Guide méthodologique : Base de connaissances sur les effectifs médicaux 3.0


Sources de données

Quota de résidents – Service canadien de jumelage des residents

Cette série de données porte sur le nombre de postes de résidence offerts dans le cadre des processus de jumelage des résidents de première année et des programmes surspécialisés du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS), soit le jumelage R-1, le jumelage des spécialités médicales (JSM), le jumelage des spécialités pédiatriques (JSP) et le jumelage de médecine familiale/médecine d’urgence (MF/MU). Les chiffres indiquent le nombre de postes après réversion durant le premier tour et sont fondés sur les données d’une demande spéciale. Le nombre combiné de postes est représenté selon six types différents, soit : 1) les diplômés en médecine canadiens; 2) les diplômés internationaux en médecine (DIM); 3) le volet compétitif; 4) le Programme d’instruction de médecine militaire (PIMM); 5) le contingent particulier (diplômés du Québec seulement); 6) le contingent régulier (diplômés hors Québec). Il est à noter que les stagiaires détenteurs d’un visa ne sont pas admissibles au jumelage CaRMS. Aussi, le CaRMS ne possède pas d’information sur certains postes de formation surspécialisée, comme ceux offerts en laboratoire et en chirurgie surspécialisée.

Nouveaux stagiaires – Répertoire canadien sur l’education post-MD

Les données portent sur le nombre de stagiaires postdoctoraux de première année (résidents) dans des programmes de résidence spécialisés et surspécialisés au Canada. Les chiffres proviennent du Répertoire canadien sur l’éducation post-MD (RCEP) et sont fondés sur les données d’une demande spéciale. Les stagiaires des programmes surspécialisés sont pris en compte durant la première année de formation surspécialisée dans la discipline. Les données visent les diplômés en médecine canadiens ainsi que les DIM. Les stagiaires répertoriés ici sont des citoyens canadiens et des résidents permanents au pays; les détenteurs de visa sont exclus.

Médecins récemment certifiés – Collège des médecins de famille du Canada; Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada

Les données portent sur le nombre de médecins récemment certifiés par le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) ou le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (Collège royal). Elles sont issues des bases de données administratives des deux collèges. Les médecins exerçant déjà au Canada lorsqu’ils reçoivent leur certificat sont exclus (p. ex., route d'évaluation par la pratique). Les chiffres tiennent compte des citoyens canadiens, des résidents permanents ainsi que des médecins non canadiens certifiés par un des deux collèges. Les données relatives à la certification du Collège des médecins du Québec (CMQ) ne sont pas directement comprises dans la base de connaissances puisque le CMQ décerne ses certificats en fonction des titres attribués par le Collège royal, le CMFC ou l’American Board of Family Medicine (ABFM). Par conséquent, tous les nouveaux détenteurs de certificat du CMQ sont déjà inclus dans les chiffres du Collège royal ou du CMFC, sauf ceux ayant obtenu leur certificat seulement grâce à des titres décernés par l’ABFM.

Médecins détenteurs de permis – Institut canadien d’information sur la santé

Cette série de données est issue de la Base de données médicales Scott’s de l’institut canadien d’information sur la santé (ICIS), et comprend tous les médecins en pratique au Canada. L’ICIS définit les médecins « actifs » comme étant ceux détenant un diplôme de médecine et ayant une adresse postale en règle au Canada. Les chiffres ne tiennent toutefois pas compte des médecins résidents, des médecins militaires, des médecins non inscrits qui n’ont pas consenti à la publication de renseignements les concernant, des médecins en absence temporaire ou en congé sabbatique, des médecins à l’étranger ni des médecins retraités ou semi-retraités. Les chiffres sont fondés sur les données d’une demande spéciale qui comprend de l’information sur le bassin de médecins détenteurs de permis de même que sur leur âge, leur sexe et leur répartition géographique pendant la dernière année utilisée pour prélever les données.

Paramètres

Des données pour chaque spécialité doivent avoir été amassées pendant les cinq dernières années pour pouvoir calculer les valeurs et les statistiques sommaires. Toutefois, lorsqu’il y a moins de cinq années de données disponibles dans une spécialité, des données de dénombrement sont tout de même offertes. En ce qui concerne les disciplines peu représentées (p. ex., celles où l’on compte moins de cinq médecins pendant trois des cinq années), des données de dénombrement sont présentées, mais aucune statistique sommaire n’est calculée. Les données de dénombrement relatives à ces disciplines sont incluses dans les sous-totaux et les grands totaux ainsi que dans les statistiques relatives à ces totaux.

Paramètres Définition
Variation moyenne (%) Moyenne du taux de variation constaté d’année en année durant la période de cinq ans utilisée pour prélever les données.
Pente de variation (courbe de tendance quinquennale) Taux de variation annuel des chiffres d’une série de données dans le temps. La courbe de tendance correspond à la pente de régression, où les chiffres sont les valeurs Y et les années, les valeurs X.
Mesure (courbe) des changements Suivi de la directionnalité relative de la tendance. La mesure indique une tendance à la « HAUSSE » si la pente >0,4 et r2≥0,3, et une tendance à la « BAISSE » si la pente < -0,4 et r2≥0,3. Les disciplines ne montrent « AUCUNE VARIATION » si les pentes ne satisfont pas aux critères énumérés ci-haut.
Médecins âgés de moins de 35 ans (%) Part des effectifs qui est composée de médecins plus jeunes. Elle est calculée en divisant le nombre de médecins de moins de 35 ans par le nombre total de médecins.
Médecins âgés de plus de 65 ans (%) Part des effectifs qui est composée de médecins plus âgés. Elle est calculée en divisant le nombre de médecins de 65 ans et plus par le nombre total de médecins. Il est à noter que l’âge de 65 ans n’est pas nécessairement lié aux projections de départs vers la retraite puisque de nombreux médecins travaillent bien au-delà de cet âge.
Ratio d’âge relatif (RAR) Cette valeur est utilisée pour mesurer la répartition selon l’âge des effectifs des médecins détenteurs de permis. Elle est calculée en divisant le nombre de médecins de moins de 35 ans par le nombre total de médecins âgés de 65 ans et plus.
Mesure des changements (RAR) Les effectifs sont « PLUS ÂGÉS » si le RAR <1,0. Les effectifs sont « PLUS JEUNES » si le RAR > 1,0. La répartition d’âge est « ÉQUILIBRÉE » si les disciplines ne satisfont pas aux critères énumérés ci-haut.
Femmes médecins (%) Part des effectifs qui est composée de femmes médecins. Elle est calculée en divisant le nombre de femmes médecins par le nombre total de médecins.
Hommes médecins (%) Part des effectifs qui est composée d’hommes médecins. Elle est calculée en divisant le nombre d’hommes médecins par le nombre total de médecins.
Médecins en milieu urbain (%) Part des effectifs qui est composée de médecins exerçant en milieu urbain. Elle est calculée en divisant le nombre de médecins exerçant dans les subdivisions de recensement classées comme des régions métropolitaines de recensement ou des agglomérations de recensement par le nombre total de médecins.
Médecins en milieu rural (%) Part des effectifs qui est composée de médecins exerçant en milieu rural. Elle est calculée en divisant le nombre de médecins exerçant dans les subdivisions de recensement classées comme des zones d’influence métropolitaine (forte, modérée, faible, aucune) par le nombre total de médecins.
Médecins pour 100 000 habitants, par province et territoire Nombre de médecins pour 100 000 habitants dans chaque province et territoire. Il est calculé en divisant le nombre de médecins dans chaque province et territoire pour l’année en question par la population de la province ou du territoire pour cette année, puis en multipliant le résultat obtenu par 100 000.

Spécialités exclues

Compte tenu du petit échantillon ou des données disponibles, les spécialités/ surspécialités suivantes ne sont pas présentées en tant que telles, mais elles sont incluses dans les sous-totaux et les grands totaux.

  • Chirurgie colorectale
  • Chirurgie générale oncologique
  • Chirurgie pédiatrique
  • Chirurgie thoracique
  • Électro-encéphalographie
  • Endocrinologie gynécologique de la reproduction et de l’infertilité
  • Médecine familiale (soins aux personnes âgées)
  • Médecine familiale (compétences avancées)
  • Gérontopsychiatrie
  • Médecine de laboratoire
  • Scientifiques médicaux
  • Médecine de l’adolescence
  • Médecine de la douleur (Anesthésiologie)
  • Médecine de soins intensifs (Anesthésiologie, Chirurgie cardiaque, Médecine d’urgence, Chirurgie générale)
  • Médecine du travail
  • Médecine d’urgence pédiatrique (Médecine d’urgence)
  • Médecine maternelle et fœtale
  • Médecine palliative
  • Neurologie (jumelage de la surspécialité pédiatrique seulement)
  • Neuropathologie
  • Neuroradiologie
  • Oncologie gynécologique
  • Pathologie judiciare (Anatomo-pathologie, Pathologie générale)
  • Pharmacologie clinique et toxicologie (Anesthésiologie, Médecine d’urgence, Médecine interne, Pédiatrie, Psychiatrie)
  • Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent
  • Psychiatrie légale
  • Radiologie interventionnelle
  • Radiologie pédiatrique
  • Rheumatologie (Pédiatrie)

Limites

Il faut faire preuve de prudence au moment d’interpréter les tendances relatives aux effectifs médicaux en raison des écarts méthodologiques et des limites des ensembles de données. Par exemple :

  • Le codage des spécialités et des surspécialités pourrait changer d’année en année et entraîner des écarts dans les chiffres et les statistiques associés à un ensemble de données. Par exemple, la note suivante est tirée des notes méthodologiques de la Base de données médicales Scott’s (BDMS) de l’ICIS (p. 24) : « Depuis 2009, toutes les spécialités agréées d’un médecin ayant été enregistrées dans notre base de données servent à établir la spécialité principale des sous-spécialités pouvant en contenir plus d’une, selon la définition de “spécialité principale″ formulée par le Collège royal. La néphrologie, par exemple, est une sous-spécialité soit de la médecine interne, soit de la pédiatrie. Depuis 2009, les néphrologues se voient attribuer la spécialité principale la plus appropriée, c’est-à-dire la médecine interne ou la pédiatrie, en fonction de leurs autres spécialités. Avant 2009, toutefois, on attribuait la médecine interne comme spécialité principale de tous les néphrologues. »
  • Il pourrait arriver que le nombre de nouveaux stagiaires dépasse le quota de résidents. Certaines personnes pourraient retarder leur entrée dans un programme de résidence (p. ex., congé de maternité ou de maladie); l’année d’entrée au programme différerait donc de l’année originale du jumelage. Des écarts pourraient aussi être enregistrés si l’année du programme se répète, ou si un candidat change de discipline.

Remerciements et déclarations de non-responsabilité

La base de connaissances sur les effectifs médicaux regroupe des données issues du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS), du Répertoire canadien sur l’éducation post MD (RCEP), du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) et de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Le Collège royal est reconnaissant d’avoir eu accès aux données de ces organismes, et ne tiendra pas ces derniers responsables pour toute erreur, omission ou interprétation erronée de sa part dans l’utilisation des dites données. En utilisant ces renseignements, le Collège royal ne cautionne pas l’exactitude ni la validité des données publiées par ces organismes.

Toutefois, le Collège royal n’assume pas la responsabilité de toute erreur, omission, interprétation erronée ou autre utilisation inappropriée des données par quelque organisme ou tiers que ce soit qui utiliserait les données et l’information contenues dans la base de connaissances sur les effectifs médicaux. Voici les déclarations de non-responsabilité de nos fournisseurs de données.

Source de données Avertissement
CaRMS « Aucune garantie, explicite ou implicite, n’est donnée concernant l’exactitude ou l’utilité des données fournies “telles quelles″ sans représentation, garantie ou condition d’aucune sorte. CaRMS n’assume aucune responsabilité que ce soit, résultant directement ou indirectement en liaison avec les données ou les informations fournies. Cette déclaration s’applique à l’utilisation individuelle des données et l’utilisation agrégée des données avec d’autres données. Il est fortement recommandé d’obtenir les données directement du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS) et non indirectement par l’entremise d’autres sources, ce qui pourrait avoir changé les données d’une certaine manière. CaRMS ne sera aucunement responsable de l’utilisation inappropriée ou incorrecte des données décrites et/ou fournies. »
ICIS « Certaines sections de ce document sont basées en partie sur l’information et les données fournies par l’Institut canadien d’information sur la santé. Cependant, les analyses et les conclusions présentées, ainsi que les opinions et les déclarations contenues dans le présent document sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de l’Institut canadien d’information sur la santé. »

Pour de plus amples renseignements, prière d’écrire à politiquesdelasante@collegeroyal.ca