Passer au contenu principal
Suivez-nous

Nous sommes déterminés à utiliser des approches et des pratiques fondées sur des données probantes

Le Collège royal mène et appuie depuis nombre d’années des activités de recherche et d’érudition. En fait, par l’entremise de ses bourses et subventions à la formation, il compte parmi les rares organisations qui appuient la recherche en éducation médicale au Canada.

L’an dernier seulement, nous avons versé plus de 442 000 $ à ces activités!

Nous venons de publier notre premier rapport de recherche. Exhaustif et informatif, il reflète également notre engagement constant à l’égard de la recherche et de l’érudition.

Consultez-le. Vous serez peut-être étonnés.

Points saillants du rapport

  • Description détaillée des projets menés par certains des plus brillants chercheurs au pays.
  • Mises à jour sur d’importantes initiatives et activités de recherche et d’érudition au Collège royal.
    • Par exemple, le Programme de chercheur invité, l’étude sur l’emploi des médecins et l’étude sur les soins médicaux aux personnes âgées.
  • Présentation de notre groupe de travail sur la recherche et de son mandat.
  • Liste de publications de membres du personnel et d’éducateurs affiliés du Collège royal.

Demandez une version papier du rapport
Le nombre d’exemplaires imprimés et reliés est limité. Écrivez à researchunit@collegeroyal.ca pour obtenir le vôtre.

Envoyez-nous vos commentaires
Avez-vous été étonnés en lisant ce rapport? Souhaiteriez-vous que d’autres éléments soient inclus dans le prochain rapport? Écrivez-nous : researchunit@collegeroyal.ca


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Conseil du mois sur le MDC
Dr Mohit Bhandari, FRCSC

Comment tourner une surdose d’information à votre avantage dans la pratique grâce aux résumés factuels

Viren Naik Dr Mohit Bhandari

Recevez-vous un nombre incalculable de publications chaque mois? Désirez-vous trouver un juste équilibre entre vos responsabilités et la nécessité d’être au fait de la littérature liée à votre pratique?

Les résumés factuels peuvent vous aider.

Parcourir rapidement ces résumés me permet de cerner des sujets que je souhaite approfondir. Ceci m’aide à mieux choisir les articles plus importants à lire et à obtenir du même coup une vue d’ensemble de la littérature pertinente.

Depuis que j’ai intégré la lecture de résumés factuels à ma pratique, j’ai remarqué qu’elle améliore les résultats chez mes patients. Elle contribue aussi à mon développement professionnel continu, surtout dans le cadre de ma pratique en chirurgie orthopédique et médecine musculosquelettique.

Faites-en autant! Voici cinq conseils.

Je vais vous montrer aujourd’hui comment intégrer la lecture de résumés factuels à vos activités quotidiennes et obtenir des crédits de la section 2 du programme de MDC. OrthoEvidence*, UpToDate et la base de données Cochrane ne sont que quelques-uns des outils qui vous faciliteront la tâche. De nombreuses revues importantes ont aussi un portail menant vers des ressources fondées sur des données probantes.

  1. Intégrez la lecture de résumés factuels à vos activités cliniques habituelles : j’en ai fait une routine quotidienne dans le cadre de mes fonctions cliniques. En général, mes pauses ne sont pas assez longues pour trouver et lire un article d’intérêt. J’actualise plutôt mes connaissances régulièrement en consultant l’un ou plusieurs des sites offrant ces résumés. Je les consulte très brièvement (une à cinq minutes), de 10 à 15 fois par jour. Il m’est donc très facile de lire de 20 à 30 résumés par jour et d’obtenir des crédits de la section 2 de MDC.
  2. Assortissez vos activités d’analyse de résumés à des lectures approfondies d’articles de revues : il faut beaucoup de temps pour lire des revues, c’est pourquoi je choisis souvent les articles que je lis en fonction des résumés que j’ai d’abord analysés. Les 20 à 30 résumés factuels que je lis chaque jour peuvent m’amener à lire de trois ou quatre articles de revue pour mieux connaître ou interpréter les données que je veux évaluer davantage. Ceci me permet d’être toujours au fait de l’actualité dans mon domaine.
  3. Établissez des ponts entre les professions : la médecine musculosquelettique, par exemple, s’applique à un vaste groupe interdisciplinaire qui comprend des chirurgiens, comme moi, ainsi que des physiothérapeutes, des infirmières et différents stagiaires. Les données probantes sont diffusées dans plusieurs domaines. On trouve sur le site Web OrthoEvidence des articles sur la réadaptation qui, normalement, ne feraient pas partie de mes principales lectures en orthopédie, mais que je juge pertinents pour les soins de mes patients et la collaboration avec d’autres professionnels de la santé.
  4. Prenez vos décisions en fonction des meilleures données probantes : plusieurs sites d’analyse d’articles résument des essais cliniques aléatoires, qui, à mon avis, fournissent certaines des meilleures données probantes pour déterminer si un traitement est efficace ou non. Dans mon domaine, par exemple, la meilleure façon de prendre en charge les patients présentant une fracture à la hanche suscite de vifs débats. Nous consultons les résumés factuels évalués au préalable sur les diverses formes de traitement des fractures de la hanche pour nous aider à prendre de bonnes décisions pour nos patients.
  5. Aidez vos étudiants diplômés à réussir : je conseille toujours à mes étudiants qui désirent s’engager dans un axe de recherche de consulter d’abord des résumés factuels. Ils effectuent une recherche rapide avant d’entreprendre un nouveau projet et je sais que leurs décisions et leurs idées reposent sur des bases solides.

J’aime les résumés factuels parce que leur contenu de grande qualité m’aide à actualiser mes connaissances et à prendre de meilleures décisions pour mes patients. Ils m’offrent aussi chaque jour des possibilités d’apprentissage, et, évidemment, d’obtention de crédits de la section 2 du programme de MDC.

Les résumés factuels sont un atout — ces courtes périodes de lecture vous seront très utiles. J’espère que ce conseil du mois changera votre perception des activités d’analyse et portera ses fruits.

*Déclaration de conflit d’intérêts : J’ai créé OrthoEvidence, une ressource en ligne donnant accès à des résumés d’articles et de recherches préévalués et fondés sur des données probantes en chirurgie. Elle est offerte gratuitement aux chirurgiens orthopédiques, aux praticiens en médecine sportive et aux physiothérapeutes en règle par l’intermédiaire de leur association nationale de spécialistes; d’autres catégories de services sont offertes.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Un programme canadien de mieux-être prime sur ses concurrents de Stanford, Harvard…

La Dre Sen lors de la Conférence internationale sur la formation des résidents 2017

Et de deux!

Mithu Sen, MD, FRCPC, est vice-doyenne, Équité et bien-être du corps professoral à l’École de médecine et de dentisterie de l’Université Western.

Pendant deux années d’affilée, le Programme de bien-être du corps professoral qu’elle a créé et qu’elle met en œuvre à Schulich a reçu le Best in Class Award for Innovation, Resilience and Wellness in Faculty, de l’American Association of Medical Colleges (AAMC).

« C’est un honneur très spécial en raison des écoles prestigieuses qui sont représentées », précise la Dre Sen. « Constater que nos travaux trouvent écho auprès de tant de gens est un véritable privilège. Cette expérience si enrichissante auprès de nos collègues ne peut que donner une grande confiance en ce programme novateur au pays. »

Le processus de sélection en bref

  • La concurrence était vive et les 19 programmes finalistes ont effectué une présentation devant le groupe des affaires professorales de l’AAMC, sur une période de quatre jours.
  • Le programme de la Dre Sen était le seul programme canadien parmi les finalistes.
  • La Dre Sen a remporté ce prix deux années consécutives : en 2016, pour sa présentation sur l’élaboration d’un programme de bien-être du corps professoral, et en 2017, pour sa présentation sur la mise en œuvre de ce programme.
  • Ses travaux ont récemment été acceptés par l’AAMC pour une troisième fois; elle aura la possibilité d’effectuer une présentation sur l’évaluation de son programme (encore une fois, le seul programme canadien parmi les concurrents).

La genèse du programme gagnant de l’Université Western

« À titre de professeure agrégée (médecine) et de pneumologue intensiviste et spécialiste de la médecine du sommeil, je sais qu’il existe beaucoup de données sur l’épuisement professionnel des médecins. Ma question était : pouvons-nous favoriser le changement? Lorsque je me suis joint à l’équipe du décanat en 2014, aucun cadre canadien ne permettait de déterminer ou de comprendre la situation institutionnelle, en particulier chez le corps professoral. »

Grâce au leadership de la Dre Sen, l’école a créé un comité sur le bien-être du corps professoral et adopté un cadre simple, axé sur le corps, l’intellect et l’esprit. Avec des groupes de discussion départementaux, elle s’est employée à définir ce que ces éléments signifient plus particulièrement dans le milieu universitaire et de l’éducation.

En voici des exemples :

CorpsMeilleur accès à un médecin de soins primaires, conscience de soi, nutrition
IntellectConférenciers motivateurs sur des sujets importants, développement professionnel ciblé (début, milieu et fin de carrière), conférence sur la gestion des talents (entre l’hôpital et l’école Schulich), parrainage
EspritMentorat (comité de mentorat du corps professoral et nouveau prix de mentorat du corps professoral, comités de bien-être du corps professoral et ateliers départementaux), enseignement axé sur la résilience, code de conduite

« Ce programme peut ne pas ressembler à un programme d’études formel ou à un programme d’intérêt général. Toutefois, c’est un programme d’apprentissage à vie, car la progression de chacun s’effectue à diverses étapes de carrière. Chacun n’aura pas besoin de développer tous les aspects du cadre, mais nous avons découvert des aspects du bien-être absents de plusieurs facultés et proposons de combler ces lacunes dans notre cadre. »

La Dre Sen et son équipe ont travaillé fort pour intégrer ces éléments au sein de l’école, notamment aux pratiques d’orientation des médecins/du corps professoral et aux politiques clés. Ils ont aussi créé des ateliers sur le bien-être du corps professoral, ont fait de ce sujet le thème de leur conférence annuelle sur la gestion des talents (2017) et aidé près de 2800 enseignants et départements de médecine, de dentisterie et de sciences médicales fondamentales. Pour ce faire, ils ont notamment augmenté les capacités en créant des comités de « première ligne » de mieux-être, et plus encore.

« Je ne voulais pas entreprendre plusieurs choses à la fois et ne pas pouvoir les mener à bien. Il s’agit vraiment d’avoir un impact là où cela est important. Nous voulions vraiment nous assurer d’élaborer des aspects clés de façon efficace, d’informer sur nos travaux en cours et des contributions possibles du corps professoral, et d’intégrer le tout dans notre plan stratégique afin de l’ancrer dans notre culture. »

La Dre Sen ouvre une nouvelle voie. Le prix de l’AAMC confirme que d’autres intervenants des affaires professorales suivent ses travaux de près, qu’ils ont hâte que son programme soit évalué et de pouvoir intégrer ces éléments à leurs propres travaux et cadres de mieux être.

« L’épuisement professionnel et le mieux-être suscitent de nombreux articles et discussions; notre article est cependant l’un des premiers à traiter de l’élaboration du cadre et de son utilisation par le corps professoral de nos institutions. Personne dans le passé n’a conçu et mis en œuvre ce type de tâche englobant les aspects individuel et organisationnel, ainsi que les systèmes. Dans le passé, divers aspects du mieux-être ont été intégré au niveau des facultés. Mon objectif était d’adopter une approche holistique à plusieurs niveaux (comme une analyse contextuelle et une évaluation multisource) afin d’examiner ce qui importe véritablement pour e corps professoral : son développement, son apprentissage à vie et son inspiration. »

Consultez le site Web Équité et bien-être du corps professoral de l’école Schulich pour en savoir plus sur les travaux de la Dre Sen. Vous pouvez aussi communiquer avec elle à mithu.sen@schulich.uwo.ca

Dr. Sen receiving her award from the AAMC La Dre Sen recevant son prix de l’AAMC en 2017

Retour à la page d’accueil de Dialogue

Navires de l’espoir : le point de vue des anesthésiologistes

Peu après avoir publié un article sur le Dr Sherif Emil et sa mission auprès des Navires de l’espoir en mars 2018, le Dr Reuben Eng, FRCPC, nous a écrit. L’un de ses résidents et lui se trouvaient à bord, en même temps que le Dr Emil. Nous relatons ici leur expérience.


Rouleriez-vous vos manches pour donner de votre propre sang à un patient? C’est ce qu’a fait Reuben Eng, MD, FRCPC, à bord de l’Africa Mercy.

Le Dr Eng est le directeur du programme de formation des résidents en anesthésiologie à la Faculté de médecine Cumming de l’Université de Calgary. Il est monté à bord le 11 mars, pour une mission de deux semaines, avec Michael Gysel, MD, un R3.

« C’était très spécial de vivre cette expérience avec le Dr Gysel », confie-t-il. « Je l’ai vraiment encouragé à mieux connaître l’histoire des patients pendant notre mission. »

« Ce qui m’a vraiment surpris, c’est de constater à quel point toute l’équipe clinique était exceptionnelle, en parfaite symbiose. C’était extraordinaire de se trouver dans ces salles d’opération et de soigner ces patients », raconte le Dr Gysel.

Moments mémorables à bord de l’Africa Mercy

Les Drs Eng et Gysel ont fait l’éloge du navire, précisant qu’ils avaient en main les ressources et l’équipement dont ils avaient besoin. Ils savaient cependant qu’ils devaient les utiliser de façon judicieuse et que leur marge d’erreur était plus réduite qu’elle l’aurait été à Calgary. Ils n’évoluaient pas dans un milieu où règne l’abondance. Ils l’ont compris clairement en présence d’une patiente en état de choc septique en raison d’un abcès abdominal.

« Pendant l’opération, nous avons réalisé qu’elle avait besoin d’une transfusion, mais personne n’était du même groupe sanguin qu’elle, à part moi », raconte le Dr Eng.

Il a expliqué que le navire utilise une « banque de sang » constituée avec le temps à partir de dons de membres de l’équipage. À bord, seules quatre personnes étaient du même groupe sanguin que la patiente, mais aucune n’était disponible le dimanche. Le hasard en avait décidé ainsi, selon lui, et il est intervenu.

« Après avoir stabilisé la patiente, je me suis rendu au laboratoire et j’ai demandé qu’on me fasse une prise de sang. Une fois que celui-ci a été traité, nous l’avons redonné à la patiente. Cela n’arrive pas au Canada, mais ici, nous mettons tout en œuvre pour prendre soin des patients. Heureusement que j’étais sur place, dans cette salle d’opération. »

Les Drs Eng et Gysel ont aussi eu la chance d’aider un patient qui n’avait pas pu ouvrir la bouche depuis plus de 19 ans.

« Il avait vécu les deux tiers de sa vie sans jamais avoir pu ouvrir la bouche », explique le Dr Gysel. « Tout cela aurait pu être évité. Il a vécu ainsi faute d’avoir accès à des soins. »

« Il était fou de joie lorsqu’il a ouvert la bouche pour la première fois, il n’arrêtait pas de nous serrer dans ses bras, de nous remercier; c’était très touchant », confie le Dr Eng.

Leur soutien lors de réparations de fistules vaginales a aussi été très utile. Les femmes qui ont besoin de cette intervention sont moins fertiles, risquent d’être abandonnées par leur conjoint, d’être ostracisées, et leur famille, d’être fragilisée aux yeux de la société.

Après l’opération, le personnel a organisé une célébration pour ces femmes. Selon le Dr Eng, il s’agit d’une forme de « réinsertion sociale pour ces femmes, rayonnantes et résilientes. »

Les Drs Eng et Gysel auprès d’un patient (mars 2018).

En un mot, le bilan du Dr Gysel est extrêmement positif.

« Je n’aurais aucune réserve à recommander de venir travailler à bord des Navires de l’espoir. C’est une expérience d’apprentissage extraordinaire, de bien des façons, en raison de vos collègues de travail, du milieu de travail, des soins que vous prodiguez, et surtout, de ce à quoi cette mission à l’étranger vous ramène ‒ ce pour quoi vous avez fait ce choix de carrière ‒ être utile et aider les gens. »

« Lorsque je reviens de l’étranger, je ne me plains jamais des ressources ou de l’équipement. Nous sommes privilégiés de toute cette abondance », conclut le Dr Reuben.

Les Canadiens à bord : les Drs Étienne St-Louis, Sherif Emil, Reuben Eng et Michael Gysel (mars 2018)
Avez-vous une histoire intéressante à partager?
Qu’il s’agisse de contributions exceptionnelles, de projets branchés, de talents cachés, de moments de carrière marquants, nous voulons les faire connaître! Écrivez nous : communications@collegeroyal.ca.

Retour à la page d’accueil de Dialogue

Temple de la renommée médicale canadienne : voici les lauréats de 2018 (#inspiration)

Le 12 avril 2018, six héros de la médecine, dont trois Associés et un Associé honoraire du Collège royal, ont été intronisés au Temple de la renommée médicale canadienne. Félicitations aux lauréats!

Regardez les vidéos et découvrez le rôle marquant ainsi que la contribution de chacun des lauréats à la médecine.


Dr Philip B. Berger, CCMF, FCMF, FRCPSC
Durant ses 40 années de carrière, le Dr Berger a été à l’avant-plan de nombreuses luttes en faveur de l’humanisation des soins et de l’accès à des soins de santé pour tous. En 2012, il a cofondé Médecins canadiens pour les soins aux réfugiés et coordonné des manifestations de médecins opposés aux compressions des budgets des soins aux réfugiés, qui ont mené au rétablissement des soins de santé pour 100 000 réfugiés.



Dr B. Brett Finlay, OC, PhD, FRSC
Les recherches en microbiologie cellulaire du Dr Finlay, titulaire de la chaire Peter Wall de professeur distingué à l’Université de la Colombie-Britannique, ont mené à la découverte de vaccins et de traitements contre les infections résistantes aux médicaments. Il est connu également pour avoir cosigné Let Them Eat Dirt: Saving Your Child from An Oversanitized World, qui fait état des preuves scientifiques des dangers d’une propreté excessive.



Dr Vladimir Hachinski, CM, FRCPC
Le Dr Hachinski a transformé la compréhension, le diagnostic, le traitement et la prévention de deux des maladies qui menacent le plus le cerveau : l’accident vasculaire cérébral et la démence. Avant les années 1970, il n’y avait aucun traitement pour l’ACV. L’Échelle d’ischémie de Hachinski est devenue la norme pour identifier les éléments traitables de la démence.



Dr Balfour M. Mount, OC, MC, FRCSC
Le Dr Mount, à qui l’on attribue la création de l’expression « soins palliatifs », a reconnu la nécessité de prodiguer aux patients mourants des soins spéciaux afin de soulager leur souffrance et de préserver leur dignité. Il est reconnu pour avoir réussi à faire reconnaître les soins palliatifs comme une composante essentielle des soins de santé. Grâce à sa vision, les futurs patients et leurs familles seront entourés de compassion et assurés du respect de la dignité durant les moments où ils traverseront certaines de leurs plus grandes épreuves.



Dre Cheryl Rockman-Greenberg, MDCM, FRCPC
La Dre Rockman-Greenberg a consacré sa carrière à apporter les connaissances médicales et les soins les plus avancés aux populations autochtones isolées et souvent vulnérables. En étroite collaboration avec les communautés touchées, elle a mis au point des tests de diagnostic, des programmes de dépistage et des traitements pour des maladies autrefois mal comprises, améliorant ainsi la vie de multiples générations d’enfants et familles.



Dre Emily Stowe (à titre posthume)
Première femme à exercer la médecine au Canada, la Dre Stowe a fini par obtenir son permis d’exercice de l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario à la fin des années 1880, après s’être vue refuser l’admission aux études de médecine au Canada. En 1883, elle a dirigé la fondation du Woman’s Medical College et contribué plus tard à la fondation de la Guilde littéraire des femmes de Toronto, le premier groupe de suffragettes du Canada.

Nous remercions le Temple de la renommée médicale canadienne de nous avoir permis d’utiliser les photos, notes biographiques et vidéos des lauréats de cette année. Pour en savoir plus : http://cdnmedhall.org/fr


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Nos réalisations en 2017 (et un avant-goût de ce qui est dans la mire)


Si vous n’êtes pas certains de ce qui est au cœur de notre organisation, notre Revue annuelle de 2017 vous le fera découvrir. Elle brosse un tableau de tout ce que nous avons réalisé l’an dernier et donne un avant-goût des activités prévues en 2018. Jetez-y un coup d’œil : www.collegeroyal.ca/revueannuelle.

Comment vous y retrouver aisément :

Explorez nos réalisations présentées dans diverses sections :

Ou passez directement aux sections

Vous aimeriez obtenir une copie papier de notre revue annuelle? Ce document promotionnel très visuel et épuré met au fait de nos principales activités durant l’année. Connaissez-vous l’Associée sur la page couverture?


Écrivez-nous à communications@collegeroyal.ca et nous vous ferons parvenir une copie papier de cette publication.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Avis de demande de changement de nom de DCC : médecine d'urgence préhospitalière

Nous invitons nos membres à se prononcer au sujet d’une proposition de changement de nom pour le domaine de compétence ciblée (DCC-diplôme) en médecine d'urgence préhospitalière.

Nom actuelChangement de nom proposéDate limite de rétroaction
Médecine d’urgence préhospitalièreMédecine préhospitalière et de transport8 juillet 2018

Raison d’être du changement et processus

La demande concernant le nouveau nom proposé, c.-à-d. « médecine préhospitalière et de transport » a été soumise par le Groupe de travail sur le DCC en médecine d'urgence préhospitalière, afin de mieux refléter l’étendue du champ de pratique du DCC, qui comprend divers services médicaux durant le transport et la préhospitalisation des patients dont l’état est urgent ou non.

Le Comité des spécialités du Collège royal a étudié la demande le 6 avril 2018 et accepté de procéder au lancement d’un avis d’intention concernant ce changement. Les intervenants sont maintenant invités à se prononcer avant qu’une décision finale soit prise.

Veuillez envoyer votre rétroaction d’ici le 8 juillet 2018.


Nous invitons nos intervenants à envoyer leur rétroaction au sujet de cette demande d’ici le 8 juillet 2018 (c.-à-d. dans les 60 jours suivant la publication de cet avis, daté du 9 mai 2018), au Bureau de l'éducation spécialisée, à cos@collegeroyal.ca, à l’attention de Jason R. Frank, MD, MA (Ed), FRCPC, directeur, Normes, formation et stratégies d’éducation spécialisée.


Le Bureau de l’éducation spécialisée utilisera l’ensemble de la rétroaction pour prendre une décision finale au sujet de cette demande.


Retour à la page d’accueil de Dialogue

RAPPEL : Annonce des lauréats des prix nationaux

Avez-vous lu l’annonce des gagnants de ces prix le mois dernier?

Le Dr Padmos a dévoilé les noms des sept lauréats dans son message diffusé le 25 avril.

Cliquez sur les hyperliens pour découvrir les lauréats et en savoir plus à leur sujet :

Pour en savoir plus sur le programme des prix du Collège royal : www.collegeroyal.ca/prix


Retour à la page d’accueil de Dialogue

Membres à la une

« Il est très difficile d’être tout à fait certains qu’un patient, atteint de démence, souffre de la maladie d’Alzheimer, parce qu’il peut y avoir un chevauchement avec d’autres formes de démence. » – Sultan Darvesh, MD, FRCPCDalhousie researchers on the hunt to fund new Alzheimer’s tool », Global News)

« Les chances d’un rétablissement notable, avec la technologie dont nous disposons en 2018, sont faibles. Il est improbable qu’il recouvre certaines fonctions au-dessous de la lésion. » – Daryl Fourney, MD, FRCSCWhy spinal injuries like Broncos bus crash survivor Straschnitzki's are so challenging », CBC News). Ken Thomas, MD, FRCSC, a également été cité dans l’article.

« Nous croyons qu’elle entraînera aussi une réduction des taux de maladies coronariennes et de mortalité. » – Alex Leung, MD, FRCPC1.3M Canadians could benefit if doctors lowered blood pressure targets: study », CBC News)

« Nous parlons de promotion de la santé et un grand nombre de médecins aimeraient y participer, mais en fait, l’objectif ici est différent. » – Robert Maunder, MD, FRCPCDoctors should help patients fight disease and treat their well-being, too, according to medical journal essay », CBC News).

« La naloxone est distribuée à des centaines de membres de notre communauté afin de reconnaître une urgence et d’y répondre de façon appropriée. Il ne s’agit pas d’une solution provisoire, mais bien d’un changement à l’échelle de la communauté. » - Aaron Orkin, MD, FRCPCExperts agree naloxone is central to fighting Canada’s opioid crisis — but they also say it’s not a ‘wonder drug’ », Toronto Star).

« Le plus important, s’ils croient que leurs enfants présentent des symptômes respiratoires qui ne disparaissent pas ou qui s’aggravent avec le temps, ou si leurs enfants ont de la difficulté à respirer, c’est de toujours consulter leur médecin. » - Jeffrey Pernica, MD, FRCPCWhooping cough more prevalent in Ontario, study says », Toronto Star)

« Le zona chez une jeune personne pourrait être le signe d’un autre problème de santé sous-jacent. » - Lynora Saxinger, MD, FRCPCWhy are more and more Canadian adults getting shingles? ». Fred Aoki, MD, FRCPC, et Allison McGeer, MD, FRCPC, ont également été cités dans l’article.

« Une faible estime de soi, des problèmes liés à la dépression et manger quand on se sent mal peuvent aggraver le problème. Avoir recours à la médication pendant un certain temps est une solution raisonnable. » – Sean Wharton, MD, FRCPC'Stigma and bias' hinder health care for obese: Advocate », Ottawa Sun).


Retour à la page d’accueil de Dialogue

En souvenir

Christopher Karl Adey, MD, FRCPC, est décédé le 11 mars 2018 à Windsor, en Ontario, à 65 ans. Le Dr Adey a obtenu le certificat du Collège royal en radiologie diagnostique en 1985. Pour en savoir plus sur le Dr Adey.

Josephine Nancy Bird, MDCM, FRCPC, est décédée le 25 mars 2018 à North York, en Ontario, à 89 ans. La Dre Bird a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1958. Pour en savoir plus sur la Dre Bird.

Bireswar Bose, MBBS, FRCSC, est décédé le 3 mars 2 018, à Edmonton, en Alberta, à 87 ans. Le Dr Bose a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1974. Pour en savoir plus sur le Dr Bose.

Frederic Norman Brown, MDCM, FRCSC, est décédé le 18 mars 2018, à Kanata, en Ontario, à 94 ans. Le Dr Brown a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1955. Pour en savoir plus sur le Dr Brown.

Philip Charles Etches, MBChB, FRCPC, est décédé le 20 mars 2018 à Vancouver, en Colombie‑Britannique, à 72 ans. Le Dr Etches a obtenu le certificat du Collège royal en pédiatrie en 1980. Pour en savoir plus sur le Dr Etches.

Philip Harry Gordon, MD, FRCSC, est décédé le 11 avril 2018 à Montréal, au Québec, à 75 ans. Le Dr Gordon a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1972. Pour en savoir plus sur le Dr Gordon.

Alexander Edward Hipwell, MBChB, FRCPC, est décédé le 15 février 2018 à Dartmouth, en Nouvelle‑Écosse, à 67 ans. Le Dr Hipwell a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1984.

Ivan Hronsky, MD, FRCPC, est décédé le 2 avril 2018 à Toronto, en Ontario, à 81 ans. Le Dr Hronsky a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1970. Pour en savoir plus sur le Dr Hronsky.

Fiona Mackenzie Key, MBChB, FRCPC, est décédée le 4 mars 2018 à Montréal, au Québec, à 71 ans. La Dre Key a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie (1979) et en pédiatrie (1977). Pour en savoir plus sur la Dre Key.

Magdy Samir Isaac Makar, MSc, FRCSC, est décédé le 1er avril 2018 à Orillia, en Ontario, à 60 ans. Le Dr Makar a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1997. Pour en savoir plus sur le Dr Makar.

Noel Henri Montgrain, MD, FRCPC, est décédé le 31 mars 2018 à Québec, au Québec, à 84 ans. Le Dr Montgrain a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1966. Pour en savoir plus sur le Dr Montgrain.

Bill Yuk Ong, MD, FRCPC, est décédé le 3 mars 2018 à Winnipeg, au Manitoba, à 68 ans. Le Dr Ong a obtenu le certificat du Collège royal en anesthésiologie en 1978. Pour en savoir plus sur le Dr Ong.

Roger Jean J. Pelletier, MD, FRCPC, est décédé le 5 avril 2018 à Ottawa, en Ontario, à 87 ans. Le Dr Pelletier a obtenu le certificat du Collège royal en psychiatrie en 1965. Pour en savoir plus sur le Dr Pelletier.

Chander Prakash, MBBS, FRCPC, est décédé le 26 mars 2018 à Halifax, en Nouvelle Écosse, à 84 ans. Le Dr Prakash a obtenu le certificat du Collège royal en médecine interne en 1973.

Frank Joseph Skain, MD, FRCSC, est décédé le 18 mars 2018 à Toronto, en Ontario, à 89 ans. Le Dr Skain a obtenu le certificat du Collège royal en obstétrique et gynécologie en 1960. Pour en savoir plus sur le Dr Skain.

Jean-Paul Thibault, MD, FRCSC, est décédé le 20 mars 2018, à Saint-Jérôme , au Québec, à 95 ans. Le Dr Thibault a obtenu le certificat du Collège royal en chirurgie générale en 1952. Pour en savoir plus sur le Dr Thibault.


Retour à la page d’accueil de Dialogue