous amènera à bâtir une communauté participative pour la CPC!

Icône d'adresse courriel

rstcroix@collegeroyal.ca
@rhondastcroix


 

Retour à la page d’accueil de Point de contact de La compétence par conception

3 Questions: Preéparer l'avenir du DPC fondé sur les compétences

Trois questions : Préparer l’avenir du DPC fondé sur les compétences

Raison d’être

Les principes de l’approche par compétences en formation médicale risquent de transformer le développement professionnel continu (DPC); toutefois, la transition vers le DPC fondé sur les compétences doit être utile aux Associés, aux prestataires de DPC, aux ordres des médecins, aux établissements de soins de santé et aux patients.

Le Collège royal a réuni des Associés et de multiples organisations d’intervenants afin de déterminer comment créer un système de DPC qui favorise l’amélioration constante de la pratique spécialisée et des résultats pour les patients.

À partir de ces échanges, une série de livres blancs a été élaborée. Elle offre aux Associés du Collège royal la possibilité de faire part de leurs commentaires. Le premier livre blanc porte sur la raison d’être de la transition et vous invite à réfléchir à trois questions :

Un système de DPC fondé sur les compétences peut-il…

  1. Donner suite aux besoins d’amélioration de notre système actuel?

    La nécessité de participer à des activités d’apprentissage et d’évaluation formelles et informelles, de réfléchir aux résultats obtenus et de consigner ces résultats est une source de frustration pour les Associés; elle ne permet pas de démontrer leur compétence ou la qualité des soins qu’ils fournissent aux patients. Ce livre blanc tente de déterminer si un système de DPC dans lequel les compétences sont reliées aux besoins des patients et de la population en matière de santé pourrait mettre l’accent sur les résultats que le système actuel ne permet pas d’obtenir. Qu’en pensez-vous?

  2. Relier les activités de DPC à l’amélioration continue de la pratique?

    Les Associés se livrent à des activités de DPC pour accroître leur compétence, améliorer leur rendement et les résultats pour la santé des patients. Sans exiger l’établissement d’une lourde infrastructure, comment un nouveau programme de DPC fondé sur les compétences pourrait-il aider les spécialistes à améliorer constamment leur pratique et les résultats pour les patients au fil du temps? Comment un système de DPC pourrait-il promouvoir le rôle du DPC en permettant aux spécialistes de prendre des mesures au sujet des éléments qu’ils doivent améliorer?

  3. Favoriser l’accès à des données et à une rétroaction utiles?

    Pour de nombreux Associés, il est judicieux d’utiliser les données et la rétroaction obtenues pour déterminer les domaines à améliorer de façon continue grâce à des activités d’apprentissage. Cependant, comment les établissements de soins de santé, les administrateurs de données et autres partenaires de la communauté médicale peuvent-ils collaborer pour aider les spécialistes à avoir accès à des données pertinentes et utiles sur la pratique, et recevoir de la rétroaction afin d’intégrer ces données à des plans d’action en vue d’améliorer la pratique?

LISEZ le livre blanc, RÉFLÉCHISSEZ à ces trois questions et EXPRIMEZ‑VOUS : Qu’est-ce qui retient votre attention? Quelles sont vos inquiétudes au sujet des orientations stratégiques de cette transition? Nous voulons recevoir commentaires et connaître votre opinion.

Lisez la « raison d’être »

Icône d'adresse courriel  Voici mes commentaires.

 


 

Retour à la page d’accueil de Point de contact de La compétence par conception

ICRE 2017

Simulation Summit