Passer au contenu principal
Suivez-nous

Le MDC et moi : Une alliée pour me tenir à jour : mon association nationale de spécialistes

La Dre Stephanie Baxter, FRCSC, ophtalmologiste praticienne et directrice de programme à Kingston, en Ontario, se livre à diverses activités dans le cadre du programme de Maintien du certificat (MDC) du Collège royal. Dans cette entrevue, elle dévoile sa stratégie pour aiguiser constamment ses compétences chirurgicales.

Dr. Baxter

En quoi consiste votre champ de pratique?

J’entreprends ma 15e année de pratique de l’ophtalmologie. Je me spécialise dans les maladies de la cornée et autres maladies de la partie avant de l’œil. Je fais partie du corps professoral de l’Université Queen’s depuis 14 ans. En tant que directrice d’un programme de résidence, je consacre environ 60 pour cent de mon temps à mon travail clinique, un autre 30 pour cent à mon programme et à sa transition vers l’approche par compétences en formation médicale, et le reste du temps, à la recherche et à d’autres activités au sein de mon département. Ma pratique est surtout axée sur les greffes de la cornée, les cas complexes de cataracte et la pose de lentilles intraoculaires. Je réalise environ sept interventions chirurgicales par semaine.

Comment remplissez-vous les exigences du programme de MDC chaque année?

Je participe aux activités de mon association nationale de spécialistes, la Société canadienne d’ophtalmologie (SCO). Elle est devenue la source de la plupart de mes activités de MDC, et surtout, de crédits d’évaluation de la section 3. Je fais partie des réviseurs du Journal canadien d’ophtalmologie, mais j’ai récemment participé, à titre d’étudiante et d’enseignante, aux aqualabos (cours axés sur le transfert de compétences) que la société offre lors de son congrès annuel.

Stephanie participe depuis plusieurs années aux cours de transfert des compétences chirurgicales de la SCO; la rétroaction qu’elle reçoit lui permet d’obtenir des crédits de la section 3 de MDC.

En quoi vos activités de MDC ont-elles changé au fil des ans?

Depuis que je suis devenue directrice de programme, j’ai réalisé l’importance de maintenir mes compétences chirurgicales à jour de façon efficiente et stratégique. Les cours de transfert des compétences chirurgicales offerts par la SCO lors de son congrès annuel sont pour moi l’occasion rêvée. Leur coût est peu élevé de même que le nombre d’étudiants par enseignant; de plus, les aqualabos (simulation chirurgicale) sont très utiles pour la pratique et l’enseignement. Le cours comporte d’habitude une brève partie didactique, durant laquelle sont présentées des instructions et des vidéos sur la technique à appendre. Deux étudiants (en général, des ophtalmologistes praticiens) sont jumelés à un enseignant chevronné, qui donne une rétroaction et des instructions pendant que les étudiants mettent la technique en pratique. Je participe à ces cours presque chaque année depuis longtemps, et j’utilise la rétroaction que je reçois pour obtenir des crédits de la section 3 du programme de MDC.

Qu’avez-vous appris plus particulièrement durant les aqualabos?

Il y a 14 ans, à la fin de ma formation complémentaire, je ne connaissais qu’une seule façon de réaliser des greffes de la cornée et de remettre en place des lentilles intraoculaires. Grâce à ces cours, j’ai appris diverses techniques plus récentes qui m’ont permis d’actualiser et d’aiguiser mes compétences.

Dans le cadre de sa pratique à Kingston, Stephanie réalise une intervention apprise lors du congrès annuel de son association nationale de spécialistes. Comme elle, trouvez auprès de votre association des possibilités d’obtenir divers types de crédits de MDC, dont ceux de la section 3.

Comment ces cours ont-ils fait de vous un meilleur médecin?

Les cours de transfert de compétences m’ont donné l’occasion de m’exercer davantage à utiliser une technique, tout en obtenant une rétroaction de mes collègues. Ils enrichissent mes compétences et me donnent la confiance requise pour intégrer ces nouvelles techniques à ma pratique. Mes patients profitent ainsi des techniques chirurgicales et normes de soins les plus récentes. Ces cours me donnent aussi accès à un réseau de collègues qui peut me conseiller au besoin lorsque j’exécute une nouvelle forme d’intervention chirurgicale. Comme j’y suis parfois enseignante, je suis ravie de transmettre à mon tour mes connaissances à des collègues qui m’ont déjà enseigné.

Quel conseil donneriez-vous à d’autres Associés du Collège royal pour obtenir des crédits?

S’adresser à une association nationale de spécialistes pour découvrir diverses façons d’obtenir toutes sortes de crédits de MDC est une excellente idée. Les cours de transfert des compétences chirurgicales étaient vraiment novateurs et la SCO a d’ailleurs reçu en 2014 le Prix de l’innovation des prestataires de DPC agréés par le Collège royal. D’autres disciplines peuvent cependant s’inspirer de cette idée et offrir une formation individualisée lors d’un congrès annuel. J’encourage tous les Associés à communiquer avec leur association nationale de spécialistes pour vérifier s’il est possible d’offrir une formation pratique similaire dans leur spécialité. Elle deviendra le moment fort de leur congrès annuel, c’est certain!

Des ophtalmologistes mettent en pratique de nouvelles techniques et reçoivent une rétroaction durant les aqualabos offerts dans le cadre de leur congrès annuel. Elle peut leur donner accès à des crédits de la section 3 du programme de MDC.