Passer au contenu principal
Suivez-nous

Dr John Semple : médecin d’une équipe sur le toit du monde

L'Everest (Photo: iStock)
L’Everest (Photo: iStock)


Dans cet article

  • Recrutement du Dr Semple à titre de médecin et impressions produites par l’Everest
  • Comment le Dr Semple s’est préparé à jouer son rôle
  • Problèmes de santé courants des alpinistes en haute altitude et solution
  • Défis de l’équipe du Dr Semple sur l’Everest et dénouement
  • Étudier l’Everest - des profils de mortalité au réchauffement climatique

Le mont Everest, le plus haut sommet de la planète, attire chaque année des centaines d’alpinistes. Certains ne complètent pas l’ascension; certains ne revoient jamais leur foyer. Les conditions sont extrêmes et défient les limites du corps humain

En 2003, le Dr John L. Semple, FRCSC, chirurgien passionné de l’escalade, s’est vu offrir la possibilité de prendre part à une expédition britannique vers l’Everest, à titre de médecin.

Il a accepté l’offre.

À peine deux ans plus tard, en 2005, le Dr Semple, ayant déjà fait l’ascension de sommets en Amérique du Sud, dans l’Ouest canadien, en Afrique du Sud et en Asie, a effectué sa première randonnée vers l’Everest, gravissant le flanc nord jusqu’au col Nord (environ 23 000 pieds) avec une équipe de huit alpinistes, quatre sherpas et un cuisinier.

Oubliez la vision sublime d’un paysage sauvage. Même il y a 12 ans, le mont Everest était certes magnifique, mais très fréquenté.

« Plusieurs se rendent sur l’Everest », affirme-t-il en citant des estimations selon lesquelles 400 alpinistes auraient escaladé le flanc nord en 2005 (voie empruntée par son équipe via le Tibet) et 600 autres auraient tenté d’atteindre le sommet depuis le flanc sud (via le Népal).

« C’est un endroit très exotique et la randonnée vers le camp de base est extraordinaire. En dépit de la haute altitude, il est possible maintenant d’avoir accès à plusieurs dispositifs de communication, à des cliniques dirigées par des bénévoles; il y a même des boulangeries au camp de base sur le flanc sud, donc, il y a beaucoup de gens sur place. »

Le Dr Semple en 2005 sur le col Nord. Les tentes sont enfouies sous la neige (Photo: gracieusement fournie pas le Dr John Semple) Photo: Le Dr Semple en 2005 sur le col Nord. Les tentes sont enfouies sous la neige. (Photo : gracieusement fournie par le Dr John Semple)

Médecin d’une équipe d’expédition : préparatifs

Le Dr Semple, ancien étudiant de l’École d’art et de design de l’Ontario et ancien illustrateur médical, a étudié la médecine à l’Université McMaster et la chirurgie à l’Université de Toronto. Il est chef du service de chirurgie plastique au Women's College Hospital et professeur au Département de chirurgie à l’Université de Toronto. Il est aussi devenu récemment professeur auxiliaire du programme de médecine en milieu sauvage au Massachusetts General Hospital de Boston. Il fait de l’escalade durant ses loisirs. Il étudie aussi les montagnes, un intérêt qu’il a développé au plus fort de la crise du SRAS (lire les détails ci-dessous).

Alors qu’il se préparait à assumer son rôle au sein de l’expédition britannique en 2005, il a demandé conseil à des médecins ayant pris part à des expéditions similaires. « J’ai apporté beaucoup de médicaments, dont des antibiotiques, croyant que les infections seraient notamment très fréquentes. Je pensais avoir apporté tout ce qu’il me fallait, mais j’ai réalisé sur place que les soins ne se limitaient pas uniquement aux membres de mon équipe », confie-t-il en riant. « J’ai utilisé plusieurs de mes médicaments durant les deux premières semaines, parce qu’il est difficile de ne pas venir en aide à ceux qui en ont besoin. »

Le Dr Semple a vite compris que la collaboration avec les médecins des autres expéditions augmenterait les chances d’assurer la sécurité et le bien-être des alpinistes. Il a mis en place un système pour éviter de fournir les services en double lors de l’ascension et de la descente, et les médecins ont convenu de prendre soin des patients des autres équipes au camp de base ou au camp de base avancé.

La solution aux problèmes de santé en haute altitude est la descente

Les alpinistes peuvent devenir malades pour différentes raisons; dans certains cas, en raison d’une ascension trop rapide et d’une mauvaise acclimatation, dans d’autres cas, en raison de caractéristiques physiologiques.

Problèmes de santé courants sur l’Everest

  • Céphalées
  • Engelures, hypothermie
  • Mal des montagnes aigu ou modéré (p. ex., vertige, vomissement, toux persistante)
  • Œdème cérébral ou pulmonaire
  • Problèmes oculaires (p. ex., hémorragies de la rétine)
  • Hypoxie (c.-à-d. manque d’oxygène)

« En règle générale, si un état risquait de s’aggraver durant l’escalade et s’il y avait un risque de blessure aux membres ou aux yeux, ou encore un danger pour la vie des grimpeurs, je recommandais de redescendre à une plus basse altitude », précise le Dr Semple.

Bien entendu, la décision revient aux grimpeurs. Il se souvient particulièrement d’un couple qui a dû prendre une telle décision.

« Un couple d’Irlandais souhaitait se marier sur le sommet de l’Everest, mais le futur marié souffrait d’une grave hémorragie rétinienne; j’ai donc demandé qu’il rebrousse chemin. Je ne pense pas qu’il en était ravi. Je les ai revus environ deux ans plus tard alors qu’ils escaladaient le flanc sud. Ils s’étaient mariés à leur retour en Irlande et s’étaient remis en forme. »

Le Dr Semple en 2007 à Dingboche, un village sherpa situé dans la vallée de Chukhung, où les grimpeurs passent souvent quelques jours pour s’acclimater à l’altitude. On peut voir l’arête nord du mont Everest en arrière-plan. (Photo : gracieusement fournie par le Dr John Semple) Photo: Le Dr Semple en 2007 à Dingboche, un village sherpa situé dans la vallée de Chukhung, où les grimpeurs passent souvent quelques jours pour s’acclimater à l’altitude. On peut voir l’arête nord du mont Everest en arrière-plan. (Photo : gracieusement fournie par le Dr John Semple)

Défis de son équipe sur l’Everest

L’escalade en fin de journée constitue l’une des plus grandes menaces pour un alpiniste en haute altitude, car celui-ci risque d’épuiser tout son oxygène avant la descente.

« Vous devez imaginer qu’il gravit la montagne pendant parfois plus de 24 heures sans s’alimenter de façon appropriée et sans pouvoir s’hydrater adéquatement. J’ai été moi même à plus de 7000 mètres (23 000 pi) et j’ai ressenti une extrême fatigue. La descente exige une très grande résistance, une très grande force et beaucoup d’expérience. Dans la plupart des cas, être à court d’oxygène signifie que la partie est terminée. »

Dans l’ensemble, l’équipe du Dr Semple n’a fait face à aucun incident majeur.

« L’un de nos alpinistes s’est évanoui et a perdu la vue dans un œil », précise-t-il.

Heureusement, le Dr Semple avait doté l’équipe de trousses d’urgence.

« Je leur avais appris à se faire des injections et c’est ce que l’alpiniste a fait. Avec l’aide d’un sherpa, il a réussi à s’injecter un peu de déxaméthasone et à effectuer toute la descente. Il avait des engelures; j’ai réussi à obtenir une IRM et deux consultations en ophtalmologie à Katmandu en moins de 24 heures à notre retour, ce qui était extraordinaire, car il est difficile d’en obtenir autant sur demande à Toronto. »

En tout, trois membres de son expédition ont atteint le sommet, bien que plus tard que prévu.

« Le mauvais temps nous a forcés à rester en haute altitude - plus de 21 000 pieds - pendant 17 jours d’affilée. Il était impossible de fixer les cordages et l’escalade n’a réellement commencé qu’à la fin mai, ce qui est très, très tard. »

Le Dr Semple a perdu plus de 45 livres et ses collègues ont même eu du mal à le reconnaître à son retour au Canada. En fait, il avait perdu tellement de poids qu’il a dû acheter de nouveaux vêtements à Katmandu pour revenir au pays!

« Je dis aux gens que je me limite maintenant à l’ascension sociale, mais les effets secondaires sont les mêmes : nausée, céphalées... », plaisante-t-il. « Je fais toujours de l’escalade. J’en ai fait sur glace récemment et j’ai gravi d’autres montagnes au Népal, mais rien qui soit en altitude extrême. Gravir l’Everest présente peu d’intérêt pour moi. »

Le Dr Semple a confié que l’attrait constant que suscite l’escalade est le côté esthétique qui y est rattaché, loin du stress, de même que les pays visités, les rencontres et la communauté des grimpeurs : « vous devez unir vos efforts pour atteindre le sommet ». Il recommande à ceux qui songent à faire de l’escalade durant leurs loisirs de s’attaquer d’abord au mont Athabaska, dans l’Ouest canadien. Il y a là de nombreux groupes d’excellents grimpeurs qui peuvent servir de guides.

Le Dr Semple en 2007 sur le Kala Patthar (offrant un point de vue facilement accessible sur l’Everest), situé sur l’arête sud du Pumori, une montagne se trouvant à huit kilomètres à l’ouest du mont Everest, à la frontière népalo-tibétaine. (Photo : gracieusement fournie par le Dr John Semple) Le Dr Semple en 2007 sur le Kala Patthar (offrant un point de vue facilement accessible sur l’Everest), situé sur l’arête sud du Pumori, une montagne se trouvant à huit kilomètres à l’ouest du mont Everest, à la frontière népalo-tibétaine. (Photo : gracieusement fournie par le Dr John Semple)

Étudier l’Everest - des profils de mortalité au réchauffement climatique

Comment un chirurgien basé à Toronto commence-t-il à étudier l’Everest?


Le Dr Semple l’explique ainsi : « Lors de l’épidémie de SRAS, plusieurs soins auprès des patients hospitalisés ont été annulés, mais comme j’étais chef de service, j’ai dû rester à l’hôpital. J’ai lu des articles sur les ouragans et les importantes chutes de pression barométrique observées en mer au cœur de l’ouragan. J’ai compris que des tempêtes d’une telle intensité en haute altitude pouvaient modifier les niveaux d’oxygène et faire passer d’un état hypoxique à anoxique. J’ai communiqué avec Environnement Canada et je m’y suis même rendu pour présenter un exposé sur les tempêtes en haute altitude. Le ministère de l’Environnement ne mesure pas la température sur les sommets des montagnes parce que personne n’y habite. Mes interlocuteurs ont néanmoins été intéressés par ce que j’avançais et ont voulu m’appuyer. Ils m’ont fait rencontrer le Dr Kent Moore, physicien spécialiste de l’atmosphère qui travaille à l’Université de Toronto. Nous avons établi ce qui est probablement l’une des relations de recherche collaborative les plus uniques qui soit. Nous avons d’abord évalué dans quelle mesure la température peut avoir des répercussions sur les grimpeurs en haute altitude, en particulier durant les tempêtes de forte intensité. »


Le Dr Semple et le Dr Moore ont publié ensemble une quinzaine d’articles.

  • Ils ont dressé les profils de mortalité sur le mont Everest sur une période de 86 ans [British Medical Journal, 2008].
  • Ils ont trouvé des preuves indiquant que le réchauffement climatique augmente la pression barométrique près du sommet, ce qui facilite l’escalade du mont Everest avec le temps [High Altitude Medicine & Biology, 2009].
  • Ils ont offert un aperçu des facteurs qui ont pu contribuer à la disparition des célèbres alpinistes Mallory et Irvine en 1924 [Weather, 2010].
  • Ils ont présenté le premier compte-rendu quantitatif du risque d’engelures sur le mont Everest ainsi qu’une méthode pour caractériser ce risque et élaborer des stratégies d’atténuation [High Altitude Medicine & Biology, 2011].
  • Ils ont fourni la première description in situ du risque d’hypoxie et d’hypothermie sur le mont Everest à différentes échelles de temps [Extreme Physiology & Medicine, 2012].
  • Ils ont déterminé que l’ozone est aussi présent sur les hauteurs du mont Everest que dans les villes industrielles [High Altitude Medicine & Biology, 2016].

« Plusieurs de ces recherches nous ont permis de valider un flux de données en aviation qui remontaient jusqu’à 1928. Comme on le fait en météorologie judiciaire, nous avons pu recréer des tempêtes - et étudier la vitesse du vent, la pression barométrique et la température; ceci nous a permis, par exemple, d’avoir une idée réelle des conditions météorologiques présentes lorsque Hillary et Tensing ont atteint le sommet de l’Everest pour la première fois », affirme-t-il.


Le Dr Semple espère approfondir la recherche afin de comparer les effets de l’ozone sur les grimpeurs (exposition aigüe), les sherpas et les porteurs (exposition chronique), et tenter d’isoler des facteurs pouvant contribuer à l’incidence des maladies pulmonaires obstructives chroniques chez les guides himalayens.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Conseil du mois sur le MDC
Programme de MDC : conseils offerts par le Centre des services du Collège royal

Liste de contrôle : téléverser vos lectures ou analyses groupées dans le portfolio électronique MAINPORT

Conseil du mois sur le MDC

Nos options de lecture et d’analyse groupée peuvent vous aider à documenter vos activités plus facilement. Voici quelques conseils utiles pour préparer votre liste de téléversements dans le portfolio électronique MAINPORT!

Quand utiliser le relevé de lecture d’articles groupée

  • Si vous consignez plusieurs articles que vous avez lus ou sujets de lectures effectuées tout au long de l’année civile : téléchargez, sauvegardez sur votre bureau et utilisez notre Relevé de lecture d'articles groupée.
  • Si vous lisez un seul article ou quelques articles durant l’année civile : consignez-les séparément dans le portfolio électronique MAINPORT sous l’onglet « Lectures ».

Avant de téléverser votre relevé dans le portfolio électronique MAINPORT

LISTE DE CONTRÔLE : PASSEZ EN REVUE VOTRE RELEVÉ DE LECTURE D’ARTICLES GROUPÉE
Avez-vous inscrit un titre par article?
L’information est-elle inscrite correctement dans chaque cas (p. ex., titre, date, résultat d’apprentissage)?
Vérifiez vos crédits. Vous ne pouvez obtenir qu’un crédit par article.
Rappelez-vous : NE JOIGNEZ PAS les articles comme tels ou des saisies d’écran des articles.
LISTE DE CONTRÔLE : PASSEZ EN REVUE LE RELEVÉ ÉMIS PAR UN TIERS
Vérifiez si vous avez bien votre relevé d’activités et votre certificat afin de les téléverser; nous avons besoin des deux. (Pour les sujets d’articles numérisés parus dans UpToDate, Medscape, OrthoEvidence, etc.)
Tous les articles inscrits ont-ils été lus durant la même année? Si ce n’est pas le cas, séparez-les. Vous avez besoin d’un relevé par année civile.
Vérifiez vos crédits. Les sujets d’articles lus dans UpToDate, Medscape, OrthoEvidence ou autre ressource permettent d’obtenir 0,5 crédit dans chaque cas.
Demandez-vous s’il vaudrait mieux consigner vos activités de lecture/d’analyse à titre de projet de formation personnel (PFP)?

Remarque : Les PFP permettent d’obtenir deux crédits par heure. Ils s’imposent lorsque la lecture (ou l’analyse) et l’apprentissage ont pour but de préparer un exposé ou une séance d’enseignement, de trouver un résumé, de suivre un module ou un cours en ligne, d’examiner une question clinique, administrative, liée à des travaux universitaires, etc.

Téléchargez cette liste de vérification en format PDF.

Pour obtenir une aide personnalisée, communiquez avec le Centre des services du Collège royal.

Si vous avez encore des doutes au sujet du processus, nos employés sont toujours là pour vous aider. Contactez-les si vous avez des questions.

powered by Typeform

Retour à la page d’accueil de Dialogue

Écrivez-vous votre titre d’Associé correctement? Voici comment le vérifier.

Gros plan des mains, d'un individu qui écrit

Il a fallu 33 ans pour qu’un amendement soit adopté afin de préciser le bon usage du titre d’Associé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

Vérifiez dans ce tableau si vous écrivez le vôtre correctement :

F.R.C.P.C. ou F.R.C.S.C.
FRCS(C) ou FRCP(C)
FRCS ou FRCP
FRCPC ou FRCSC

L’amendement aux statuts éliminant les points, crochets ou parenthèses dans les titres FRCPC et FRCSC a été adopté en 1984. La façon appropriée d’inscrire votre titre professionnel d’Associé du Collège royal est (selon le cas) FRCPC ou FRCSC ‒ tout simplement. Les titres sont les mêmes en anglais et en français.

Pourquoi a-t-on apporté cet amendement? Cet extrait des statuts vous le dira.

« Les statuts du Collège royal ont été modifiés de façon à ce que les points et le " C "entre parenthèses n’apparaissent plus dans les titres officiels d’Associés du Collège royal (...) en 1929, il a été constitué en s’inspirant étroitement du modèle du Royal College of Physicians of London et du Royal College of Surgeons of England. À l’époque, il semblait approprié d’écrire le " C " entre parenthèses (...) le Comité des statuts, et finalement, le Conseil, étaient d’avis que l’organisation pouvait voler de ses propres ailes et ne devait plus être considérée comme une filiale ou annexe des collèges royaux au Royaume‑Uni. Notre organisation est consciente que ce changement ne se fera pas du jour au lendemain (...) cependant, les titres professionnels actuels [sans points ni parenthèses] devraient être utilisés autant que possible. »

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur l’utilisation appropriée du titre d’Associé du Collège royal, consultez le document intitulé Désignations et titres du Collège royal.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Pour que le processus de la naissance soit aussi sûr que possible

Des membres du corps professoral du Centre d’éducation médicale McGill, dont les Drs Saleem Razack et Ronald D. Gottesman (Photo : Terrie Quilatan)
Des membres du corps professoral du Centre d’éducation médicale McGill, dont les Drs Saleem Razack et Ronald D. Gottesman (Photo : Terrie Quilatan)



Collaboratrice : Mme Diane Lynn Weidner


Dans cet article

  • Les méthodes de formation du groupe PROMPT proposées par le Dr Tim Draycott, expert de renommée mondiale, sont une source d’inspiration pour les équipes de soins obstétricaux.
  • Pendant son séjour à Montréal au printemps 2017, il a montré dans quelle mesure ce programme peut contribuer à réduire les complications obstétricales, comme les séquelles de la dystocie des épaules.

Le poste de professeur invité John. G. Wade en sécurité des patients et en formation médicale par simulation permet à un éminent éducateur de visiter chaque année un centre de simulation canadien agréé par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

Ce printemps, le Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg a eu le privilège d’accueillir le Dr Tim Draycott, un obstétricien consultant au Southmead Hospital ayant déjà effectué un stage de perfectionnement postdoctoral dans le cadre de l’Improvement Science Fellowship Program de la Health Foundation au Royaume‑Uni. Ce membre dévoué d’une équipe multidisciplinaire œuvrant auprès de femmes sur le point d’accoucher a créé un programme afin de rendre le processus des naissances le plus sûr possible.

« Le Dr Draycott a partagé ses connaissances avec passion et enthousiasme lors des séances scientifiques en obstétrique et gynécologie tenues au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) le 4 mai dernier. Son exposé proposant une formation utile pour les urgences en obstétrique était divertissant et a été bien accueilli par le corps professoral et le personnel sur place », a précisé le Dr Togas Tulandi, FRCSC, professeur et directeur du Département d’obstétrique et de gynécologie, et titulaire de la Chaire de médecine de la reproduction Milton Leong de l’Université McGill. Le Dr Tulandi est aussi chef du Département d’obstétrique et de gynécologie du CUSM.

Dr Tim Draycott (Photo : Terrie Quilatan) Photo: Dr Tim Draycott (Photo : Terrie Quilatan)

Les médecins, le personnel infirmier et les résidents ont tous profité de deux journées d’apprentissage intéressantes et très divertissantes animées par le Dr Draycott lors des ateliers de simulation tenus au Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg. Durant le premier atelier, portant sur la simulation en soins obstétricaux, les participants ont eu l’occasion d’examiner les facteurs de risque, les causes et le traitement d’une importante hémorragie postpartum lors d’un scénario clinique. Le deuxième atelier interactif était axé sur la méthode de formation PRactical Obstetric Multi-Professional Training (PROMPT), fondée sur des données probantes et une approche multidisciplinaire, qui prépare le personnel des unités afin d’améliorer la prise en charge des urgences en obstétrique. Cette formation est associée à des améliorations des soins périnataux, et contribue à améliorer les connaissances, les compétences cliniques et le travail d’équipe.

Les membres du service d’obstétrique du Centre des naissances de l’Hôpital général juif qui étaient présents ont été impressionnés par la réduction des complications obstétricales attribuables aux méthodes de formation du Dr Draycott.

« La formation par simulation que toute l’équipe d’obstétrique doit suivre chaque année au Southmead Hospital a mis fin pratiquement aux conséquences néonatales à long terme et aux séquelles de la dystocie des épaules », a confié le Dr Draycott durant l’atelier.

La dystocie des épaules est l’une des complications obstétricales les plus imprévisibles et les plus difficiles pour le personnel; elle survient durant les accouchements vaginaux avec présentation céphalique, lorsque les épaules du bébé restent bloquées dans le bassin maternel une fois la tête sortie. Cette réduction des complications est un exploit remarquable, qu’un centre d’obstétrique américain a répété plus tard en appliquant les méthodes du Dr Draycott.

Le Dr Luis Monton et le Dr Tim Draycott observent la Dre Milena Garofalo (à gauche) et l’infirmière Émilie Rioux lors d’une simulation PROMPT (Photo : Terrie Quilatan) Photo: Le Dr Luis Monton et le Dr Tim Draycott observent la Dre Milena Garofalo (à gauche) et l’infirmière Émilie Rioux lors d’une simulation PROMPT (Photo : Terrie Quilatan)

C’est un privilège de rencontrer et de tirer profit des enseignements de leaders en simulation chevronnés comme le Dr Draycott; ceci nous rappelle que peu importe le niveau de compétence, il est toujours possible de s’améliorer.

Pour en savoir plus sur les méthodes de formation PROMPT, visitez le site www.promptmaternity.org.

Pour obtenir des détails sur le poste de professeur invité John J Wade, consultez le www.collegeroyal.ca/prix

Mme Diane Lynn Weidner est agente de communications et de gestion des événements à la Faculté de médecine de l’Université McGill.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Points saillants de la réunion du Conseil du Collège royal tenue en juin

Réunion du Conseil du Collège royal


Dans cet article :

  • Nouvelle présidente du Conseil et neuf membres récemment nommés
  • Planification stratégique – se préparer à l’influence qu’exercera la technologie numérique
  • La compétence par conception – approbation officielle de cette transition importante
  • Gestion responsable – approbation du rapport financier non vérifié

La réunion du Conseil s’est tenue du 21 au 23 juin 2017 à Ottawa, en Ontario.

Elle comportait plusieurs volets.

Nouvelle présidente du Conseil

La Dre Françoise P. Chagnon a commencé à exercer son mandat à la tête du Collège royal le 28 février 2017; elle a donc présidé sa première réunion du Conseil du Collège royal.

En tout, 28 membres étaient présents, dont neuf membres nommés en février dernier :

  1. Marianne Coutu, MD, FRCSC
  2. Eleanor Elstein, MD, FRCPC
  3. Justin Hall, MD (membre résident)
  4. Pierre Leblanc, MD, FRCPC
  5. Sarkis Meterissian, MD, FRCSC
  6. Kaif Pardhan, MD, FRCPC
  7. Trudy Reid, MHA (membre publique)
  8. Mark Walton, MD, FRCSC
  9. Irit Weiser, LLB (membre publique)

Le 21 juin, les nouveaux membres ont assisté à une séance d’orientation visant à les préparer à leur première réunion ainsi qu’à leurs rôles et responsabilités au sein du Conseil.

Planification stratégique

Toute une journée a été consacrée à la planification stratégique. Des membres du conseil d'administration de Collège royal Canada International (CRI) se sont joints aux participants lors de cette séance. Animée par un représentant de Deloitte, elle avait pour but de recueillir les commentaires et d’approfondir les orientations préliminaires rattachées au prochain plan stratégique qui sera en vigueur du 1er avril 2018 au 31 mars 2021.

Une question clé soulevée lors des discussions visait à déterminer si l’approche du Collège royal devait être audacieuse et novatrice, plutôt que prudente et prévisible, dans les années à venir.

Tous étaient d’avis que le prochain plan stratégique du Collège royal devra préparer l’organisation à faire face aux enjeux qui se présenteront vraisemblablement dans les dix prochaines années. Le Collège royal devra par exemple tenir compte de l’influence considérable de la technologie numérique et de l’intelligence artificielle sur les effectifs médicaux, y compris leur incidence sur les champs de pratique.

Le Conseil poursuivra ses discussions sur la planification stratégique lorsqu’il se réunira en octobre 2017 et en février 2018 afin qu’un plan stratégique définitif soit approuvé durant la réunion de juin 2018. Les membres devraient en apprendre davantage sur ces efforts de planification stratégique dans le cadre des possibilités de participation ciblée cet automne.

La compétence par conception

Au cours des dernières années, le Conseil, le Bureau du Conseil, le Comité de l'éducation spécialisée et ses sous-comités ont participé activement à l’initiative La compétence par conception. À l’approche des activités devant s’amorcer le 1er juillet 2017, le Conseil a approuvé officiellement la transition importante vers une approche par compétences en formation médicale, conformément à cette initiative. Les membres du Conseil ont aussi chargé le Comité de l'éducation spécialisée d’établir des politiques régissant les normes des disciplines, l’examen des titres, l’évaluation et l’agrément.

Gestion responsable

La réunion a permis également d’aborder un certain nombre de questions fiduciaires, dont la surveillance financière. Le Conseil a discuté d’un rapport financier non vérifié du Collège royal qui lui a été soumis pour l’exercice terminé le 31 mars 2017. On s’attend à ce que la version définitive des états financiers vérifiés soit soumise à l’approbation du Conseil en septembre 2017. Lorsqu’ils seront approuvés, les états financiers vérifiés pour l'exercice terminé le 31 mars 2017 seront fournis aux membres à titre d’information d’ici le 30 septembre 2017 (six mois après la fin de l’exercice financier). Le Conseil s’est dit satisfait du rapport non vérifié.

La prochaine réunion du Conseil du Collège royal aura lieu du 25 au 27 octobre 2017. Veuillez transmettre vos questions sur les activités du Conseil à l’adresse governance@collegeroyal.ca.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Dernière chance : les appels de candidatures pour les prix et bourses prendront fin au début du mois de septembre

Gros plan des mains d'un individu en tapant sur un clavier d'ordinateur portable


Icône d'une médaille

Nous acceptons encore les demandes et les mises en candidature dans le cadre de notre programme national de prix et bourses. Êtes-vous au courant des critères d’admissibilité? Connaissez-vous une personne dont vous devriez proposer la candidature? Les bons candidats ne manquent pas!


Icône de pièces de monnaie

Présentez une demande d’aide financière pour mener à bien vos études ou vos recherches en formation médicale : 1) notre bourse d’études d’un an aide les spécialistes en éducation médicale inscrits à un programme officiel de formation supérieure; 2) notre subvention stratégique appuie la recherche dans des domaines prioritaires liés à l’approche par compétences en formation médicale.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Avez-vous téléchargé gratuitement notre livre sur la gestion des ressources de crise?

Docteur

Publié le mois dernier, notre nouveau livre intitulé Optimisation de la gestion des ressources de crise pour améliorer la sécurité des patients et le rendement des équipes a trouvé preneur auprès de quelque 1000 lecteurs.

Téléchargez-le gratuitement dès aujourd'hui
(Vous pouvez acheter la version papier sur Amazon.ca).

Comment savoir s’il s’adresse à vous

Ce livre s’adresse à tous les professionnels de la santé qui œuvrent en contexte de soins aigus. Les exemples théoriques et pratiques qui sont donnés vous aideront à parfaire vos compétences dans les domaines suivants :

  1. Conscience situationnelle
  2. Prise de décisions
  3. Communication verbale
  4. Gestion des tâches
  5. Leadership et esprit de subordination
  6. Travail d’équipe

Lisez les commentaires formulés à son sujet dans le numéro de juillet de Dialogue.

Visitez notre site Web : www.royalcollege.ca/rcsite/ppi/educational-resources-f


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Que vous réserve le débat plénier de la CIFR 2017?

Bannière de la CIFR 2017

La Conférence internationale sur la formation des résidents (CIFR) de cette année porte sur le leadership et le changement. Le programme et le contenu des ateliers sont inspirés du thème de 2017, « Le leadership et le changement dans la formation des résidents : un appel à l’action ».

Gauche à droite: Dr Ian Incoll et Dr Jonas Nordquist Gauche à droite: Dr Ian Incoll et Dr Jonas Nordquist

Dans l’esprit de ce thème, un débat plénier très attendu sera engagé sur la question « Importe-t-il de développer le leadership dans le cadre de la formation? ».

  • Nous entendrons les arguments en faveur de cette proposition présentés par Jonas Nordquist, PhD, directeur associé des programmes de résidence au Karolinska University Hospital, en Suède.
  • Le Dr Ian Incoll, MBBS, FRACS, directeur et doyen de l’Australian Orthopedic Association, se prononcera contre cette proposition.

C’est à ne pas manquer : inscrivez-vous dès maintenant!

Cette séance sera animée par Jonathan Sherbino, MD, FRCPC, vice-doyen, Recherche en éducation, Faculté des sciences de la santé, Université McMaster, et le Dr Simon Fleming, MBBS, président de la British Orthopaedic Trainees’ Association.

Le débat se tiendra le samedi 21 octobre, à 8 h.


Sommet sur l’analytique de l’apprentissage : voici vos conférencières

Soyez des nôtres afin de participer au premier sommet de la CIFR consacré à l’analytique de l’apprentissage, les 18 et 19 octobre 2017, intitulé « Démystifier le recours aux données massives en formation médicale ».

Vous y découvrirez comment l’analytique peut aider les stagiaires à réaliser leur plein potentiel.

Durant ce sommet de deux jours, les participants assisteront à des séances plénières animées par des experts internationaux, dont Stephanie Teasley, PhD, et Rachel Ellaway, PhD.

La Dre TeasleyLa Dre Teasley est professeure de recherche à la School of Information et directrice du Learning Education & Design Lab (LED Lab) à l’Université du Michigan. Ses récents travaux consistent à assembler et utiliser les données sur les étudiants conservées par les établissements afin d’identifier et d’évaluer de nouvelles façons d’aider les étudiants à réussir leurs études supérieures.

La Dre EllawayLa Dre Ellaway est professeure en sciences de la santé communautaire et directrice de la recherche au Bureau de l’érudition en santé et en éducation médicale à l’École de médecine Cumming de l’Université de Calgary. Ses travaux englobent la technologie et les systèmes en formation médicale. Elle a dirigé la création d’un logiciel à sources ouvertes et des normes de données qui sont largement utilisés partout dans le monde.


Participez à la conversation :

@ICREConf | @CIFRConf | @drjfrank (président de la conférence) #CIFR2017


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Avant-goût des ateliers du Sommet de simulation 2017

Bannière du Sommet de simulation 2017

Le programme du Sommet de simulation 2017 offre des ateliers pratiques de développement professionnel adaptés aux besoins d’un auditoire interprofessionnel. Les sujets traités vont de la rétroaction à l’évaluation de programme, aux émotions et à la simulation de catastrophes.

Voici un avant-goût des ateliers de cette année :

Atelier Pourquoi y participer
Outils pour améliorer les aptitudes en gestion des ressources de crise et corriger les écarts de rendement Apprenez à rappeler l’importance d’un débriefing ciblé en lien avec les objectifs d’apprentissage en simulation et son impact sur les performances futures.
Principes fondamentaux de l’évaluation de programme : intégrer l’évaluation axée sur les résultats à la formation par simulation Découvrez comment intégrer et mettre en pratique les modèles de logique pour orienter l’évaluation des programmes de simulation en fonction des résultats.
Identifier et combler les écarts de performance lors de debriefing d’un debriefing : une approche simple et méthodique (présenté en français) Cernez les lacunes d’apprentissage liées aux aptitudes en gestion des ressources de crise après l’examen d’un scénario clinique. Élaborez des stratégies pour remédier au manque d’aptitudes en gestion des ressources de crise, qui pourront servir aux fins de débreffage.

Les médecins, infirmières, premiers intervenants, techniciens en simulation et autres professionnels qui participent à la formation par simulation y trouveront des ateliers répondant à leurs besoins.

La participation aux ateliers sera établie selon l'ordre d'arrivée.

Visitez le www.collegeroyal.ca/sommetdesimulation pour en savoir plus au sujet de la conférence.

Échangez avec nous

@RC_SimSummit | @doc4brains (président de la conférence) | simsummit@collegeroyal.ca


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Membres à la une

Doctor walking down a hospital hallway

« Dans certains cas, ces troubles de santé mentale peuvent s’aggraver, miner leurs relations et leur capacité de s’acquitter de leurs tâches professionnelles et responsabilités familiales quotidiennes », - Vincent Agyapong, MBChB, FRCPCHow being affected by B.C. wildfires may impact your mental health, and how to cope », Global News).

« D’une manière générale, les écrans solaires ne présentent aucun danger », - Jennifer Beecker, MD, FRCPC (Some kids may be sensitive or allergic to certain sunscreen ingredients, doctors say », Toronto Star).

« Les Ontariens devraient s’intéresser au sujet, car ces tests sont courants et sont inutiles », - Sacha Bhatia, MD, FRCPCLow-risk Ontarians getting too many heart tests, study finds », Toronto Star).

« Comme les autorités médicales réagissent à la crise en renforçant les restrictions en matière de prescription d’opioïdes, le défi consiste à éviter les excès de zèle », - Hance Clarke, MD, FRCPCOpioids still have a place in control of chronic pain: Doctors’ Notes », Toronto Star).

« Ce qu’il faut retenir, c’est qu’ils (les produits antisudorifiques) sont probablement sans danger », – Beth Cummings, MD, FRCPCIs antiperspirant safe for kids? », Global News).

« Imaginez seulement à quel point il peut faire chaud dans votre véhicule lorsque celui-ci est resté une heure en plein soleil », – Andrew Dixon, MD, FRCPCEdmonton pediatrician warns parents about leaving kids in hot cars », CBC News).

« Recourir aux données massives permet d’évaluer l’efficience du système de soins de santé. Notre travail consiste entre autres à créer des normes. Je veux utiliser ces informations pour susciter des changements », - Alan Forster, MD, FRCPCSurgical delays lead to higher risk of death and higher costs, says Ottawa Hospital study », Ottawa Citizen).

« Dans l’intérêt de la santé publique, il importe de diagnostiquer les cas de chlamydia pour limiter la propagation de ces infections et leurs effets à long terme, si elles échappent au dépistage et ne sont pas traitées », - Jeff Kwong, MD, FRCPCChanges to Pap testing lead to thousands of missed chlamydia cases: study », National Post).

« Je ne dirais pas que la situation est alarmante, mais elle est vraiment répandue. Dans la plupart des cas, nos bébés sont plus gros et plus grands durant leurs deux premières années de vie, mais plus particulièrement après neuf mois », - Joel Ray, MD, FRCPCCanadian babies are heavier and taller than global standards. Here’s why », Global News).

« La plupart des maux de gorge ne sont pas attribuables à un streptocoque ou à un streptocoque du groupe A; il n’y a donc pas lieu de prescrire un antibiotique » – Michael Silverman, MD, FRCPCCommon conditions you might not need antibiotics for, but could get a prescription anyway » Global News).

Mention de l’un des membres de nos comités

« Je suis honoré d’agir à titre de nouveau commandant des Services de santé des Forces canadiennes et de continuer à travailler avec notre équipe dévouée », - Brigadier-général Andrew Downes, vice-président du Comité de DCC en médecine aérospatiale (« BGen. Andrew Downes assumes command as new surgeon general of CAF », Canadian Military Family magazine).

Nominations au sein de l'Ordre du Canada

Félicitations aux Associés suivants, récemment décorés de l’Ordre du Canada!

Officiers de l’Ordre du Canada

  • Abdallah S. Daar, OC, MD, FRCSC
  • Denis Daneman, OC, MBChB, FRCPC

Membres de l'Ordre du Canada

  • Peter B. Dent, CM, MD, FRCPC
  • Nady A. el-Guebaly, MD, FRCPC
  • Gail Erlick Robinson, CM, MD, FRCPC
  • Sharon Lynn Walmsley, MD, FRCPC

Détails : www.gg.ca/document


 

Retour à la page d’accueil de Dialogue

En souvenir

Stethoscope

Jack Adolph, MD, FRCPC, est décédé le 26 juin 2017 à Saskatoon, en Saskatchewan, à l’âge de 87 ans. Le Dr Adolph a obtenu le certificat du Collège royal en pathologie générale en 1962, et a travaillé dans trois communautés des Prairies, Milden, Swift Current et Saskatoon. Pour en apprendre davantage sur le Dr Adolph.

Prakash Singh Ahuja, MBBS, FRCSC, est décédé le 6 juin 2017 à Waterloo, en Ontario, à l’âge de 81 ans, Le Dr Ahuja a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1969. Il a exercé pendant plus de 40 ans dans la région de Kitchener-Waterloo. Pour en apprendre davantage sur le Dr Ahuja.

Ronald Derrall Armstrong, MD, FRCPC, est décédé le 4 mai 2017 à Etobicoke, en Ontario, à l’âge de 88 ans. Il a obtenu le certificat du Collège royal en radiologie diagnostique en 1965.

Tibor Bezeredi, MD, FRCPC, est décédé le 21 juin 2017 à West Vancouver, en Colombie Britannique, à l’âge de 87 ans. Le Dr Bezeredi a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1965. Il a exercé la psychiatrie légale et adulte pendant 40 ans et a déjà été président de la BC Psychiatric Association. Pour en apprendre davantage sur le Dr Bezeredi.

James Robert Busser, MD, FRCPC, est décédé le 23 juin 2017 à Vancouver, en Colombie Britannique, à l’âge de 56 ans. Le Dr Busser a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1988. Il était un grand défenseur du système de santé et un médecin respecté. Pour en apprendre davantage sur le Dr Busser.

Roméo Charrois, MD, FRCSC, est décédé le 13 mai 2017 à Québec, au Québec, à l'âge de 82 ans. Il a obtenu le certificat du Collège royal en urologie en 1966. Plusieurs pleurent son décès; il était un mentor et un urologue très respecté à l’Hôtel-Dieu de Québec. Pour en apprendre davantage sur le Dr Charrois.

Benoit Cinq-Mars, MD, FRCSC, est décédé le 27 mai 2017 à Québec , au Québec, à l'âge de 52 ans. Le Dr Cinq-Mars a obtenu le certificat du Collège royal en ophtalmologie en 1997 et a travaillé à l’Hôpital St-Sacrement. Tous se rappelleront son professionnalisme et son empathie envers ses patients. Pour en apprendre davantage sur le Dr Cinq-Mars.

Richard J. Clermont, MD, FRCPC, est décédé le 27 avril 2017 à Montréal, au Québec, à l’âge de 80 ans. Le Dr Clermont a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1968.

René Jean Crépeau, MD, FRCSC, est décédé le 26 juin 2017 à Outremont, au Québec, à l’âge de 76 ans. Le Dr Crépeau a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie plastique en 1974. Il a été notamment professeur agrégé au Département de chirurgie plastique à l’Université McGill. Pour en apprendre davantage sur le Dr Crépeau.

Victoria (Vicki) Jane Davis, MD, FRCSC, est décédée le 25 juin 2017 à Scarborough, en Ontario, à l'âge de 62 ans. La Dre Davis a obtenu le certificat du Collège royal en obstétrique et gynécologie en 1990. Elle a consacré sa pratique à la gynécologie de l’adolescence, aux chirurgies gynécologiques complexes, au traitement de l’infertilité et aux soins de santé intégrés des femmes. Pour en apprendre davantage sur la Dre Davis.

Philippe A. D'Entremont, MDCM, FRCSC, est décédé le 15 juin 2017 à Moncton, au Nouveau‑Brunswick, à l'âge de 97 ans. Le Dr D'Entremont a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1953. Il a été président du Conseil médical du Canada et de la Fédération des ordres des médecins du Canada . Pour en apprendre davantage sur le Dr D'Entremont.

Derek Eaves, MBChB, FRCPC, est décédé le 16 juin 2017 à Vancouver, en Colombie Britannique, à l’âge de 75 ans. Il a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1974. Psychiatre légiste de renom, il a été directeur exécutif de la Forensic Psychiatric Services Commission pendant 20 ans. Pour en apprendre davantage sur le Dr Eaves.

William Alan H. Dodd, MD, FRCPC, est décédé le 17 juin 2017 à Langley, en Colombie Britannique, à l’âge de 81 ans. Le Dr Dodd a obtenu le certificat du Collège royal en dermatologie en 1966. Il a exercé pendant 50 ans dans le Lower Mainland de Vancouver. Pour en apprendre davantage sur le Dr Dodd.

Ian Alexander Ferguson, MD, FRCSC, est décédé le 15 juin 2017 à Edmonton, en Alberta, à l’âge de 87 ans. Le Dr Ferguson a obtenu le certificat du Collège royal en obstétrique et gynécologie en 1966. Il laissera le souvenir d’un médecin exceptionnel et bienveillant. Pour en apprendre davantage sur le Dr Ferguson.

Norman Anthony Fretz, MD, FRCPC, est décédé le 6 juillet 2017 à Guelph, en Ontario, à l’âge de 86 ans. Le Dr Fretz a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1964. Il a exercé la psychiatrie à Windsor et à North Bay, et a été directeur de l’éducation médicale auprès du ministère de la Santé. Pour en apprendre davantage sur le Dr Fretz.

Alain Giard, MD, FRCSC, est décédé le 11 juin 2017 à Sainte-Anne-des-Monts, au Québec, à l’âge de 70 ans. Le Dr Giard a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1978. Chirurgien pendant plus de 40 ans, son dévouement et ses compétences lui ont valu un grand respect. Pour en apprendre davantage sur le Dr Giard.

Robert Gordon Heckadon, MD, FRCSC, est décédé le 22 juin 2017 à Windsor, en Ontario, à l’âge de 84 ans. Le Dr Heckadon a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie plastique en 1965. Après avoir mis fin à sa pratique en chirurgie, il a travaillé pour la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail. Pour en apprendre davantage sur le Dr Heckadon.

George Scott Horner, MD, FRCPC, est décédé le 14 juin 2017 à Clarenville, à Terre Neuve, à l’âge de 83 ans. Le Dr Horner a obtenu le certificat du Collège royal en pathologie générale en 1965. Son décès est une grande perte pour sa famille et ses amis. Pour en apprendre davantage sur le Dr Horner.

Dorothy June Irwin, MDCM, FRCPC, est décédée le 22 juin 2017 à Pointe-Claire, au Québec, à l’âge de 83 ans. La Dre Irwin avait obtenu le certificat du Collège royal en dermatologie. Animée toute sa vie par une volonté d’exceller, elle a milité de nombreuses années contre le recours aux pesticides et fait connaître leurs effets nocifs sur la santé. Pour en apprendre davantage sur la Dre Irwin.

Teruo (Ted) Izukawa, MD, FRCPC, est décédé le 17 juin 2017 à Scarborough, en Ontario, à l’âge de 86 ans. Le Dr Izukawa a obtenu le certificat du Collège royal en cardiologie en 1970. Professeur émérite à l’Université de Toronto, il a été directeur de la Clinique de cardiologie de l’Hôpital pour enfants (SickKids) jusqu’à sa retraite en 1996. Pour en apprendre davantage sur le Dr Izukawa.

Philip Katz, MD, FRCPC, est décédé le 29 juin 2017 à Winnipeg, au Manitoba, à l’âge de 86 ans. Le Dr Katz a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1960. Il a exercé la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent pendant 55 ans, se privant souvent de sommeil pour être auprès de ses patients. Pour en apprendre davantage sur le Dr Katz.

Arthur Leonard Lesser, MDCM, FRCPC, est décédé le 27 juin 2017 à Hamilton, en Ontario, à l’âge de 85 ans. Le Dr Lesser a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1961. Professeur émérite à l’Université McMaster, il a été président de l'Association des psychiatres de l'Ontario. Pour en apprendre davantage sur le Dr Lesser.

Thomas Frederick Lofft, MD, FRCPC, est décédé le 13 juin 2017 à Etobicoke, en Ontario, à l’âge de 82 ans. Le Dr Lofft a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1965. Il a été psychiatre répondant auprès des commissions scolaires de Peel et Toronto. Pour en apprendre davantage sur le Dr Lofft.

Robert Ivan Logan, MD, FRCPC, est décédé le 1er juillet 2017 à New Westminster, en Colombie-Britannique, à l’âge de 102 ans. Il a obtenu le certificat du Collège royal en anesthésiologie en 1949. Ce « gentilhomme d’une grande éloquence » aura fait preuve d’un grand dévouement toute sa vie durant. Pour en apprendre davantage sur le Dr Logan.

Mohamed Nabil Malak, MD, FRCSC, est décédé le 11 juin 2017 à Montréal, au Québec, à l’âge de 73 ans. Le Dr Malak a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1977. Il a travaillé de nombreuses années à Hawkesbury, en Ontario. Pour en apprendre davantage sur le Dr Malak.

Charles-Eugène Marin, MD, FRCPC, est décédé le 7 juin 2017 à Sainte-Anne-des-Monts, au Québec, à l’âge de 91 ans. Le Dr Marin a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie. Il a exercé cette spécialité pendant de nombreuses années avant de devenir politicien. En 1977, il a été élu maire de Sainte-Anne-des-Monts. Pour en apprendre davantage sur le Dr Marin.

Irwin Fraser Stewart, CM, MD, FRCSC, est décédé le 5 juin 2017 à New Westminster, en Colombie-Britannique, à l’âge de 86 ans. Le Dr Stewart a obtenu le certificat du Collège royal en oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale en 1962. Il a tout mis en œuvre pour que les jeunes des régions éloignées aient un meilleur accès à des services médicaux. Il est devenu membre de l'Ordre du Canada en 2001. Pour en apprendre davantage sur le Dr Stewart.

Denis Brendan Sweeney, MD, FRCSC, est décédé le 23 mai 2017 à Long Beach, en Californie, à l’âge de 85 ans. Le Dr Sweeney a obtenu le certificat du Collège royal en ophtalmologie en 1961. Il a travaillé de nombreuses années à Scarborough, en Ontario, et réalisé des interventions novatrices à l’hôpital de Scarborough et au Centenary Hospital. Pour en apprendre davantage sur le Dr Sweeney.

Jerry Tenenbaum, MD, FRCPC, est décédé le 6 juillet 2017 à Victoria, en Colombie Britannique, à l’âge de 69 ans. Le Dr Tenenbaum a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne et en rhumatologie en 1977. Il a été professeur de médecine à l’Université de Toronto, rhumatologue consultant et interniste à l’Hôpital Mount Sinai. Pour en apprendre davantage sur le Dr Tenenbaum.

Ching-Hui Tsai, MD, FRCPC, est décédé le 23 juin 2017 à Gatineau, au Québec, à l’âge de 85 ans. Le Dr Tsai a obtenu un certificat du Collège royal en hématologie en 1974. Il a pris sa retraite en 2002, après une longue carrière d’hémato-oncologue. Pour en apprendre davantage sur le Dr Tsai.

Francisco Carriedo Violago Jr., MD, FRCSC, est décédé le 17 juin 2017, à Winnipeg, au Manitoba, à l’âge de 84 ans. Il a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale (1983) et en chirurgie vasculaire (1968). Il a exercé la médecine pendant 60 ans. Tous admiraient sa compétence et sa gentillesse. Pour en apprendre davantage sur le Dr Violago.


 

Retour à la page d’accueil de Dialogue