Passer au contenu principal
Suivez-nous

Que peut vous apprendre le modèle de Montréal?

Le modèle de soins centrés sur les patients s’est imposé au cours des 20 dernières années. Mais à quoi ressemble-t-il? Comment les patients peuvent-ils (ou devraient-ils) collaborer? Et quelles en sont les implications en formation médicale?

Les réponses à ces questions pourraient vous surprendre.

Établi à l’Université de Montréal, le Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public a rapidement acquis une réputation de leader mondial en matière de partenariats patients-médecins. En moins d’une décennie, ses codirecteurs, le Dr Philippe Karazivan, M. Vincent Dumez ainsi que le Dr Antoine Boivin et la Dre Marie-Pascale Pomey, ont prouvé que l’expérience vécue par les patients et leurs connaissances sont essentielles à l’évolution du système de soins de santé et de la formation médicale.

« Ce qui est étonnant, c’est que je croyais au départ que la collaboration avec les patients serait beaucoup plus difficile, que les solutions seraient plus complexes, et les changements, plus nombreux, mais ça a été tout le contraire, confie le Dr Karazivan. Les problèmes signalés par les médecins ne sont pas toujours ceux qui sont les plus importants pour les patients, et les solutions peuvent s’avérer plus simples. »

La collaboration des patients : d’anciens et de nouveaux modes de pensée

La façon de travailler avec les patients est au cœur de l’expertise du centre. Son approche d’intégration totale diffère de la collaboration habituelle avec les patients, et les collègues ont mis un certain temps à s’adapter.

Le Dr Karazivan ajoute : « En général, les gens pensent qu’intégrer le patient [dans la formation médicale], c’est l’inviter à faire partie d’un programme d’études ou d’un cours déjà entièrement élaboré ».

L’équipe s’emploie plutôt à réunir le corps professoral et les patients pour créer un cours ou une présentation ensemble.

« C’est la principale différence, et n’y voir qu’un acte symbolique est l’un des risques auxquels nous faisons face : mettre les patients de l’avant sans avoir l’intention d’apprendre d’eux ou sans être ouverts au changement. Certains veulent uniquement que les patients disent ce dont ils ont besoin, mais notre approche est différente. »

Les solutions se présentent parfois facilement

Au-delà de la formation médicale, la participation des patients a entraîné des résultats importants dans les milieux cliniques. Le Dr Karazivan a donné cet exemple.

« Nous avons été invités à venir dans un hôpital pour aider à trouver des façons de réduire les temps d’attente. Différents intervenants, dont des médecins, des gestionnaires et membres du personnel, désiraient travailler avec les patients afin de trouver une solution. Nous allions soumettre toutes sortes de solutions vraiment complexes. Finalement, l’un des patients a dit : “ Puis-je vous faire part de mon expérience? Nous aimerions bien entendu que les délais soient moins longs, mais le problème, ce n’est pas d’attendre, c’est de ne pas savoir combien de temps nous devons attendre. Nous devons le savoir pour prendre des mesures, au travail et à la maison”. L’hôpital a compris qu’à lui seul, ce changement pouvait améliorer la situation pour le patient. »

L’origine du Centre d’excellence

M. Dumez a travaillé dans le domaine des finances et de la gestion. Il présente aussi une forme d’hémophilie sévère. Lors de ses activités antérieures auprès d’une société de consultants, il a rencontré le doyen et plusieurs vices-doyens de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

« Ils me connaissaient comme consultant, mais ils ont très rapidement appris à me connaître comme patient. Nous avons tous convenu que les maladies chroniques, la démocratisation de l’accès à l’information grâce à Internet et d’autres facteurs donnent lieu à de nouveaux comportements et à de nouvelles attentes chez les patients. Ceci doit être pris en compte dans la formation des médecins. Nous devons les préparer, par exemple, à ne pas être sur la défensive s’ils font face à un patient ayant établi son propre diagnostic. »

Le doyen en place à l’époque a demandé à M. Dumez d’amorcer le programme de patient partenaire. C’était en septembre 2010, et c’était le premier modèle de ce genre.

Selon M. Dumez, c’était « comme si un patient était aux commandes d’une unité facultaire ».

Le Dr Karazivan, médecin de famille et chercheur en formation médicale, s’est joint à l’équipe un peu plus tard, après avoir rencontré M. Dumez lors d’une conférence.

« Pour être tout à fait honnête, j’étais très sceptique à l’époque, confie-t-il. J’avais des doutes au sujet de ce mouvement patient-partenaire, et je m’interrogeais sur son fondement pédagogique, théorique, conceptuel et épistémologique. Vincent et moi avons alors commencé à discuter avec franchise de toutes sortes de questions liées aux soins, à la formation et à la recherche, moi, en tant que médecin, et lui, en tant que patient. C’était tout à fait nouveau pour moi, même dans ma pratique quotidienne. »

Un modèle de réussite

Aujourd’hui, M. Dumez, le Dr Karazivan et leurs deux collègues codirigent une équipe de près de 20 membres. Ils sont responsables notamment d’un programme complet de formations, allant de la première à la troisième année de spécialisation, axé sur la collaboration, l’éthique (clinique, recherche), la communication et le professionnalisme. L’ensemble du contenu a été créé en collaboration avec des patients, ceux-ci agissant aussi à titre de formateurs. Le centre a recruté avec grand soin plus de 200 patients-partenaires formateurs, qui collaborent également avec d’autres disciplines interprofessionnelles.

« La difficulté n’est pas tant d’affecter le bon patient au bon projet, mais plutôt de trouver le bon duo [patient et professeur] », précise le Dr Karazivan.

La moitié des activités du centre sont reliées à l’Université de Montréal et à plusieurs établissements de santé au Québec. Les Instituts de recherche en santé du Canada et d’autres réseaux de recherche connexes y participent depuis les cinq à six dernières années. Le centre aide également les universités qui souhaitent utiliser des modèles similaires, notamment en Italie, en France, en Belgique, en Suisse et, plus récemment, aux États Unis.


Le Dr Karazivan et M. Dumez ont prononcé une allocution lors du Sommet des affaires des Associés, présenté les 7 et 8 juin 2018 à Gatineau (Québec). Durant ce sommet tenu deux fois l’an, les membres du Comité des affaires des Associés et de ses sous-comités (le Comité des prix et bourses, le Comité consultatif sur l’histoire et le patrimoine et les comités consultatifs régionaux) ont l’occasion de discuter, de formuler des commentaires sur de nouveaux programmes et politiques du Collège royal, et de profiter de possibilités d’apprentissage. Il portait sur le thème « Se rapprocher et réfléchir : penser autrement à nos besoins en apprentissage, nos patients et nos collègues ».

Dans son nouveau plan stratégique, le Collège royal place les patients au cœur de ses activités et cherche des occasions de mobiliser ceux-ci et d’apprendre d’eux.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Le MDC et moi : Une alliée pour me tenir à jour : mon association nationale de spécialistes

La Dre Stephanie Baxter, FRCSC, ophtalmologiste praticienne et directrice de programme à Kingston, en Ontario, se livre à diverses activités dans le cadre du programme de Maintien du certificat (MDC) du Collège royal. Dans cette entrevue, elle dévoile sa stratégie pour aiguiser constamment ses compétences chirurgicales.

Dr. Baxter

En quoi consiste votre champ de pratique?

J’entreprends ma 15e année de pratique de l’ophtalmologie. Je me spécialise dans les maladies de la cornée et autres maladies de la partie avant de l’œil. Je fais partie du corps professoral de l’Université Queen’s depuis 14 ans. En tant que directrice d’un programme de résidence, je consacre environ 60 pour cent de mon temps à mon travail clinique, un autre 30 pour cent à mon programme et à sa transition vers l’approche par compétences en formation médicale, et le reste du temps, à la recherche et à d’autres activités au sein de mon département. Ma pratique est surtout axée sur les greffes de la cornée, les cas complexes de cataracte et la pose de lentilles intraoculaires. Je réalise environ sept interventions chirurgicales par semaine.

Comment remplissez-vous les exigences du programme de MDC chaque année?

Je participe aux activités de mon association nationale de spécialistes, la Société canadienne d’ophtalmologie (SCO). Elle est devenue la source de la plupart de mes activités de MDC, et surtout, de crédits d’évaluation de la section 3. Je fais partie des réviseurs du Journal canadien d’ophtalmologie, mais j’ai récemment participé, à titre d’étudiante et d’enseignante, aux aqualabos (cours axés sur le transfert de compétences) que la société offre lors de son congrès annuel.

Stephanie participe depuis plusieurs années aux cours de transfert des compétences chirurgicales de la SCO; la rétroaction qu’elle reçoit lui permet d’obtenir des crédits de la section 3 de MDC.

En quoi vos activités de MDC ont-elles changé au fil des ans?

Depuis que je suis devenue directrice de programme, j’ai réalisé l’importance de maintenir mes compétences chirurgicales à jour de façon efficiente et stratégique. Les cours de transfert des compétences chirurgicales offerts par la SCO lors de son congrès annuel sont pour moi l’occasion rêvée. Leur coût est peu élevé de même que le nombre d’étudiants par enseignant; de plus, les aqualabos (simulation chirurgicale) sont très utiles pour la pratique et l’enseignement. Le cours comporte d’habitude une brève partie didactique, durant laquelle sont présentées des instructions et des vidéos sur la technique à appendre. Deux étudiants (en général, des ophtalmologistes praticiens) sont jumelés à un enseignant chevronné, qui donne une rétroaction et des instructions pendant que les étudiants mettent la technique en pratique. Je participe à ces cours presque chaque année depuis longtemps, et j’utilise la rétroaction que je reçois pour obtenir des crédits de la section 3 du programme de MDC.

Qu’avez-vous appris plus particulièrement durant les aqualabos?

Il y a 14 ans, à la fin de ma formation complémentaire, je ne connaissais qu’une seule façon de réaliser des greffes de la cornée et de remettre en place des lentilles intraoculaires. Grâce à ces cours, j’ai appris diverses techniques plus récentes qui m’ont permis d’actualiser et d’aiguiser mes compétences.

Dans le cadre de sa pratique à Kingston, Stephanie réalise une intervention apprise lors du congrès annuel de son association nationale de spécialistes. Comme elle, trouvez auprès de votre association des possibilités d’obtenir divers types de crédits de MDC, dont ceux de la section 3.

Comment ces cours ont-ils fait de vous un meilleur médecin?

Les cours de transfert de compétences m’ont donné l’occasion de m’exercer davantage à utiliser une technique, tout en obtenant une rétroaction de mes collègues. Ils enrichissent mes compétences et me donnent la confiance requise pour intégrer ces nouvelles techniques à ma pratique. Mes patients profitent ainsi des techniques chirurgicales et normes de soins les plus récentes. Ces cours me donnent aussi accès à un réseau de collègues qui peut me conseiller au besoin lorsque j’exécute une nouvelle forme d’intervention chirurgicale. Comme j’y suis parfois enseignante, je suis ravie de transmettre à mon tour mes connaissances à des collègues qui m’ont déjà enseigné.

Quel conseil donneriez-vous à d’autres Associés du Collège royal pour obtenir des crédits?

S’adresser à une association nationale de spécialistes pour découvrir diverses façons d’obtenir toutes sortes de crédits de MDC est une excellente idée. Les cours de transfert des compétences chirurgicales étaient vraiment novateurs et la SCO a d’ailleurs reçu en 2014 le Prix de l’innovation des prestataires de DPC agréés par le Collège royal. D’autres disciplines peuvent cependant s’inspirer de cette idée et offrir une formation individualisée lors d’un congrès annuel. J’encourage tous les Associés à communiquer avec leur association nationale de spécialistes pour vérifier s’il est possible d’offrir une formation pratique similaire dans leur spécialité. Elle deviendra le moment fort de leur congrès annuel, c’est certain!

Des ophtalmologistes mettent en pratique de nouvelles techniques et reçoivent une rétroaction durant les aqualabos offerts dans le cadre de leur congrès annuel. Elle peut leur donner accès à des crédits de la section 3 du programme de MDC.

Retour à la page d’accueil de Dialogue

Élections de 2019 au Conseil

MOC Tip of the Month

Vous devriez avoir reçu un avis par courriel au sujet des élections au Conseil du Collège royal. Elles auront lieu durant l’assemblée annuelle des membres (AAM), le 22 février 2019.

Il y a 14 postes de membres du Conseil à pourvoir dans les régions et divisions, et 8 autres postes, dont ceux de membres publics, d’Associés indépendants et de membre résident.

D’ici là :

1. Retenez la date de l’AAM : Celle-ci aura lieu le vendredi 22 février 2019 de 13 h 30 à 14 h30 (HE), au siège du Collège royal (774, promenade Echo, Ottawa, Ontario). L’avis de convocation officiel sera envoyé le 25 janvier 2019. Vous pouvez assister à l’AAM en personne ou par webinaire.

2. Découvrez les candidats : Prenez connaissance des candidats proposés par le Comité des candidatures du Collège royal afin de pourvoir les postes vacants au Conseil.

3. (Facultatif) Faites une mise en candidature : Les membres peuvent aussi proposer d’autres candidats avant le 11 janvier 2019 afin de pourvoir des postes dans les régions et divisions, en utilisant le formulaire officiel de mise en candidature [PDF].

4. Informez-vous : Apprenez-en davantage sur le Conseil du Collège royal et le déroulement du processus électoral sur la page Web des élections au Conseil.

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec l’équipe de la gouvernance (governance@collegeroyal.ca).


Avis aux Associés du Québec et du Canada Atlantique

Le Comité des candidatures est un comité important du Conseil. Il nomme le président désigné du Collège royal et les membres du Conseil. Deux postes sont à pourvoir au sein du Comité des candidatures [PDF] du Collège royal, dans la région 4 (Québec) et la région 5 (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador), pour le mandat de 2019–2023. Les Associés doivent remplir le formulaire de mise en candidature au Comité des candidatures [PDF] et l’envoyer d’ici le 11 janvier 2019.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Enregistrements du débat sur le cas Bawa-Garba et d’autres séances plénières

Plus de 1500 participants de près de 30 pays différents se sont rendus à Halifax (Canada) à l’occasion de la CIFR 2018 pour assister à des ateliers et des plénières ainsi qu’à des présentations d’affiches et exposés.

Les discussions, axées sur le thème de la conférence, « Le milieu d’apprentissage et la formation des résidents : une ère de changement », comprenaient :

  • un scénario de simulation en direct en deux parties et une séance de débreffage;
  • un nouveau style de débat animé par Maxine Mawhinney, ancienne journaliste à la BBC.

Si vous avez raté (ou souhaitez revivre) la CIFR 2018, vous pouvez maintenant visionner certains enregistrements des séances plénières.

Enregistrements des séances plénières

Voici les enregistrements disponibles :


  • Plénière SimTrek — Partie 1
    Animateurs : Dr Simon Fleming, Dr Adam Garber, Dr Glenn Posner
  • Panel en plénière: faire face à l’évolution de l’environnement d'apprentissage – tout est une question de point de vue
    Panel : Dr Avi Cooper, Dre Romana Malik et Dr Saleem Razack; animatrice : Dre Adelle Atkinson
  • Débat en plénière : Tirer des leçons d’une tragédie - le cas Hadiza Bawa-Barba
    Panel : Dre Elizabeth Elsey, Dr Simon Fleming, Dr Douglas Grant, Dre Geeta Singhal, Dr Christopher Watling; animatrice : Mme Maxine Mawhinney
  • Meilleur résumé de recherche en formation des résidents du JGME/Collège royal
    Présentateurs : Dre Lauren Cook-Chaimowitz, Dre Nancy Dudek, Dre Elizabeth Elsey, Dr Stephenson Strobel, Dr Kenji Yamazaki
  • Plénière SimTrek — Partie 2
    Animateurs : Dr Farhan Bhanji, Dre Marcia Clark, Dr Simon Fleming, Dr Adam Garber
  • Séance plénière de clôture de la conférence : Sept bonnes habitudes à prendre pour créer un milieu d’apprentissage stimulant
    Animatrice : Dre Teri Lee Turner

Le nombre de participants sur place était considérable, mais la CIFR a intensifié comme jamais sa présence dans les médias sociaux, générant plus de 38 millions d’impressions et plus de 12 000 gazouillis envoyés avec le mot-clic #CIFR2018. Revivez ces Moments Twitter marquants.


Participez à la CIFR 2019 qui se tiendra à Ottawa, au Canada!

Avez-vous des idées avant-gardistes à partager sur la formation des résidents, en lien avec le thème de la CIFR 2019, « Un monde de différence : la diversité dans la formation des résidents »?

Inscrivez à vos calendriers les prochaines dates de soumission :

  • Appel de propositions pour les ateliers préconférence
    EN COURS
    Date limite : 4 janvier 2019
  • Appel de propositions d’ateliers pour la conférence
    EN COURS
    Date limite : 25 janvier 2019
  • Appel de propositions de résumés
    Lancement : janvier 2019
    Date limite : 1er mars 2019
  • Appel de candidatures pour les prix en formation des résidents
    Lancement : janvier 2019
    Date limite : 5 avril 2019

Retour à la page d’accueil de Dialogue

Spécialistes du Québec, ce que vous devez savoir sur les changements aux cycles de MDC

Le Collège des médecins du Québec (CMQ) a approuvé récemment un nouveau règlement, le Règlement sur la formation continue obligatoire des médecins. Il exigera que tous les détenteurs de permis québécois déclarent leurs activités de développement professionnel continu (DPC) au CMQ — plus rigoureusement qu’auparavant.

Nous assurons les Associés ou les participants à un programme de MDC détenteurs d’un permis d’exercice au Québec que le programme de MDC du Collège royal sera adapté pour les aider à répondre à ces exigences, et qu’ils n’auront pas à consigner leurs activités en double.

Avec le CMQ, assurer une transition harmonieuse

Ce nouveau règlement entrera en vigueur le 1er janvier 2019 et marquera la mise en place d’un premier programme de DPC auquel les médecins québécois seront tenus de participer. Nous collaborons avec le CMQ pour faciliter la transition.

Nous adapterons d’abord les exigences de notre programme de MDC à celles du règlement du CMQ (crédits par heure). Nous comptons ensuite élargir les fonctionnalités du portfolio électronique MAINPORT pour pouvoir consigner les activités de MDC conformément aux exigences et à la plateforme du CMQ.

En somme, vous pourrez remplir vos nouvelles obligations envers le CMQ au moyen du portfolio électronique MAINPORT.

Votre nouveau cycle de MDC prendra effet de manière rétroactive à compter du 1er janvier 2019

Ces travaux se déroulent actuellement et dépendent en partie de la plateforme technologique du CMQ, en cours d’élaboration. Cependant, nous prévoyons offrir un nouveau cycle quinquennal de MDC aux Associés et aux participants au programme de MDC exerçant au Québec à compter du 1er janvier 2019. Vous pourrez également reporter des crédits de votre cycle actuel au nouveau cycle commençant le 1er janvier 2019, car nous tiendrons compte des activités d’apprentissage que vous consignées jusqu’à présent dans le cadre du programme de MDC. Le Collège royal a pris ces décisions dans le but de faciliter votre transition lorsque vous amorcerez votre premier cycle du CMQ au début de la nouvelle année.

Deux façons de vous préparer

Nous vous tiendrons au courant de la situation et vous indiquerons quand votre nouveau cycle sera prêt. Entre-temps, réclamez vos crédits de la façon habituelle jusqu’au 31 janvier 2019, date limite de consignation de vos activités du programme de MDC.

Nous recommandons aussi de prendre les mesures suivantes :

  • Consultez votre portfolio électronique MAINPORT pour vérifier combien de crédits y ont été consignés. Vous pourrez reporter jusqu’à 25 crédits par section du programme de MDC dans votre nouveau cycle, lorsque celui-ci sera prêt.
  • Communiquez avec votre ordre des médecins provincial afin d’obtenir au besoin un numéro d’identification médical du Canada (NIMC).

Vous avez des questions?

Communiquez avec les représentants du Centre des services du Collège royal ou avec le CMQ :

Centre des services du Collège royal
1-800-461-9598, 613-730-6243 (région d’Ottawa)
cpd@collegeroyal.ca

CMQ
dae-dpc@cmq.org


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Membres à la une


« Le soutien de la famille et des amis permet vraiment d’éviter un trouble dépressif majeur », Vincent Agyapong, MbChB, FRCPCMental-health problems hit hard at survivors of Fort McMurray fire », The Globe and Mail).

« Les médecins canadiens ont-ils réellement besoin de prescrire ce genre de médicament? Pas vraiment, à en juger de la littérature », Daniel Bainbridge, MD, FRCPCCanadian doctors urge caution after FDA approves controversial new opioid pill », CBC News).

« Notre système de soins de santé devrait permettre l’accès gratuit aux antirétroviraux. C’est une question de droits de la personne et de santé publique », Joseph Cox, MD, FRCPCOpinion: HIV patients should not face financial barriers », The Province).

« C’est un hasard sur le plan génétique que nous n’ayons pas assisté à la réapparition de la grippe espagnole », Gerald Evans, MD, FRCPC100 years ago, the Spanish flu killed millions. Could it happen again? », Global News).

« Tous les responsables de la santé publique reconnaissent qu’elle est certainement sous diagnostiquée. Il n’y a pas de quoi s’en étonner. On n’avait cependant jamais décrit dans quelle mesure cette maladie est sous-diagnostiquée au Canada », Ralph Hawkins, MD, FRCPCResearch shows Lyme disease under-detected across Canada », Toronto Star).

« Il s’agit d’un énoncé général; il faudra régler les détails », Vladimir Iakovlev, MD, FRCPCTHE IMPLANT FILES: Health minister vows to strengthen oversight of medical devices after investigation reveals problems », CBC News).

« Il s’agit d’un bon point de départ pour mieux connaître son corps et ses réactions aux médicaments. Cet outil ne vous dira pas cependant quel médicament vous devriez prendre », James Kennedy, MD, FRCPCPharmacies selling DNA tests to help patients pick best medications », CBC News).

« Quatre-vingt-dix pour cent des patients qui ont fait part d’un soulagement de la douleur n’ont pas utilisé les narcotiques », Ken Leslie, MD, FRCSCSTOP Narcotics protocol takes scalpel to opioid prescribing for surgical patients », Saskatoon Star Phoenix).

« La pointure des chaussures varie d’une personne à l’autre; il en est de même pour la capacité de la vessie », Michael Leveridge, MD, FRCSCHow Often Should You Pee? », HuffPost Canada).

« En tant que chirurgienne, je veux être informée des complications, sinon, je ne peux pas effectuer de correction chez un patient », Susan McDonald, MD, FRCSCAfter surgery, 15 per cent of B.C. patients rush back to hospital, mainly due to pain, bleeding or infections », The Province).

« J’exerce depuis 25 ans et je n’avais jamais vu cette double installation jusque-là. J’ai été frappé par la capacité de tous les membres de l’équipe d’agir de façon coordonnée et de réaliser deux interventions presque simultanément », Suvro Sett, MD, FRCSCHalifax medical teams join forces to save newborn with rare heart tumour », The Star Halifax).

« Dans un système de santé public, il me semble étonnant de devoir promouvoir mes services, protéger ma réputation et payer une société privée indépendante pour s’en occuper », Sukhbir Singh, MD, FRCSCWho’s rating doctors on RateMDs? The invisible hand of 'reputation management' », CBC News).

« Collectivement, nous clamons haut et fort que certains joueurs de hockey et de football souffrent de démence après avoir subi un traumatisme crânien, mais la violence familiale provoque aussi ces traumatismes ‒- malheureusement trop souvent », Donald Weaver, MD, FRCPCTHE LONG VIEW: Studying the potential link between dementia and domestic violence », The Globe and Mail).

Prix et reconnaissances

Félicitations au Dr James Arnold H. Dosman, FRCPC, et à la Dre Jacalyn Mary Duffin, FRCPC, qui seront intronisés au Temple de la renommée médicale canadienne en 2019. Le Dr Dosman est reconnu comme étant le « père de la médecine agricole » et la Dre Duffin est hématologue et historienne.

Félicitations au Dr Marc Ruel, FRCSC, décoré de l’Ordre d’Ottawa en 2018. Le Dr Ruel « est un pionnier dans le domaine de la chirurgie cardiaque, où il s’est illustré à titre de grand chirurgien, de chercheur, de professeur et d’administrateur. » (Pour en savoir plus : Récipiendaires de l’Ordre d’Ottawa mis à l’honneur).


Retour à la page d’accueil de Dialogue

En souvenir


William (Bill) Davidson, MBChB, FRCPC, est décédé le 14 septembre 2018 à Mississauga, en Ontario, à 88 ans. Le Dr Davidson a obtenu le certificat du Collège royal en pédiatrie en 1965. Il a notamment soigné des orphelins pendant la guerre du Vietnam, en tant que pédiatre bénévole. Pour en apprendre davantage sur le Dr Davidson.

Graham Wilfrid Chance, MBChB, FRCPC, est décédé le 23 octobre 2018 à Goderich, en Ontario, à 85 ans. Le Dr Chance a obtenu le certificat du Collège royal en pédiatrie en 1984. Il a travaillé de nombreuses années à l’unité néonatale de soins intensifs (UNSI) de l’Hôpital St. Joseph. On se souviendra de sa gentillesse, de son empathie et de sa compassion envers ses patients. Pour en apprendre davantage sur le Dr Chance.

Alexander Charles Allen, MDCM, FRCPC, est décédé le 25 octobre 2018 à Halifax, en Nouvelle-Écosse, à 84 ans. Le Dr Allen a obtenu le certificat du Collège royal en pédiatrie en 1984, et son diplôme de médecine à l’Université McGill en 1959.

Eusebio Chua (E.C.) Young, MD, FRCPC, est décédé le 10 octobre 2018 à Carmel, en Indiana (É.-U.), à 84 ans. Le Dr Young a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1969. Il a travaillé aux hôpitaux communautaires d’Indianapolis avant de prendre sa retraite en 2001, après avoir exercé pendant plus de 40 ans. Pour en apprendre davantage sur le Dr Young.

Jules Eli Harris, MD, FRCPC, est décédé le 12 octobre 2018 à Tucson, en Arizona (É.-U.), à 84 ans. Le Dr Harris a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1965, et son diplôme de médecine à l’Université de Toronto en 1959. Il a été hématologue à Tucson.

Claude Mercure, MD, FRCPC, est décédé le 3 octobre 2018 à Laval, au Québec, à 83 ans. Le Dr Mercure a obtenu le certificat du Collège royal en pédiatrie en 1965. Après avoir amorcé sa carrière à l’Hôpital Sainte-Justine, il s’est joint au Collège des médecins du Québec, où il a travaillé pendant plus de 40 ans. Pour en apprendre davantage sur le Dr Mercure.

Ralph Bilefsky, MDCM, FRCPC, est décédé le 22 septembre 2018 à Montréal, au Québec, à 81 ans. Le Dr Bilefsky a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1967. Il adorait apprendre et a d’ailleurs étudié pendant plus de 15 ans à l’Université McGill dans diverses disciplines, comme la psychologie, la pathologie, la néphrologie et la médecine interne. Pour en apprendre davantage sur le Dr Bilefsky.

Kenneth Zachary Cantor, MDCM, FRCPC, est décédé le 21 septembre 2018 à Montréal, au Québec, à 80 ans. Le Dr Cantor a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1969, et son diplôme de médecine à l’Université McGill en 1963. Il a été cardiologue pendant de nombreuses années à Montréal. Pour en apprendre davantage sur le Dr Cantor.

Colin Duncan B. Cunningham, MBChB, FRCPC, est décédé le 15 octobre 2018 à Renfrew, en Ontario, à 77 ans. Le Dr Cunningham a obtenu le certificat du Collège royal en radiologie diagnostique en 1975. Il a travaillé au Renfrew Victoria Hospital et au St. Francis Memorial Hospital. On se souviendra de son dévouement et de son souci du travail bien fait. Pour en apprendre davantage sur le Dr Cunningham.

Marcelo Kremenchutzky, MD, FRCPC, est décédé le 1er octobre 2018 à London, en Ontario, à 55 ans. Le Dr Kremenchutzky a obtenu le certificat du Collège royal en neurologie en 2010. Cet expert de la sclérose en plaques a travaillé au Centre des sciences de la santé de London et enseigné à l’École de médecine et de dentisterie Schulich de l’Université Western. Pour en apprendre davantage sur le Dr Kremenchutzky.

William Roy St. Clair, MBChB, FRCPC, est décédé le 24 septembre 2018 à Kelowna, en Colombie Britannique, à 94 ans. Le Dr St. Clair a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1953. Au nombre de ses réalisations, il a contribué de façon significative au développement de l’unité chargée des épreuves d’effort cardiaque au Grey Nuns Hospital d’Edmonton, en Alberta, où il a aussi été médecin-chef. Pour en apprendre davantage sur le Dr St. Clair.

Beverley C. Trask, MDCM, FRCPC, est décédé le 9 septembre 2018 à Sydney, en Nouvelle-Écosse, à 89 ans. Le Dr Trask a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1960. Interniste au St. Rita’s Hospital et au Sydney City Hospital pendant plus de 40 ans, il a travaillé aussi au Cape Breton Regional Hospital et au bureau local des Anciens combattants. Pour en apprendre davantage sur le Dr Trask.


Retour à la page d’accueil de Dialogue